RSS
RSS



Partagez| .

Histoire de manger une glace [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Histoire de manger une glace [HOT] Mar 16 Juil - 13:07


Jayson & Merida




Mais qu’est ce qui m’arriver enfin ? Pourquoi est-ce que je devenais comme ça ? Depuis la date du triste anniversaire de mes parents, Jay obséder mes pensées, nuit et jour. Je ne comprenais toujours pas pourquoi il c’était montrer si … Jaloux ? Avait-il vraiment était jaloux ? En tout cas, vu son comportement, c’est ce qu’on pourrait croire… Il avait groule quand même ! Et après, sa main sur mon bras, la façon dont il avait posé ses lèvres sur ma joue…

Et notre journée ensemble à la mer n’avait rien arrangé. Je pensais que ça arrangerait les choses. On avait passé certes notre journée à rire et s’amuser, mais le fait qu’il me prenne dans ses bras, et de le voir allonger sur le sable comme ça, le soleil qui vient se perdre dans ses cheveux blonds, la musculature de son corps…

Oh nan. Je secoue la tête, ferme les yeux très forts. Vite que je me sorte ça de la tête, j’ai rendez-vous avec lui dans… MERDE ! J’suis en retard de 20 minutes déjà ! Et je n’ai même pas finis de me préparer ! Merida, zut, accélère le mouvement la ! Je me regarde dans le miroir et soupire légèrement. Depuis quand est ce que je me préoccupe de mon apparence ? Pourquoi est-ce que je me préparer avec autant de soin ? J’arrête mon geste alors que je comptais mettre un gloss sur mes lèvres. Finalement non, pas de ça. Il ne me reconnaitrait pas si non. Je passe une main dans mes cheveux, décidant de les laisser libre pour une fois, puis me regarde une nouvelle fois dans le miroir…

Je ne sais pas si c’est une bonne idée de porter une robe. Oui, c’est l’été, on peut en profiter et toutes les jeunes femmes mettent des robes à cette époque de l’année mais…Il ne m’a jamais vu en robe. Et ce n’est pas réellement mon genre de porter ce genre de tenue. J’enlève la robe que je jette sur mon lit, m’approche de mon placard et prend finalement un short noir et un t-shirt blanc. Simple mais sympa. Et au moins, je suis sûr que Jay me reconnaitra. J’enfile une paire de tennis noir et sort de mon appartement.

Fin Aout. Le voilà enfin le soleil et la chaleur ! Je commençais à désespérer sérieusement ! Le mois dernier j’étais encore avec mon pull et mon écharpe… Je finis par arriver au parc, notre point de rendez-vous. Pourquoi est-ce que je l’avais invité déjà ? Oh nan, c’était vraiment, vraiment une grosse erreur. Me voilà hésitante maintenant. Et si je faisais demi-tour ? Je lui enverrais une lettre pour m’excuser, j’aurais eu un contre temps…

Non, je ne peux pas lui faire ça, il n’y comprendrait rien… Et si il était partit ? S’il avait cru que je ne viendrais pas ? Après tout j’ai presque déjà une demi-heure de retard. Il avait peut-être eu d’autre chose à faire… Ou alors Damon l’a contacté, il a eu besoin de lui et il ne viendra pas. Et moi qui me suis trop préparer ! Mais… Si il avait voulu me prévenir, dans ce cas-là un hibou doit attendre chez moi… Donc je serais venue pour rien...

Mais pourquoi est-ce que je m’embrouille l’esprit toute seule ? C’est n’importe quoi ! J’ai envie de me claquer la tête contre un mur, je suis une idiote qui se monte la tête toute seule ! J’ai l’imagination fertile, il n’y a pas de soucis pour ça !

L’odeur du caramel vient emplir mon cœur de joie. Jayson. Il était là, il était venue, il m’avait même attendu ! Je me retiens de courir vers lui, ça ferait peut être un peu cliché et il ne comprendrait surement pas pourquoi je cours comme une idiote…

Je l’admire un instant, ses cheveux blond, les traits de son visage, ses yeux noisette… Je n’arrête pas d’en rêver, de rêver de lui… Je toussote pour moi-même, redresse la tête et repousse une mèche qui retombe sur mon visage. Ne pas penser à ça maintenant, ne pas penser à ça maintenant…


-Hey Jayson…

J’attends qu’il retourne son visage vers moi, puis lui offre un sourire franc. Pourquoi est-ce que dès que je le vois, je souris ? Il avait réussis l’exploit de m’arracher un sourire en toute circonstances, tout le temps. Et de vrai sourire qui plus est. Il avait cette sale manie de dire que mes sourires étaient contagieux, mais je crois plutôt que c’est les siens qui le sont. Je reprends doucement :

-Je suis désoler d’être en retard, je n’avais pas vu l’heure passer vraiment… J’ai cru que tu n’aurais pas attendu pendant un instant…

J’hausse les épaules, à la fois désoler et confuse du fait que je sois autant en retard… Ce n’est pas dans mes habitudes d’être en retard, je suis plutôt quelqu’un de ponctuel à l’ origine, mais j’avais tellement cherché comment me préparer que finalement j’avais loupé l’heure de rendez-vous… Je tousse un peu et reprend en souriant:

-Merci de m’avoir attendu Jay.


fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Ven 16 Aoû - 16:22

Merida et Jayson
L
e dos appuyé contre un mur, les mains dans les poches, la nuque contre le mur et les yeux clos, j'attends... j'attends patiemment, mais j'attends tout de même. Je la connais plus ponctuelle, mais je la connais aussi dans ses retards, cela dépends toujours des jours... J'attends, théoriquement je ne suis pas presser, j'ai tout mon temps ce soir. J'attends, et pendant ce temps d'attente, je réfléchis, me remémore, tente de comprendre, d'en venir à une conclusion peut-être différente de celle qui se montre comme une évidence à mes yeux. C'était impossible... était-ce possible? J'avais du mal à résonner normalement.C'était impossible, était-ce possible, ce pourrais être possible, pourquoi ne pourrait-il pas être possible que...? J'ai le don de retourner les situations de tous les côtés, et pourtant je n'arrive toujours pas à voir le vrai du faux... J'ai trop jouer dans la tromperie... J'ai trop longtemps menti, jouer un rôle... Et pourtant, j'ai toujours été sincère avec elle, du moins le plus que je peux... Vous y comprenez quelque chose vous? Moi nullement! C'est super génial, dénoter le sarcasme...

Je repense à cette journée où nous avions été déjeuné après l'avoir retrouvé au cimetière, à ce besoin qui me grugeais de l'intérieur d'aller la rejoindre, de ne pas la laisser seule... j'avais mis cela sur le compte de la culpabilité que je ressens depuis plus de deux ans maintenant face à la mort de ses parents... Et pourtant... Ce besoin de lui remonter le moral, de lui changer les idées, de la faire sourire, avec un peu de chance... Et j'y suis parvenue, cet élan de fierté, je l'avais bien ressentit, lorsqu'elle avait sourit, quand elle avait rit même... Mais il n'y avait pas eu que ça... Cette colère noire, ce sentiment de jalousie, de possessivité... pourquoi?!?

J'y avais pensé toute la soirée ce soir là... malgré la mission que je devais mettre en œuvre pour le lord, ce qui m'a causer bien des blessures... mais pendant que je pansais mes plaies, je réfléchissais, je comprenais, était-je seulement prêt à comprendre? Je n'avais jamais ressentis ce genre d'émotion avant, était-ce parce que je tenais à elle et que je ne souhaitais pas qu'un crétin comme ce paon de serveur ne la touche, ne la blesse? Ou c'était pire que ça... oui, c'était bel et bien pire que ça. Il n'y avais pas que le serveur... peu importe dans les bras de qui je l'imaginais, ce serrement au niveau de ma poitrine me faisais grogner à tout coup! Comme si l'animal en moi refusais même cette vision... Était-ce hormonal? Ce n'était peut-être pas moi, mais bien mon loup intérieur qui me faisait réagir ainsi...

Puis il y a eu cette journée à la plage... Agréable, sans prise de tête, une journée comme on avait l'habitude de passer, entre deux amis, rien de spécial là.... si on oublie l'envie de toujours la toucher, de sentir sa peau douce sous mes doigts, d'avoir l'impression d'être enivrer de son odeur... Mais c'est quoi ce bordel! Était-ce parce qu'il y avait un moment déjà que je n'avais pas eu de femmes dans mes bras? Je suis un homme avec des désirs comme n'importe qui... mais … Je secoue la tête et soupire, j'ai des images que je ne devrais pas avoir de ma meilleure amie dans l'esprit et je devais les retirer avant qu'elle n'arrive et qu'elle ne voit mon trouble... Je suis content qu'elle ne puisse pas lire dans mon esprit... au moins, elle ne verra pas que je pense à elle de plus en plus complètement nue dans mon lit...

Mais au fond, j'avais la conviction profonde que ce n'étais pas que physique. J'ai toujours été bien avec elle, du moins, depuis qu'elle a accepter ma présence et le fait qu'elle pouvait avoir confiance en moi. Ça n'avait pas été facile, mais avec persévérance et patience, j'avais pu lui faire comprendre que si j'aurais pu faire autrement,je l'aurais fait, que je ne lui voulait pas de mal, que je n'étais pas un monstre... ou du moins, que je ne souhaitais pas en être un, que je n'agissais pas par choix mais par nécessiter... Et depuis, les moments passé avec elle m'aide à ne pas devenir complètement fou,à ne pas perdre la tête, à ne pas me perdre... Du moins le moins possible... elle me rappelait qu'elle homme je suis réellement... sa présence dans ma vie m'était maintenant vitale, mais était-ce que pour cette raison...

