RSS
RSS



Partagez| .

Crimson Kingdom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Juliette J. Lowett
Administratrice
en sucre glacé rose bonbon <3


Féminin Ecrits : 1502

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Crimson Kingdom Mer 26 Fév - 14:06



ContexteRèglementScénariosPartenariats

Histoire

Il est des choses que l'histoire a oublié de mentionner, des détails que l'on pensait insignifiants parce que balayés par la dureté des événements. Ainsi nous avons préféré mettre de coté l'histoire de notre pays, de notre nation, de notre race. Nous avons enterré, peut être trop vite ce qui faisait l'essence de notre fonctionnement, optant pour un semblant de démocratie alors que nous avions toujours fonctionné sous l'égide d'une seule famille à l'instar des moldus. Pas de Windsor chez nous, mais nous avions nos propres têtes couronnées, de celles que nous avions appris à craindre, à écouter, mais surtout à admirer. Nous les aimions, mais nous les avons laissé tombé quand l'obscurité à commencé à prendre le pas sur les beaux jours de notre monde, et le temps d'un battement d'ailes, ils n'étaient plus là. Nous avaient-ils laissé tombé ? Nous ne le pensions pas, et les corps sans vie qui jonchaient le sol de la demeure royale, véritable scène apocalyptique, laissa songer qu'il n'y avait aucun survivant. Les médias furent muselés, et l'affaire se tassa au fil des nombreux autres massacres dont furent victimes un grand nombre de famille. Il s'agissait des heures noires du royaume, et celui-ci se brisa dans la tempête avant de sombrer dans l'oubli.
De nombreuses années nous furent indispensables afin de reconstruire un semblant de paix dans notre univers, et nous avons, terrassé par la terreur, fini par balayé certain mot de notre langage. Il était dès lors devenus commun de ne plus parler de tout ce qui tournait autour de ces heures noirs, et toute les périphrases dont on fit l'usage ne firent que renforcer la peur que nous avions, loin de les combattre nous avons fini par tomber nous aussi. Dominés par nos peurs, nous les avons ignoré et cela nous a aveuglé. Nous ne les avons pas vu venir, pensant que plus rien ne pourrait jamais plus nous ébranler comme l'avait fait l'ascension des Mangemorts, ainsi que leur retour meurtrier. Et pourtant, ils sont apparus dont ne sait trop où, et il serait presque ironique de dire qu'ils sont apparus « comme par magie », drapés de leurs capes rouges et arborant les armoiries de nos régents disparus. Comme une épidémie de peste se répandant dans les rues de la ville, nous les avons observé impuissant reprendre leur droit. Plus violent que jamais, plus tyrannique qu'ils n'auraient dû l'être, ils nous ont fait comprendre que le temps de la démocratie, auquel nous n'avions que trop peu goûté, était désormais révolue. Et comme des chiens fidèles et apeurés nous nous sommes écrasés une nouvelle fois.
Mais qu'avions nous fait en les laissant ainsi revenir ? Avions nous signé notre propre perte ? Apeurés par la tyrannie qui montait en puissance, nous n'avons pas su lever les armes assez tôt. Et la vague rouge comme nous la nommions se mua en une vague sanglante dont la portée punitive fit taire de nombreuses voix. Les bourreaux avaient fait leur grand retour, et l'ordre des Aurors fut dissous pour laisser place à celui des Inquisiteurs. Il n'était dès lors plus permis de sortir des rangs, et pas même ceux qui avaient été épargner par la pureté de leur sang ne purent échapper à la surveillance constante qui s’établit. Il ne faisait désormais plus bon vivre en Angleterre mais la fuite n'était plus permise, et les frontières désormais fermées pour les sorciers ne laissaient plus passer que les cadavres de ceux qui avaient ainsi tenté l’expérience.
Et dans les ruelles de la ville brumeuse nous murmurions qu'il était trop tard, que nous ne pouvions plus rien faire, et que tout semblait perdu. Nous avions oublié que dans les temps les plus obscurs pouvaient émerger une lueur vive, un espoir aussi faible qu'il puisse être et qui pourtant remettait tout le monde sur ses pieds. La résistance reprit alors des couleurs, et la révolution commença sa lente marche, entravée par le réseau que nous avions laissé s'installer, mit à mal par les Inquisiteurs qui semblaient avoir des yeux partout, et surtout de trop nombreuses fois trahis par cette allégeance qu'avaient réussit à développer la Tyrannie. Mais peu importait les revers qu'ils rencontraient, peut importaient les pertes, leur fierté les guidés et comme l'étoile du berger dans les nuits les plus sombres, nous sortions de notre léthargie pour les suivre dans leur lutte. Lutter ou mourir pour la liberté devenant ainsi notre douloureux credo.

LIENS


♣ Ouverture: 16/02/2014
♣ 16ans minimum demandé.
♣ Forum à avatars réels.
♣ Nombre de lignes: 20.
♣ Forum basé sur une idée mélangeant les idées de ses administratrices et l'univers de Harry Potter, de J.K Rowling ainsi que 1984, de George Orwell.
click! click! -----------><----------- click! click!




Everything fades one day...
Lost trust twenty one grams of soul. All the sanity I've ever owned... gone. But I'm still breathing. Through the thunder, and the fire, and the madness. Just to let you shoot me down again ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silencio.forums-rpg.com/t2299-i-m-sexy-and-i-know-it-of-n

Crimson Kingdom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» [Rapport 1500pts] Chaos de Dan VS Crimson Fists de Tarkand
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» Tarkand's Crimson Fists, Orks & Reikland Reavers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Silencio :: Ministère :: Affaires Etrangères ::  Les fiches de nos relations étrangères-