Finalement, cette odeur si particulière que j'aimais tant ( Aller savoir pourquoi elle avait cette odeur-là! Elle aurait pu sentir les cerises, ou le lilas, mais non...! Ce devait être l'odeur de Mocha au caramel au beurre salé avec un soupçon de vanille...) me fis relever la tête et me détacher de mon mur, me redressant instinctivement, sortant les mains de mes poches. Elle était là. En retard, mais bien présente... heureusement pour elle que je l'a connaissait suffisamment pour savoir que soit elle était à l'heure, soit très en retard... Pourquoi je me redressais ainsi... sa m'énerve un peu au fond, j'étais en train, inconsciemment, de jouer au Paon...

Lorsque mon regard rencontre finalement le sien, ce regard si clair, si pure, attendant le moment où elle m'appelle pour la regarder, je lui offre un sourire sincère, et c'était encore mieux de constater qu'elle me sourit de même manière... Je remarque alors autre chose... ses cheveux, ses longs cheveux blond comme les blés, ondulait dans son dos, libre de tout mouvement... Elle était si belle les cheveux détacher comme ça, mais je n'avais jamais oser lui dire de retirer son éternelle queue de cheval. Mais aujourd'hui ils étaient libre, et il me semblait qu'elle avait autre chose de différent... Mais je ne suis qu'un homme, il ne faut pas trop me demander d'être trop observateur. J'hoche lentement la tête de gauche à droite.

-Ça arrive à tous le monde de ne pas voir le temps passer. Ne t'en fais pas... Et tu crois sincèrement que je n'aurais pas attendu? Si j'aurais bouger d'ici ça aurait été pour aller m'assurer que tu allais bien, depuis le temps tu ne me connais pas encore?

Je dis ça comme si c'était la chose la plus évidente du monde, le plus banal aussi, mais j'étais sérieux... si elle aurait pris d'avantage de temps, j'aurais accouru m'assurer qu'il ne lui était rien arriver... Je préfère ne pas penser au pire,donc je chasse d'un mouvement de tête ses pensées morbides, ainsi que celle déplacé que j'ai encore pour elle, et lorsqu'elle sourit je ne peux en faire autrement. Je lui offre un clin d'oeil.

-Je ne voulais pas manquer ce moment.

Bon, sa suffit les aveux camoufler là... c'est bien beau dire la vérité, mais elle va finir par avoir des doutes peu importe lesquels et les doutes c'est le mal! Bon j'exagère un peu mais vaut mieux me reprendre avant de créer des malaises.

-Bon sinon.. je pensais d'abord t'apporter dîner, mais vue l'heure, c'est déjà le moment du dessert! Donc, soit on va manger un gâteau trop bourratif à la pâtisserie au coin de la rue, soit on va manger une glace, avec la chaleur de la journée, sa pourrait être bien. En plus, c'est relativement léger, sa nous permettra de manger autre chose plus tard....

JAYSON! Retire ses pensées salaces de ton esprit immédiatement! Non mais sérieux là.... c'est quoi le foutu bordel avec mes idées dernièrement! Je vais devoir trouver un moyen d'y remédier...

code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Mar 20 Aoû - 19:45


Jayson & Merida




Son regard, son sourire, la façon de se redresser lorsque j’approche, comme si j’étais la plus importante ici-bas… Comment voulez-vous que je ne chavire pas ? J’ai beaux êtres une louve sanguinaire et cruel les nuits de pleine lune, une fugitive aux yeux de la meute et du Lord, je restais malgré tout une jeune femme, avec un cœur qui ne demandait qu’à en trouver un autre pour battre en chœur…

Bref, je m’approche de lui, me retiens de courir. Pourtant mes jambes sont douloureuses du fait que j’avance a pas lent, mes muscles se tendent et ne demande qu’une chose, partir à toute vitesse, me jeter à son cou et le serrer contre moi, m’enivrer de son odeur… Mais non, non, non ! Je me contente d’avancer doucement…

J’attire son attention, le regarde me sourire, y répond en souriant également. Une façon de se dire bonjour finalement… Je m’excuse, puis le remercie. Et il me dit que ce n’est rien que ça arrive à tout le monde. Oui, Jay, certes tu as raisons, mais être en retard alors qu’on prévoit un rendez-vous, c’est quand même un comble. Que celui qui doit venir au rendez-vous soit en retard, ok, ça peut arriver. Mais que celui qui le prévoit soit en retard… Ca ressemble à une blague.

Il continue en me disant que si j’étais arrivé plus en retard, il serait venu me chercher. Je souris malgré moi. C’est vrai que depuis 2 ans, il me connait bien… Et j’avoue que je ne suis pas forcément tout le temps ponctuel. Je me souviens d’une fois ou je suis resté endormis alors que j’avais rendez-vous pour du travail, Jayson devant m’accompagner. Lorsqu’il a vu que j’avais plus de 40 minutes de retards, il avait accouru jusque chez moi, forcer ma porte et m’avais trouvé affaler dans mon lit encore en pyjama… Finalement, je n’avais pas eu le travail.

Bref, je souris et sort de mes pensées lorsqu’il reprend la parole. J’essaye de ne pas rougir, de contrôler ce rouge hideux qui viens teinter mes joues. Pourquoi est-ce que je suis si forte au quotidien mais incroyablement faible en sa présence ? Oui, je suis faible. Lorsqu’il est là, et cela depuis le début, je pourrais redevenir moi, je redeviens sensible et frêle, avec mes côtés timide et mes joues qui rosissent au moindre truc… Mais je réussis pour une fois à calmer le sang qui me monte au visage, sourit en levant les yeux au ciel, comme si il venait de sortir une plaisanterie et j’essaye d’oublier le clin d’œil qu’il vient de me faire.

Mais je ne sais pas comment prendre ça. Il ne voulait pas manquer ce moment. Il veut dire le fait qu’on passe du temps ensemble ou qu’on aille manger un truc ? Ou… Le fait de me voir ? Ah ! Meri, non, non et non… Sort toi ça de la tête. Il a juste exprimé le fait qu’il voulait passer du temps avec moi, sa meilleure amie… Enfin je crois. Enfin j’espère… Je ne sais pas en fait, je ne sais pas quoi penser…

Mais qu’est ce qui m’arrive à essayer de trouver des sous-entendus pourris sous une phrase aussi simple ? Vas-y Meri, tant que tu y es, retranscrit chaque mot qu’il va dire et tu traduis tout, comme si c’était une devinette. Non mais n’importe quoi… Je me désespère moi-même.

Je passe une main dans ma longue chevelure blonde, allant jusqu’au bout de mes cheveux comme si ça pouvait faire partir toutes ses pensées a son égards, toutes ses images qui s’imposer à moi bien malgré moi… Je relève le regard vers lui lorsqu’il reprend la parole et je souris.

Une glace. Oui, une glace c’était parfait, vraiment. Il faisait chaud et quoi de mieux qu’une glace en plein mois d’aout. Bien meilleure qu’une de ses pâtisseries grasse et bourratif qu’on vendait dans les petits stands du parc ou dans les rues de Londres… Connaissant les pâtisseries française grâce à ma mère, je peux assurer sans doute que la pâtisserie anglaise est immonde comparer aux traditions du vieux continent…

Alors qu’il finit sa phrase, je perds légèrement mon sourire. Manger quelques choses plus tard ? Hein ? Depuis quand Jayson McFear m’invite donc à diner ? Je suis un peu perdu la, et un peu perplexe… Une autre idée me vient en tête. Et je crois que je vais m’évanouir… Oh mon dieu, Merida, tu devrais avoir honte, réellement… Non, non et non, Jayson n’est pas censé être une suite de repas ! Ni un dessert !!! AH ! Merida, oublie donc ses idées cochonnes de ta tête.

Je le contourne rapidement avant qu’il ne voie ma gène sur mon visage, mes yeux grands ouverts et le rouge sur mes joues et je lance d’un ton que j’espère naturelle et enjoué :


-Alors go pour une glace, je meurs de faim ! Et je pense que le stand la bas sera combler ma faim ! fis-je en pointant du doigt un glacier un peu plus loin

Je ne sais pas de quoi j’ai le plus faim, mais bon… Oh nan je recommence… Je donne un coup de tête pour repousser une épaisse mèche qui retombe sur mon visage avant de le laisser venir se placer a côtés de moi, nous dirigeants doucement vers le stand de glace. Je plonge mes mains dans mes poches et reprend :


-Si non, quoi de neuf ? C’est bientôt la rentrée, pas trop impatient de retrouver tes élèves et Poudlard ?

Je sais à quel point il aime son travail, il me l’a déjà dit, mais quoi de mieux qu’un sujet neutre pour éviter que toutes ses pensées envers mon amis reviennent d’assaut dans mon esprit ? Et puis si je continue à penser à tous cela, il allait forcément finir par le remarquer et peut être même à se poser des questions…

Et avouons-le, quoi de mieux pour foutre le doute que de laisser l’autre se faire un tas d’idées sur nos intentions ? Non, non nous sommes deux amis, nous sommes adultes et matures, et puis… Et puis tout foutre en l’air pour un désir qui n’est peut-être que passager, pour une nuit dans ses bras… Peut-être que cela fait trop longtemps que je n’ai pas eu d’homme dans ma vie, Jayson étant le seule que je côtoie réellement …

Mais le truc, c’est que j’ai cette mauvaise impression que ce n’est pas passager, que même la louve en moi essaye de l’approcher… C’était peut-être pas uniquement physique… Mais non, c’était impossible que ce soit plus que cela, je ne pouvais pas avoir ce genre de sentiments pour mon ami, pour mon meilleur ami….



fiche par century sex.





Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Mar 27 Aoû - 15:52

Merida et Jayson
J
e m'en fiche qu'elle soit en retard alors que c'est elle qui a fait l'invitation. Elle est là non? C'est le principal. J'aurais sans doute réagis autrement si elle m'avait laisser en plan. Mais ce n'est pas le cas, et on ne va quand même pas se prendre la tête pour quelques minutes de retard... Je lui offre un sourire, puis en y réfléchissant, si elle m'avait réellement mise en plan, j'aurais été m'assurer qu'elle allait bien. Je n'y peux rien du tout, je suis comme ça. Protecteur, sans aucun doute... rancunier, aucunement... du moins, sa dépends vraiment des situations. Mais simplement m'assurer que rien ne lui soit arrivé, vue la vie qu'elle mène, et le danger qu'elle court chaque jour, vaut mieux ne prendre aucune chance. Et si au fond, elle ne s'est pas présenter volontairement, cela reste son choix, que je respecterai toujours...

Continuant sur ma lancé avec mes remarques à demi mot que je ne contrôle plus, je vois qu'elle a le rouge aux joues... c'est bien peu, mais assez visible pour que je le vois prendre place sur sa peau clair, ce qui malgré moi me fait sourire. Aurait-elle compris? D'un coup je perds mon sourire. Je la trouve belle quand elle rougis... mais si cette fois elles rougissais de malaise? D'honte? En se disant que je n'ai pas à penser comme ça vis-à-vis elle? Mais elle garde ce si jolie sourire qui tente à me rassurer, reprenant ma confiance d'origine. À quelque part, je disais la vérité, je n'avais pas envie de manquer ce moment.... ils sont déjà trop peu présent à mon goût, pouvoir être moi-même avec quelqu'un m'est pas souvent donner, si je peux le faire plus souvent cela me permettra de ne pas oublier qui je suis. Je peux l'être avec Al... mais c'est pas pareil. Il fait partie de l'Ordre, et nos discussion en tourne très souvent... Donc non, je préfère sur ce point passer mon temps avec Merida... de plus, elle était beaucoup plus agréable à regarder.. et ça y est, sa recommence...


Elle a un geste qui a le don de me faire perdre pour le coup mes moyens, et je dois me faire violence pour rester le plus logique possible... Ses cheveux, libre comme l'air, alors qu'elle passe sa main dedans... Je déglutis, reprenant la parole... mais finalement son geste aura eu le dessus sur moi... Foutu sous-entendu! Surtout que cette fois, à voir son sourire s'effacer, je compris que le rouge et tout avait bel et bien affaire à un malaise... Elle me contourne et je dus me retenir pour ne pas agripper par le bras pour la retenir, je refusais de gâcher ce moment pour des pensées que je ne devrais jamais avoir! Je me tourne et allait justement m'excuser de mon comportement puéril mais elle prends la parole avant moi.

J'inspire profondément... déjà elle ne refuse pas l'invitation pour la glace, mais je vais faire dorénavant gaffe à ce que je dis... si tout tourne au vinaigre, ce sera ma faute. Je relève les yeux vers l'endroit qu'elle pointe... puis inspire doucement et met mes mains dans les poches de mon jean, n'ayant pas mon éternel veston de cuir vue la chaleur de la journée. Venant la rejoindre, on marche un moment en silence, que j'allais brisée en le sentant si lourd mais elle reprends sur un sujet plus banal... pas de risque de faire de bêtise comme ça. J'hoche lentement la tête, elle savait à quelle point j'aimais mon boulot...

-La rentrée est toujours un moment que j'apprécie particulièrement, voir de nouveaux visages et me dire qu'à chaque élève de l'école je leur apprendrai quelque chose de nouveau, aurai un impact sur leur connaissance, j'adore... Mais cette année j'ai surtout hâte de retrouver mes quartiers... je loge dans une chambre d’hôtel depuis la quarantaine, je devrais pouvoir retourner chez moi en début de semaine prochaine...

Je n'avais jamais vécu ailleurs qu'à Poudlard depuis mes 17 ans, et c'était légèrement déstabilisant pour moi, surtout que cette habitation n'est pas de mon plein gré. J'hausse les épaules puis reprends.

-Je devrais peut-être me décider à me prendre un appartement en dehors de Poudlard... au moins je ne serais pas dans cette situation.

Nous arrivons finalement au stand de glace et tourne enfin le regard vers elle, et lui offre un sourire, qui se veux à la fois désolé et … et quoi tien. Tendre? Oui.. je ne vois pas d'autre mot que tendre. J'inspire doucement puis reprends d'un ton plus léger.

-Bon aller! On est là pour prendre une glace. La rentrée arrivera bien assez vite, aussi bien profiter de mes derniers jours de vacances, si je peux me permettre d’appeler ça ainsi. De quoi as-tu envie...?

Mon regard plonge dans le sien un moment en silence... me perdant dans son regard clair, ayant l'impression de pouvoir la regarder ainsi des heures.... et paff! Je réalise ce que je viens de dire. Jamais deux sans trois visiblement... Maladroitement, je me reprends au mieux.

-De glace.. enfin... t'as envie de quelle type... de quelle glace... qui te ferais plaisir...

Je ferme les yeux vraiment décourager par moi-même, et me détourne un peu mal à l'aise, me rappelant sa réaction plus tôt qui semblait témoigner d'un malaise encore plus grand que le mien. J'inspire un bon coup et reprends.

-Je te laisse choisir...


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Ven 30 Aoû - 15:06


Jayson & Merida




Autant se lancer dans un sujet que je jugerais de neutre, pas de risque de se faire de fausses idées ni de je ne sais quels illusions… Je me torture déjà beaucoup trop les méninges aujourd’hui. Oui, beaucoup trop. A chercher le comment du pourquoi, je finis par m’embrouiller l’esprit toute seule… J’ai envie de fuir tellement j’ai honte de moi, honte de mes pensées, honte de ce que je ressens… Mais qu’est-ce que je ressens à la fin ?

Il me tire de me penser en répondant à ma questions, je relève la tête vers lui (c’est qu’il est beaucoup plus grand que moi, faut pas l’oublier !) en écoutant attentivement ce qu’il dit. Je ne peux m’empêcher de sourire à ses paroles. Il venait de me prouver une fois de plus combien il tenait à son poste, et au fond je l’admirais pour ça. Il avait un tel amour pour son boulot, c’était pire qu’une passion je crois… Mais bon, je tourne la tête pour regarder devant moi alors qu’il continue de parler, cette fois sur ses appartements dans l’école. C’est vrai qu’il vit à l’intérieur même de Poudlard, je l’avais oublié… Si je l’avais vu si souvent ces derniers temps, c’était uniquement grâce au fait qu’il vivait en ville, dans un hôtel certes, mais au moins il était plus près que lorsqu’il est à Poudlard…

L’odeur du glacier arrive déjà à mes narines…. Je souris de plus belle alors que je salive d’envie, l’odeur de la gaufre qui forme le cornet, celle des glace au différent parfum, celle des fraises, de la pistache, du chocolat, du caramel, de la vanille… C’était une excellente idée de manger une glace, j’en mourais d’envie maintenant qu’on y était… Et puis, je crois que ma gourmandise se fait légendaire à force.

Il reprend la parole et ce qu’il me dit me surprend un peu. Je tourne mon regard vers lui, mon expression se faisant un peu trop surprise à mon gout. Il veut prendre un appartement en dehors de Poudlard ? Mais pourquoi ? Je croyais qu’il aimait vraiment ses quartiers dans l’école… Je me serais donc trompée ? Bon c’est sûr, ça lui aurait évité de trouver une chambre d’hôtel en catastrophe mais quand même…

On arrive enfin au glacier et je le vois qui tourne le regard vers moi et m’offre un sourire… Tendre ? Je détourne le regard et sourit malgré moi, alors que mes joues se teinte d’un léger rose. C’était la première fois qu’il me souriait comme ça, et … Ca me faisait quelques choses à vrai dire. Ca me mettait du baume au cœur, une sorte de douce chaleur qui m’envahit… Je prends une grande inspiration, relève la tête et tourne la tête vers lui lorsqu’il me parle.

Lorsqu’il plonge son regard dans le miens, j’ai l’impression que cela dure une éternité… Et je sens mon cœur qui s’emballe dans ma poitrine, qui me donne l’impression de vouloir sortir de ma poitrine alors que ses derniers mots résonnent en écho dans ma tête. De quoi ai-je envie ? Maintenant ?

Je crois qu’il fait bien de détourner le regard et de reprendre alors que je tourne la tête vers le marchand en riant doucement. J’ai bien faillis répondre une bêtise je crois. Je le regarde en coin et rit un peu plus, tout en essayant de rester discrète. Ca gène me fait rire, et j’avoue que là je commence à me poser des questions… Qu’est-ce que c’est que toutes ses allusions ? Surtout qu’il ne semble pas vraiment les contrôler.

Je continue de rire et de sourire un peu avant de me tourner vers le glacier pour demander une glace avec 3 parfums différent (café, caramel beurre salée et vanille) avec une montagne de chantilly. Ce dernier me tend la glace alors que je laisse Jay prendre commande. Je prends les devant et paye le glacier en regardant Jay et en haussant les épaules. Je lâche un « T’as payé la dernière fois. » pour ma défense avant de l’inviter à me suivre, direction un banc pour manger tranquillement.

Une fois assis je décide de reprendre la parole afin d’effacer la gêne qu’il avait mis malgré lui :


-Donc tu voudrais t’installer dans quel coin ? Y a pas mal d’appart libre dans mon quartier si tu cherches vraiment je pourrais toujours t’aider.

Je lui offre un sourire, avant de manger un peu de crème chantilly sur ma glace en reprenant gentiment :

-Et si tu as besoin d’un coup de main pour emménager, je pourrais toujours t’aider. Deux baguettes, ça va toujours plus vite qu’une seule.

J’hausse de nouveau les épaules avant de reprendre un peu de ma glace. J’avais bien pensé à lui demander de venir vivre chez moi en cas de pépin au lieu de prendre un appartement tout de suite, le canapé était dépliable dans le salon, et je pense qu’a deux dans mon appart’ c’était gérable…

Mais ça risquait de paraitre bizarre… Et puis franchement, avec mes idées tordues du moment, pas sur de supporter de voir le jeune homme dormir dans mon salon, même si il dort avec le plus hideux des pyjamas… Je doute qu’il dorme en pyjama d’ailleurs, je suis à peu près sûr qu’il est du genre à dormir en caleçon… Ou totalement nue…

Je reprends de la glace en chassant l’idée de mon esprit. Je me gèle la langue et le palais, mais au moins ça à le don de faire passer mes idées bizarre et ma connerie incessante qui ne cesse de venir se bousculer dans ma tête et me faire tourner en bourrique. Je soupire légèrement avant de reprendre en faisant un sourire en coin et des yeux tout tendre, genre innocent petit chaton, en disant :


-Tu me fais gouter ce que tu as pris ? Je te fais gouter ma glace après, promis.



fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Lun 23 Déc - 3:56

Merida et Jayson
J
e trouvais dommage de voir qu'il fallait elle et moi s'enligner sur des sujets plus... comment dire... banal, pour éviter tout malaise. C'est nouveau ça remarque, avant nous avions aucun problème à discuter de tout et de rien, et pourtant aujourd'hui, si ce n'est pas elle qui semble plus ou moins mal à l'aise, c'est moi qui me plante les pieds dans les plats. Bon les malaises, c'est surtout moi qui les avaient, je ne sais pas ce qui me prenait... s'en ai même épuisant à la longue. Je suis ici pour profiter D'une magnifique journée avec cette jeune femme radieuse qu'est ma meilleure amie, sans traquas, sans problème, sans gêne! Sans putain de gêne même! Je crois au fond que ça doit être à cause de mon rêve... oui ça doit être ça, ça ne peux être que ça...

*rêve *

Ce petit serveur l'avait bien mériter. Non mais! Il se prenait pour qui, de venir faire du charme à Merida alors qu'elle était assise avec moi? Il a de la chance que je ne sois pas son copain, parce qu'il aurait eu sa face direct dans son assiette... Sortant dehors rejoindre la jeune femme, j'essaie de calmer cet accès de jalousie qui viens de me prendre, alors que je n'en ai pas le droit. Les mains dans les poches de mon jean, je regarde la jeune femme avec un sourire, et lui fait un clin d'oeil pour la rassurer. Seulement elle reste silencieuse... et dans notre cas, ce genre de silence, ne me dis rien qui vaille...

-Tout va bien?

Elle me regarde sans dire un mot, comme ébranlée, mais par quoi... j'hausse un sourcil, elle commençais à m’inquiéter à ne rien vouloir me dire... Puis elle s'approche d'un pas, et j'ai un peu de mal à cerner ce que cette lueur dans son regard veux dire...

-Je t'ai entendue...

Oups? Comment elle a fait? Je veux bien qu'on ai une ouie plus développer mais elle était dehors alors que j'étais à l'intérieur non? Il y a des limites à mieux entendre... Je déglutis légèrement, elle devait donc être fâchée, sa doit être ça, son regard... Je l'avais déjà vue en colère pourtant, pourquoi cette fois je n'avais pas reconnu son émotion...

-Meri, je suis dés...

Mais elle me coupe de son index qui se pose sur mes lèvres, qui me scotche un peu sur place... avec tout ce qui m'a traverser l'esprit dans le restaurant, avec ce sentiment de jalousie, je ne savais plus quoi penser... je fronce un peu les sourcils, l'interrogeant du regard, mais elle se rapproche à nouveau... sa y est... elle va me foutre la gifle du siècle et me dire d'aller me faire foutre... Mais ce qui s'en suivit me fit perdre la tête.

-J'adore quand tu es jaloux... sa m'excite..

Puis je n'eu le temps de rien dire qu'elle se jeta sur moi, m'embrassant à pleine bouche, passionnément, fougueusement, alors que mes bras viennent l'enlacer et d'un coup la plaque dos contre le mur du petit café d'où on venait juste de sortir... non pas le mur, mais bien la vitrine...

* fin du rêve *

Le reste ne vous regarde absolument pas, l'énonciation de mes fantasmes les plus débridées me resterons personnel... Mais comment penser à autre chose alors que la nuit dernière j'ai rêver d'elle entièrement nue et criant son plaisir? Non, j'ai pas du tout la grosse tête, j'suis pas matcho à ce point mais dans mon rêve elle criait bon! Bon... parler de boulot sa me plaît bien, mais je voudrais surtout comprendre ce qui se passe en moi... une chose est certaine, si je lâche pas son décolleté je vais finir par plonger dedans!

Elle me sort alors de mes pensées, merci!!! M'installer dans quel coin... J'ai dit ça un peu comme ça, mais en y réfléchissant, avoir un appart en dehors de l'école serait quand même une bonne chose. J'aime pas l'idée de payer un endroit où je ne passerais que très peu de temps, mais bon... Je tourne la tête vers la jeune femme. Emménager dans son quartier? C'est vrai qu'il est quand même bien... Le coin je parle. Parce que même si je suis aller la reconduire à quelques reprises, je n'étais encore jamais entré chez elle, aller savoir pourquoi. C'était peut-être mieux ainsi remarque, c'était chez elle, ses affaires, son endroit. Je la regarde faire discrètement avec sa chantilly, et lui sourit doucement.

-Merci c'est gentil... laissons la rentrée faire son cours, et j'aurai un peu de temps à me concentrer à la recherche par la suite. Et je retiens ton offre!

Je pris ma glace, que j'avais commander un peu plus tôt dans la discussion, soit un sunday aux fraises avec coulis de chocolat noir, ayant été surpris par le choix de sa propre glace... sa me rappelais... le mocha au caramel au beurre salé avec un soupons de vanille... Sa me rappelais... elle...

Me râclant un peu la gorge, je pris une cuillère en plastique et lui fait signe de me suivre, il y avait un banc non loin qui pourrait nous accueillir pendant que nous mangions la glace, tout en profitant de la journée et du soleil qui nous souriait aujourd'hui. Elle prends une bouchée de sa glace, tandis que je m'assois sur le banc et sourit doucement. Oui, pourquoi pas. Regardant ma coupe glacée, j'attends que la jeune femme s'assoit à mes côtés, avant de piquer dedans (dans la coupe pas dans la jeune femme) avec ma cuillère. J'allais d'abord lui tendre ma coupe, mais l'envie de lui tendre la bouchée était plus tentante. Je souris donc et lui tends la cuillère pour qu'elle prenne la bouchée.

-Pas mal non? Le secret c'est le chocolat noir... avec un chocolat au lait, sa deviens trop sucrée...

Je pique à nouveau dans ma coupe, étant sur de prendre du coulis de choco et lui retends une bouchée... seulement la coquine (la bouchée là...) elle n'a pas voulu rester entière dans la cuillère, résultat : Crème glacée direct dans le cou et le décolleté de la jeune femme. Ehh merde! Rien pour m'aider.

-Je suis désolé! Attends...

Je prends une serviette de papier fournis avec ma coupe et m'approche d'elle toujours assis sur le banc, et mon premier réflexe, cette fois malgré tout ce qui se passait, sans aucune arrière pensée, je commence à éponger la crème qui fond sur sa peau... sa peau claire, qui semble si douce... Je me demande... NON! Ne te demande pas ça!! C'est pas le moment de se demander si le mélange de la glace avec sa peau était succulent... de toute façon, c'est sur que ce l'es... Roh mais c'est quoi ce bordel!!! Sans le contrôler, je fixe sa peau, le souffle plus rapide, j'ai même l'impression qu'il se répercute et se mêle au sien... Je déglutis légèrement, le temps semble s'être arrêter... et pris d'une impulsion incontrôlable, mon visage s'approche de son cou, humant premièrement son odeur... oui... j'avais raison... mocha caramel au beurre salé avec soupçon de vanille... puis la pointe de ma langue qui viens sournoisement malgré moi glisser sur sa peau, venant cueillir la glace qui a fondu... avant que mes lèvres travaille de concert avec cette traîtresse ( ma langue ici présente) embrassant délicatement sa peau l'espace de quelques secondes, avant de me redresser, et croiser son regard... qui fait éclater ma bulle.

Je réalise ce que je viens de faire, j'ai pas osé!! Mais qu'est-ce qui m'a pris!!! la regardant, je ne peux malheureusement que murmurer.

-Meri...

M'excuser? C'était premièrement ce que je voulais faire, mais m'excuser pour quoi? D'avoir goûter sa peau? Pas de ma faute mais la sienne, elle m'attire …. comme un aimant... et puis, m'excuser pour un geste que j'avais simplement envie de recommencer, c'est pas non plus évident...


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Jeu 26 Déc - 23:40


Jayson & Merida





Penser à la glace, penser à la glace, la glace et uniquement la glace... Plus facile à dire qu' à faire quand votre esprit ne réclame qu'à se plonger dans le regard noisette du beau blond qui se trouve à mes côtés sur ce banc...

Donc pour éviter toute pensée déplacer, osé et... Enfin voilà quoi, autant se concentrer sur la glace. Au moins, ça me remet les idées en place de manger du froid. Et puis, je pense moins l' estomac plein.

Bref, pour amadouer mon meilleur ami, je sais que faire les yeux version chaton innocent me conduira à mes fin: avoir le droit à une bouchée de son sorbet fraise avec chocolat noir. Gourmandise quand tu nous tiens...

Je sourit en voyant qu'il accepte de me faire goûter. Bon je devais abusé un peu parfois, dès qu'il mangeait quelque chose je lui en piqué toujours une une bouchée... Mais bon, vous savez ce qu'on dit, hmm? C'est toujours meilleur dans l' assiette des autres...

J' allais attendre qu'il me tende sa coupe pour me servir, mais ce qu'il fait me plaît bien plus...Son geste est tellement plus... Stop! On arrête la! On s'enlève ça du crâne immédiatement! Mérida, il te tend une cuillère de glace, rien de sous entendu la dedans, rien de déplacer non plus, juste ton ami qui te tend une cuillère de glace!

Je me penche légèrement vers lui, évite de croiser son regard de peur qu'il puisse lire en moi comme dans un livre ouvert et tombe sur mes pensées que je préfère lui dissimulé...

Peut être un jour, quand cette lubie sera passé (si cela en est une), je lui dirai que je l'ai désiré au point de l' imaginé dans les situations les plus osé qui soit... En fait non, je ne lui dirais jamais rien. J'ai un peu honte dans le fond, ça ne se fait pas de désirer son meilleur ami... Non, ça ne se fait pas.

Je chasse mes pensées en prenant en bouche la bouchée qu'il me tend, me concentrant sur les saveurs. C'est sucré sans l' être trop et il n'y a pas à dire, le mélange fraise chocolat reste un duo gagnant.

Je me demande qu'elle goût à sa peau... Est ce qu'elle a le goût de caramel? Comme son odeur?... Je ferme les yeux, se concentrer sur la glace, uniquement sur la glace! Merde! Pourquoi faut il que je dérive à ce point? C'est usant à la fin!

Je le remercie intérieurement de prendre la parole et rouvre les yeux, les relève vers lui et lui sourit gentiment:


-C'est vrai que c'est super bon... Moi qui aime pourtant quand c'est fort sucré, je trouve qu'il y a ce qu'il faut là.

Je le regarde pioché une seconde fois dans sa glace, mais je n'ai pas le temps de m' approcher quand il me tend la cuillère que l' intégralité du contenu tombe dans mon cou et mon décolleté, m' arrachant malgré moi un léger cri au contact de la glace froide sur ma peau et je recule un peu en essayant de voir les dégâts. Bon rien de grave au final, juste un peu de chocolat et de glace mais rien sur mon t-shirt blanc... Un coup de chance.

Je relève mon regard sur lui et ce que je vois dans son regard me trouble. Il semble sincèrement désolé mais... Il semble perturber également. Je pose ma glace à côté de moi, lui sourit pour le rassuré et lui dit en riant gentiment:


-C'est que de la glace Jay', c'est rien, je vais m'en remettre.

Je tend la main pour prendre la serviette et me débrouiller comme une grande (bah oui hein, je suis pas un bébé!) mais à ma grande surprise il s'approche et commence et commence à essuyé ce qui m'a coulé dessus. Je rougis instantanément et, bien malgré moi, toute ses saletés d' idées tordues à propos de mon meilleur ami me reviennent en tête aussi vite que l' éclair... Je dégluti un peu, espère en secret qu'il ne relève pas son regard sur mon visage, pas qu'il ne voit mes joues maintenant devenu écarlates...

Sans que je puisse y faire quoi que ce soit, je sens que mon souffle se fait plus rapide, mon cœur ne réclamant qu'une chose: sortir de ma poitrine et je commence à avoir chaud avec cette proximité. Je ferme les yeux et détourne un peu la tête, j'ai honte de mes pensées, j'ai honte de ses pensées que je ne devrais pas avoir envers lui. Merde, c'était mon meilleur ami, je n' avais pas le droit de...

Mon cœur semble s'arrêter sous le contact de sa langue, puis de ses lèvres. Mes poumons m'interdisent de respirer un cour instant. Je rouvre brusquement les yeux. Est ce que je rêve? Je rêve, oui, c'est ça, je me suis assoupie dans le canapé et je suis en train de rêver de Jay, encore... Mais non, ça parait bien trop vrai pour être un rêve... Je pose mon regard sur lui, encore plus troublé qu'avant. Il se redresse, nos regards se croise et la je suis sur et certaine que non, je ne rêve pas. C'est la pure et simple réalité...

Il murmure mon prénom et je redescend de mon petit nuage. Je dois avoir l' air chouette tiens, avec la bouche entrouverte et mes joues rouge tomates... Je cherche dans son regard un instant, savoir ce que je devrais faire, savoir quoi dire ou même comment réagir... Mais je n'y trouve rien... Il ne semble même pas désolé de son geste, au contraire...

J' hésite un quart de seconde, je ne réfléchi pas au conséquence, je ne suis plus vraiment maître de mes gestes... Je me penche vers lui et viens cueillir un baiser du bout des lèvres, d' abord hésitante, pas sur de ce que je suis en train faire, avant de l' embrasser plus tendrement...

J' en ai assez de ses pensées qui me torture l' esprit, de ses rêves qui me travaille la nuit et qui me hante le jour... C'était indéniable non? J' étais inexplicablement attiré par mon meilleur ami, tant physiquement qu'émotionnellement... Mais si je le perdais à cause de ça, je ne suis pas sur de me le pardonner... Ni même de m' en remettre...

Je redescend sur terre d' un coup . Mais qu'est ce que je fais? Je suis devenue folle? Je me recule d'un coup brusque, pose les mains sur ma bouche, choqué par ce que je viens de faire. Je plonge mon regard dans le sien, il allait me détester c'est sur! Je marmonne et bégaye quelques mots, m' excusant de se geste qu'il n' aurait pas du subir... Mais qu'est ce que je venais de faire?? J' allais perdre mon meilleur ami à cause de mes idées tordues! Idées que je venais de mettre à l' œuvre qui plus est...



fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Ven 27 Déc - 14:51

Merida et Jayson
D
éjà que d'avoir des pensées ainsi pour cette jeune femme qui était en soit très belle mais qui restais d'abord et avant tout ma meilleure amie me perturbais. Même le jour où je l'ai rencontrer, enfin... notre vrai rencontre, même à ce moment là, il ne me serait jamais venue à l'idée qu'un jour, nous pourrions finir.. enfin.. dans le même lit quoi! Elle était en détresse, je voulais l'aider, racheter le geste ou plutôt le nom geste qui lui avait coûter la perte de sa famille, la destruction de sa vie telle qu'elle l'a connaissait, je souhaitais me racheter mais aussi lui tendre la main, lui montrer que je n'étais pas ce qu'elle croyait que je pouvais être, et lui montrer que je serais là pour elle si elle en avait besoin et si elle acceptait mon aide. Je l'avais vue évoluer, de son statut de droguée prostituer, à une jeune femme plus douce, plus souriante, plus belle et confiante... Depuis combien de temps au fait je ressentais tout ceci? Je n'en ai aucune idée, c'est arrivée naturellement j'imagine, puisque je n'ai rien vue venir, c'était une approche en douceur dans mon esprit... Mais... parce qu'il y a toujours un mais à ce genre de pensées, c'est que ce n'étais pas bien. Et si à cause de mon côté Homme, je la perdais? Hors de question...

Et pourtant... qu'est-ce que je venais de faire au juste hein? Comment expliquer ce que je venais de faire, si j'avais pourtant si peur de la perdre... Avais-je fais exprès pour que ma deuxième cuillère prenne cette direction? Avais-je délibérément fait tomber la glace sur sa peau? Non... Et ça, je peux le jurer ce n'étais pas intentionnel! J'étais tellement nerveux, que peut-être mon corps à fait une fausse manip et que sa à tomber à cause de ça, mais ce n'étais pas de mon bon vouloir, ce n'étais pas volontaire. Et étonnamment, pourquoi je n'ai pas écouter ce qu'elle avait à me dire? Pourquoi je ne l'ai pas laisser prendre ce foutu mouchoir pour s'essuyer elle-même? Pourquoi je ne l'ai pas simplement laisser autonome? J'avais pourtant vue son teint rouge pivoine, je l'avais également vue détourner le regard, gênée? Honteuse? Va savoir... Et pourtant, encore une fois, j'ai agis en égoïste! Oui, voilà ce que je suis, un égoïste...

Et tel le meilleur des égoïstes, j'ai écouter mes pulsions plutôt que ma raison, et attiré comme un aiment sur un bout de métal, ma langue et mes lèvres viennent alors goûter sa peau délicieuse, alors que je sais très bien que se geste me vaudra soit la gifle monumental de toute une vie, soit de la voir partir sans chance de la revoir... Réalisant ce que j'étais réellement en train de faire, je me redresse alors, et plonge mon regard dans le sien. Elle semble... déboussolée? Oui, déboussolée est le mot. En colère? Je ne saurais dire, mais quoi qu'il en soit, elle est plutôt surprise, sa ne fait aucun doute. Plus que moi même... Tout ce que j'arrive alors à dire, c'est son prénom, point à la ligne... après tout... Non je n'étais pas désolé. Enfin oui et non. Oui parce que je sais que j'aurais pas du, et la chose que je devrais faire présentement c'est m'excuser, mais non parce que j'en avais encore envie... Ne pas être égoïste, ne pas être égoïste... Ne pas être égoïste!!

-Je su...

Ahh bah là... Quelle est la meilleure façon pour me couper la parole? Elle l'a trouver sans même que j'ai à le lui dire... C'est avec étonnement, surprise, mais un agréable frisson que je sens ses lèvres venir effleurer les miennes, timide, mais le geste est là... Je n'en attendais pas tant, en fait je n'en attendais pas du tout! Sauf une claque. Mais là, non seulement se n'ai pas une, mais c'est cent million de fois mieux... Mon regard croise le sien le temps d'un instant, jusqu'à ce que son effleurement soit plus pousser, pour un véritable baiser, baiser que je lui rends doucement malgré la surprise. Mais comme moi qui semble avoir eu sa bulle péter en cours de geste, elle se détache alors en plaquant sa main sur ses lèvres, comme si elle était surprise de ce qu'elle venait de faire, ou qu'elle en avait honte... Je déglutis un peu, la regardant alors qu'elle bégaye quelques tirades plutôt incompréhensible que je tente l'espace d'un moment à comprendre, mais lorsqu'elle retire finalement sa main de devant sa bouche, j'abandonne...

Mais j'abandonne quoi au juste? J'abandonne entre autre de tenter de comprendre ce qu'elle me dit, mais aussi j'abandonne de tenter de comprendre ce qui se passe en moi, ce qui serait bien ou pas, les conséquences de mon geste ou pas... Elle était venue cueillir elle-même se baiser... bon après que j'ai embrasser sa peau, c'est vrai, mais elle était venue! J'avais peut-être influencer ses gestes, mais si elle l'avait fait c'est qu'elle n'était pas totalement négative à l'idée. Et si jamais... j'aurai qu'à dire que c'est un simple écart dans notre chemin et on y reviens et on en parle plus... Mais là, ce que j'abandonne le plus, c'est mes limites, mes idéaux, ma raison...

J'agrippe son visage en coupe et d'un coup plonge sur ses lèvres pour lui faire taire ses mots incompréhensible et l'embrasser passionnément, presque fougueux. C'était la la réponse à toute ces pulsions depuis trop longtemps accumulés qui criait enfin victoire.Cette fois, elle m'avait laisser une porte ouverte, porte que je n'allais pas laisser refermer sans agir. Je n'en pouvais plus! Elle m'obsédais, maintenant de nuit comme de jour, et son goût... elle était si... Mmm! Indescriptible mais c'était sans doute ce qu'il y a de mieux sur terre! L'embrassant à en perdre l'haleine, je n'ose pas relâcher ma prise, bien que si je sentais qu'elle tentait de s'en défaire je la relâcherais d'un coup. Non je ne voulais pas lâcher de peur qu'elle s'évapore, que ce ne soit qu'un rêve... Sans comprendre comment, quelques secondes plus tard, c'est une Meri plaquer contre le mur de la crèmerie, légèrement à l’abri des regards, cacher par mon corps qui lui la surplombe, se presse à elle, l'embrasse encore et encore, agrippant ses hanches pour la presser contre moi. Je ne réalise même pas que nous sommes en public, je ne pense pas que quelqu'un pourrais nous surprendre, moi qui d'ordinaire n'est pas exhibitionniste... j'ai juste envie d'elle, c'est notre bulle, elle... moi... nous.


code by Mandy
[/quote]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Sam 28 Déc - 14:38


Jayson & Merida




Mais pourquoi ai je fait ça à la fin? Qu'est ce qui m'a pris de me jeter ainsi sur ses lèvres? Je sais que j' en avais envie, je ne me le cache plus maintenant... Mais de la à mettre ça en œuvre... Ça aurait dû rester dans mes rêves les plus secret, c'est tout.

Pourquoi ne me suis je pas entiché d'un autre? Il y avait l' embarras du choix dans Londres pourtant. Il n' était pas rare que je me fasse dragué, que l'on me file un numéro de téléphone ou même que l'on m' invite à dinner... Pourquoi fallait il que ce soit Jayson? C'était la seule stabilité que j' avais et, je me répète, mais on est pas censé tomber sous le charme de son meilleur ami! C'est un coup à tout foutre en l' air!

Sauf que voilà, même si ça ne se faisait pas, si ce n' était pas correct, c'était fait et c'est tout. Et puis vous savez ce qu'on dit, le cœur à ses raisons que la raison ignore... Je n' arrive pas à savoir quand ça m' est tombé dessus, ni même comment. C'était arrivé, imprévisible, ça c'était insinuer en moi à la manière d'un serpent vicieux, pour finalement encerclé mon cœur, mes pensées, me faisant perdre la raison au fil de ses rêves troublants...

Mes rêves, parlons en de ceux là. N' était ce pas de leur faute dans le fond? N' était ce pas à cause d' eux que maintenant j'en étais la? Vous pensez que c'est facile, vous, de regarder son meilleur ami droit dans les yeux chaque jour qui passe alors que la nuit j' imagine que je le retrouve nu dans mon lit à passer de folle nuit dans ses bras? Je passe mon temps à chercher à savoir si la réalité correspond à mon imagination... Quoi? Oui bon, j' avoue rooooohhhh... Je le mate. Un petit peu. Et rien que pour ça, je mérite des baffes...

Je n' arrive plus vraiment à articulé, je ne comprends pas un traite mots de ce que je tente de dire, pourtant ma bouche essaye de sortir de plate excuse, d' expliquer à quel point j' étais désolé (c'est pas vrai mais bon)...Mais rien ne sort correctement, je crois que mon propre geste m' a bouleversé...

Pourtant il faut bien que je réussisse à m' expliquer! Mais à quoi bon mentir, franchement? Je vais lui demander pardon alors que mon corps ne réclame qu'à recommencé? C'est un coup à jeter un grand froid dans notre amitié... Et en plus, je ne sais pas mentir. Enfin, plus exactement, je ne sais pas lui mentir. J' en suis incapable. Il a ce regard qui me donne l'impression qu'il sait quand je mens. Je secoue la tête tristement, incapable d' articulé quoi que ce soit de compréhensible. Je me désole et finis par abandonné la bataille que je mène contre ma bouche pour parler correctement. J' abandonne tout court, ça ne sert à rien d' essayé de me justifier...

Je finis par retiré mes mains de devant mes lèvres et je détourne le regard. J'ai envie de pleurer, mais pas devant lui, pas encore, hors de question... Fuir. Je ne vois que cette solution. Il faut que je m'en aille... Je ne veux pas voir la déception dans son regard, ni la gêne que mon geste à occasionné et, ce que je ne veux surtout pas, c'est l' entendre me dire qu'il ne faut pas reparler de ça, que c'est une "erreur" de parcours...

J' allais me lever quand je sens ses mains prendre mon visage en coupe. Tout va vite, trop vite peut être, pour que je comprenne réellement ce qui est en train de se passer... Ses lèvres sont de nouveau sur les miennes, mais ce geste n' est pas de moi... Ce n' est pas moi qui est venu l' embrasser... Hein? Je ne comprends pas, je reste surprise un court instant, comme pétrifié. Il m' embrasse. Jayson m' embrasse. Non ce n' est pas mon imagination, ni un fantasmes que je suis en train de rêver, il est en train de m' embrasser... Il m' embrasse. Réellement. Je crois que j'ai besoin de quelques minutes pour imprimer l' information...

Et puis zut! Je lâche tout contrôle sur moi même, le goût de ses lèvres m' enivre, son odeur me fait chaviré le cœur et m' embrouille l' esprit. Je ferme les yeux et lui rend son baiser au centuple, je m' accroche à ses lèvres comme si il était mon unique chance de respirer, de vivre, je refuse de lâcher ses lèvres, je refuse d'arrêter ce moment qui me libère en quelque sorte...

Mon cœur semble explosé dans ma poitrine, comme si il était soulager, heureux... Je ne cherche pas à savoir ce qui pourrait se passer ensuite, quelles conséquence tout cela allait avoir sur notre amitié, non, je profite de ce moment dont j'ai tant rêver, ce moment que j'ai trop longtemps espérer... Il m' obsédait depuis trop longtemps, c'était parfois à la limite de la torture. Et puis, si il m' embrassait ainsi, c'était bon signe non? Bon signe ou pas, pour l' instant je m'en fiche. Mes mains viennent d' elles même s'accrocher à son t-shirt et je n'espère qu'une chose, c'est qu'il n' arrête pas de m' embrasser...

Je ne sais ni comment, ni pourquoi, mais me voilà dos contre un mur... Je n'ai pas envie de chercher à comprendre comment on est arrivé là, il continue de m' embrasser c'est tout ce qui compte... Je ne me souvenais pas qu'il était aussi grand par rapport à moi et je suis a peu près sur qu'il me cache presque entièrement ainsi pencher sur moi. Je frissonne sous le contact de ses mains sur mes hanches, du fait qu'il se colle à moi, c'était comme dans mes rêves les plus fous....

Dans mes rêves. Oui, voilà. C'était encore un rêve... Ça ne pouvait pas se passer ainsi dans la vraie vie. Je le repousse à contre cœur, tente d' apaisé les battements de mon cœur qui bat trop vite dans ma poitrine, tente de reprendre mon souffle bien trop rapide... Je ferme les yeux avant de murmurer:


-Merde... Je suis encore en train de rêver... Ça peut pas être vrai... Y a que dans mes rêves que ça se passe comme ça...

Je garde les yeux fermés, les mains posé sur son torse. Je ne vois que ça comme explication à ce qui est en train de se passer, parce que Jayson, sauf si finalement mes rêves avait rattrapé la réalité, il ne m' embrasserait pas ainsi... Enfin, je ne pense pas qu'il m' embrasserait ainsi... Je m' embrouille de nouveau l' esprit. Mais à quoi ça sert que je me prenne la tête? Après tout, c'était bien un rêve, non...?


fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Dim 9 Fév - 22:25

Merida et Jayson
J
e suis déçu... Déçu parce qu'encore une fois, quelque chose m'empêche d'y croire. Chaque fois que ce genre de chose se passe, je fini par me réveiller en plein action, en sueur, le cœur battant et dans de mauvaises postures, pour me rendre compte qu'à tout coup, ce n'est qu'un rêve... un rêve délicieux et envoûtant mais qu'un putain de rêve tout de même. Je suis déçu parce que c'est la première fois que je la sens à ce point réel... je sens son odeur plus fort que jamais, cette odeur que j'aime tant, qui m'enivre jusqu'au plus profond de moi alors que sa ne l'avais jamais fais à ce point. J'ai l'impression de sentir son cœur battre la chamade sous mes doigts alors qu'avant je n'arrivais qu'à l'imaginer faire, sans le sentir comme ça... Le goût de ses lèvres est complètement différent de ce que j'ai l'habitude d'imaginer mais tellement mieux, c'est un goût indescriptible, tout simplement parfait, le goût, la chaleur, la douceur... pourquoi cette fois c'est différent mais mieux que jamais, et que je devrai encore une fois me réveiller... Saleté de vie! J'ai pas envie moi! Mais si c'est comme d'habitude... je ne devrais pas tarder à rager dans mon lit...

Non mais attends un instant... dans mes rêves je ne peux pas avoir se genre de réflexion. Dans mes rêves, je ne peux pas me dire que je suis en train de rêver, je le vis, comme si c'était le moment présent, avec moins de sensation, et c'est tout... de plus, je ne rêve pas de ce qui se passe avant de l'embrasser... je la vois, je lui souris, l'embrasse et c'est tout... donc... tout ça est bien réelle... j'ai réellement Mérida contre moi, j'ai vraiment cette jeune femme agrippé à mon t-shirt comme si sa vie en dépendait, tremblante, répondant à mon baiser avec la même émotion que moi, comme si elle le désirait depuis si longtemps... tout était réelle, bien vraie, et je ne peux plus rien cacher... Et si elle y répondait avec autant de ferveur, c'est qu'elle en mourrait autant d'envie que moi... mais ce qui viens à me faire me demander : pourquoi on a attendu tout ce temps?

Une peur me prends alors à l'estomac. Et si jamais tout sa gâchait notre amitié? Amitié et histoire de cul c'est jamais bon de mélanger les deux... bon oui, j'ai déjà couché avec mon meilleur ami mais sa compte pas! C'était purement expérimentale, il voulait simplement me réconcilier avec la gente masculine... bon sa n'a pas vraiment donner l'effet qu'il souhaitait mais c'est mieux que rien... Au moins je ne les regarde plus tous avec dégoût et dédain c'est déjà ça. Avec Al au moins, j'ai toujours une bonne relation, mais en serais-ce le cas avec elle? Contrairement à Al, elle elle m'obsédait, j'avais envie d'elle depuis des semaines, et même si je refusais de l'admettre, je crois que ça va bien plus qu'une simple attirance sexuelle... je la sens me repousser un peu, à mon plus grand regret, et ouvre lentement les yeux alors qu'elle les gardes fermer, le souffle court, se répercutant au sien.

J'en profite alors pour la regarder, ou plutôt l'admirer... Ses longs cheveux blond qui ont bien changer en deux ans, qui ondule de part et d'autre de son visage, lui donne un effet de Halo autour d'elle, comme un ange descendu du ciel. Son teins clair aujourd'hui coloré par le rouge sur ses joues, soit par la gêne, ou par ce qui viens de se passer me fais sourire, cela la rends encore plus irrésistible... elle est belle, si belle... je refusais de le dire avant, mais aujourd'hui c'est une constatation que je ne peux plus réprimer.

Mon regard s'abaisse sur ses lèvres lorsqu'elle murmure ses quelques mots qui ne font que confirmer mes pensées, soit qu'elle désirait la même chose que moi, ou du moins en belle partie, depuis un moment... Ma main viens doucement glisser dans son cou, mon pouce caressant sa joue puis sa lèvre inférieur avant de murmurer à mon tour.

-Et bien... si tu rêve, nous sommes tous les deux en train de faire le même, en même temps, au même endroit avec le même désir... Tu ne rêve pas Merida...

Mon pouce continue de caresser sa lèvre en douceur et je penche doucement mon visage pour approcher ma bouche de son oreille. J'hume d'abord son odeur, cette essence qui me fait pratiquement perdre la tête d'un simple coup de vent, puis je murmure d'une voix grave à son oreille.

-Parce que pour moi, c'est encore plus intense que dans mes rêves... et surveille ton langage mademoiselle Tsar...

Mes lèvres viennent tout doucement taquiner son oreille, mordillant le lobe de celui-ci avant de glisser une panoplie de baiser sur la peau de son cou, venant retrouver l'essence de glace que j'ai échapper un peu comme un con sur sa peau quelques instants plus tôt. Quoi que... je dois remercier mon étourderie pour ce coup... sans quoi, je n'aurais pas cette jeune femme sublime contre moi, m'avouant qu'elle rêve de se moment depuis un bon moment déjà, à savoir peut-être depuis aussi longtemps que moi... et savoir qu'elle le désire tout autant que moi me permet d'être un peu plus aventureux, oubliant complètement le fait d'être dans un lieu publique ou n'importe qui peux nous voir, ma main viens se faufiler sous son haut, venant doucement caresser la peau douce et étonnamment plus chaude que je ne l'aurais cru de son ventre, glisse sur son flanc en remontant lentement jusqu'à la lisière de son soutif en mordillant un peu sa peau taquin mais une certaine crainte régnant encore en moi m'empêche d'aller plus loin... je remonte par contre le long de son cou, embrassant sa mâchoire.

-Je me doute que ce que l'on fait n'est pas bien... mais j'ai pas envie de m'arrêter... dis moi stop par contre, et j'arrête tout de suite...

Elle était maître du jeu, je n'irai jamais contre sa volonté, c'est elle qui décidait maintenant...


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Mar 11 Fév - 19:48


Jayson & Merida




Réveille-toi ! Réveille-toi ! Réveille-toi BON SANG !!!
J’ai beau hurler ses mots intérieurement, je n’y arrive vraiment pas… Parce que oui, oui, je dois rêver. Je ne vois aucune autres explications a… A quoi finalement ? Au fait que je sois dans les bras de Jayson ? Ou tout simplement au fait que je… Enfin, qu’il m’a… Non, que l’on s’est embrasser…

Son souffle qui se répercute au miens, son cœur qui bat sous mes mains, cœur qui bat si vite, presque aussi vite que le miens en fait. Je me sens perdu, j’ai envie de pleurer, j’ai tellement envie d’y croire, de croire que tout cela est vrai… Et en même temps, je ne sais pas vraiment si c’est une bonne idée. Déjà, ça pourrait foutre en l’air notre amitié, ce qui engendrerait une destruction intérieur de ma personne, après tout, il était le seul pilier stable dans ma vie depuis deux ans… Et surtout, ça le mettrait en danger. Il ne faudrait pas oublier que je suis toujours considérée comme morte à l’origine, alors si on découvrait que ce n’était pas le cas mais qu’en plus de ça Jayson me couvrait depuis le début… On allait au-devant de graves ennuis.

Je sursaute au contact de sa main dans mon cou, je frémis sous la caresse de son pouce sur ma joue et j’ai l’impression que mon corps tout entier se tend comme un arc quand il vient caresser ma lèvre… Je dois me retenir de trembler, j’ai l’impression de perdre tous mes moyens, alors que dans mes autres rêves je me montre tellement pleine d’assurance… Il a vraiment le don pour me mettre la tête à l’envers et à me désarmé totalement.

Je rouvre un peu les yeux lorsque je l’entends parler. Ce n’était pas un rêve… C’était dur à croire, certes, mais c’était vrai… La réalité pure et dure. Je rougis un peu plus, je n’ose même pas relever le regard sur lui, la caresse de son pouce sur ma lèvre semble me rendre muette ou tout du moins me fait perdre toute sorte de communication qui serait plus ou moins compréhensible et puis, si je parle, il va arrêter son geste et je ne le veux pas…

Le même désir. J’ai l’impression que ses trois petits mots résonnent en moi comme un écho lointain. Le même désir… Mais pourquoi il ne me l’a pas dit avant ?? Il est idiot ou bien ?? Ça m’aurait évité bien des maux de têtes à retourner toute cette histoire en long, en large et en travers ! Bon, si on part là-dessus, je suis tout aussi idiote que lui étant donné que je n’ai rien dit non plus… Deux idiots ronger par le même désir, voilà ce qu’on est dans le fond.

Je ferme de nouveau les yeux alors qu’il penche son visage vers moi, je frissonne un peu en sentant son souffle chaud sur ma peau, l’avantage de cette proximité c’est que je peux m’enivrer de son parfum, l’odeur du caramel chaud… J’adore ça… Un long frisson me parcours l’échine, ma bouche s’entrouvre légèrement et je crois que mon cœur loupe un ou deux battements dans ma poitrine lorsqu’il murmure à mon oreille…

J’ouvre de grands yeux, je n’en reviens pas. Pas du fait qu’il me dise de surveiller mon langage, non, ça j’ai l’habitude, il me le répète sans cesse dès que mes mots se font un poil grossier. Non, c’est le fait qu’il me parle de ses rêves. Tout du moins, de l’intensité de ses rêves… Ça voulait dire quoi ça ? Il rêvait de moi ? Il rêvait que je l’embrasser ?? Ou tout du moins qu’on s’embrasser ?? J’ai envie de rire nerveusement mais ce qu’il vient faire ensuite me paralyse totalement…

Je manque de souffle pour le coup, je crois que j’ai arrêté de respirer au moment où il m’a dit que ses rêves n’étaient pas aussi intenses. J’ai peur de suffoquer d’ici peu mais j’ai tout aussi peur de respirer, comme si se simple geste pouvait le faire fuir. Je frissonne totalement, un peu comme si j’étais face à un vent glacial alors que je bous littéralement, alors qu’en fait c’est juste son geste qui me fait cet effet… Finalement, c’est bien mieux que dans mes rêves, milles fois mieux même…

Je finis par inspirer longuement lorsqu’il embrasse mon cou (Aaaahhhh de l’air…), mon cœur semblant éclater à chaque battement… Et à dire vrai je suis terrifier. Je suis terrifié des conséquences que tout cela pourrait engendrer… Roooh et puis zut ! Arrêtons de penser au lendemain, vivons le moment présent ! Je frémis sous chacun de ses baisers et je fonds totalement lorsque ses mains se glissent sous mon t-shirt, sa peau venant à la rencontre de la mienne, me provocant de nouveau un long frisson… Si vous vous promenez dans le parc et que vous voyez un superbe jeune homme à côté d’une flaque informe, eh bien la flaque informe, c’est moi.

En parlant de parc, tout ceci m’a complétement fait oublier qu’on était légèrement dans un lieu public ! Bon un peu cacher, mais quand même ! Ça me fait sourire au fond, on dirait des adolescents… Mais ce n’est pas une raison, ce n’est pas forcément une bonne chose de s’exposer comme ça aux yeux de tous…

Je soupire et laisse retombé ma tête sur le côté pour lui laisser libre accès à mon cou, je crois que je vais devenir accro à ses baisers s’il continue ainsi… C’est déjà limite là. Mes mains s’accroche fermement à son t-shirt comme si il pouvait fuir, bien que je doute qu’il en est envie vu ou ses mains se sont poser… Je me mords la lèvre lorsqu’il mordille ma peau, me torturant seul lorsqu’il remonte sur ma mâchoire… Mais ses mots me font redescendre sur terre.

Je me redresse un peu (heureusement qu’il me tient légèrement, sinon je crois que je serais déjà les fesses par terre tellement je me suis affaisser la !) et tourne le regard vers lui, mettant court à ses baisers (non pas que j’en ai envie mais bon…) Arrêter ? Il est devenu fou ? Je fais non de la tête, je ne veux rien arrêter du tout moi, j’en veux encore et encore, je veux m’enivrer de ses lèvres, de ses baisers jusqu’à en devenir totalement accro…


-J’ai pas envie que tu t’arrêtes… Pas envie du tout…

Je glisse ma main dans son cou, remonte dans sa nuque que je caresse du bout des doigts et viens chercher ses lèvres pour l’embrasser longuement, quitte a de nouveau perdre mon souffle… Merida, reprend toi, lieu public ! Je me stoppe à contre cœur avant de murmurer comme si je disais quelque chose d’honteux :

-Mais… Je ne pense pas qu’ici soit vraiment le meilleur endroit du monde pour ça…

Je me pince un peu les lèvres et relève le regard vers le sien, me perdant dans son regard noisette, regard que j’aime tant, si tendre, si doux… Pourquoi est-ce que je ne lui ai rien dit avant… ?


fiche par century sex.





Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Jeu 13 Fév - 15:04

Merida et Jayson
J
e n'aurais jamais cru lui faire un effet aussi fort... en fait je n'aurais pas cru non plus ressentir autant de sensation. Ce n'est pas parce que je n'ai pas d'expérience... bon d'accord je ne suis pas non plus un expert c'est pas ce que je dis, loin de là! Mais même avec ce que j'avais déjà connu, je n'avais jamais ressenti pareil bouffée de chaleur, pareil frisson de plaisir... et pourtant ce n'est qu'un baiser... un baiser passionnée attendu et espéré visiblement depuis longtemps pour tous les deux mais qu'un baiser quand même... je n'ose même pas imaginer la suite, non pas que j'en ai peur... mais je préfère le vivre, pleinement, être surpris par tout ce qui pourrais monter en moi... bon en même temps là je passe pour un gros pervers à penser à la suite alors que je devrais plutôt simplement profiter de ce qui se passe là, maintenant!

J'avais peur par contre, qu'elle réalise que ce que nous faisons avait beaucoup de risque... elle me repoussera sans doute, pour me dire qu'on ne peux pas faire ça, qu'elle ne veux pas prendre le risque de briser notre amitié, et je sais au fond qu'elle aura raison... je n'ai pas envie de la perdre non plus, je ne voulais pas ne plus avoir Merida Tsar dans ma vie... Non en fait, je voulais plus que ça. Étais-je prêt à me l'avouer? J'ai déjà fait un grand pas en cessant de me mentir sur l'attirance que j'avais pour elle, une chose à la fois. Et puis, penser à plus alors qu'elle allait sans doute me dire que nous devrions en rester là et qu'elle ferait mieux de rentrer serait pour moi un suicide assuré. Après tout, vouloir plus équivalait à prendre la chance de perdre beaucoup plus... Alors non, ne pas penser à ça.

Caressant sa lèvre, sa joue, j'essaie au mieux de contrôler mes pulsions, mais c'est mon cœur et non ma tête qui agis pour moi, qui me contrôle... en fait je suis en train de perdre le contrôle, chose que je redoute depuis toujours, mais aujourd'hui je n'ai pas peur... du moins, pas à ce niveau. Voir les frissons sur sa peau, son souffle s'accélérer sous chaque caresse, sa chair de poule, son cœur qui bat plus vite en concert avec le miens... c'est tout simplement un délice!

Je ne peux faire autrement que de lui avouer que je n'avais pas envie que tout ça s'arrête même si je connaissais les risques... j'avais trop envie de goutter ses lèvres à nouveau, imprégner en moi et ne jamais avoir à l'oublier... Mais j'allais quand même respecter son choix, si elle me disait d'arrêter je me confondrais en milles excuses et arrêterai... Je la sens se redresser contre moi, et elle tourne la tête ce qui m'oblige à relever la mienne... ça y est... Le moment est venue. J'inspire profondément, j'aurais peut-être pas du parler maintenant... mais bon, c'est fait maintenant...

Mais ses mots me surprennent, sans doute autant que la situation peut être réelle. Non pas qu'elle m'a démontrer une certaine réticence, mais j'aurais cru qu'avec ce que je viens de dire, elle réalise que ce que nous faisons est mal et qu'on devraient plutôt arrêter avant de déraper complètement... sa me rappelle ce matin, où je m'étais réveiller à demi nu dans le lit avec elle dans la chambre d’hôtel sans savoir ce qui s'est réellement passé... Un certain froid C'était installé, une gêne commune, j'ai pas envie de revivre ça... Et j'imagine qu'elle non plus. Mais qu'elle me dise qu'elle n'a pas envie que j'arrête...

Ohhh je vois le truc... Elle me dis ça, mais en laissant ainsi sa phrase en suspends, c'est bien entendu parce qu'il y a un mais. Je déglutis un peu, et j'allais lui dire justement : mais il y a un mais... seulement ses doigts qui remonte dans mon cou pour venir s'échouer sur ma nuque dans une caresse aussi douce m'électrise, me couple le souffle et ainsi la parole... J'avais l'impression que toute tension s'envolait à se simple geste, une certaine euphorie et une sensation de bien-être et de plénitude m'envahis d'un coup... c'est un extase, rien de moins... Ça, agrémenter de ce baiser plus doux, plus tendre, enfin à mon humble avis, et ça y es, je fond... carrément! Mais je ne lui avouerai pas qu'avec cette simple caresse elle pourrait faire de moi ce qu'elle veut, c'est vendre l'arme à l'ennemi en quelque sorte... donner le pouvoir à la femme, mauvaise idée! Mais ses lèvres quittent à nouveau les miennes, me ramenant sur terre, le voilà le fameux mais...

-Meri...

Mais elle reprends sa lancé, et si une fois dans ma vie j'ai un sourire niais, c'est bien cette fois! Mon cœur s'emballe, je me mords la lèvre et inspire doucement, réalisant par contre en effet que nous sommes direct à côté du stand de glace à la vue de quiconque se donne un peu la peine de regarder. Je me redresse un peu, regardant autour et rigole un peu pour moi-même, avant de retourner mon regard dans le sien, revenant tout doucement caresser ses lèvres de mon pouce pour qu'elle cesse de les pincer ainsi... Je lui souris doucement, me perdant dans son regard que j'aime tant, dans lequel je me surprends de me perdre depuis un moment déjà, là où j'ai l'impression que tous mes problèmes n'existe plus, là où je me sens bien...Je ne sais pas combien de temps passe, mais je dois sortir de se regard qui me captive si je veux pouvoir dire quelque chose.

-Tu as raison...

Je viens glisser mes doigts le long de son bras et viens chercher sa main pour l'attirer un peu derrière le stand où il y a moins de chance de se faire voir... bon je passe encore pour un gros pervers mais c'est pas ce que vous croyez! Je me mords la lèvre légèrement, jette un dernier coup d’œil autour de nous avant de sourire à la jeune femme, venir poser mes mains sur ses hanches et l'attirer un peu plus contre moi avant de transplaner, profitant de se mouvement pour la serrer plus fort encore. Puis nos pieds retrouvent le contact solide de la terre ferme, alors qu'on se trouve direct dans le couloir devant la porte de son appartement. L'envie de la replaquer contre celle-ci est fort intéressante... ohhh et pas seulement qu'intéressante, irrésistible même, envie à laquelle finalement je ne résiste pas, lui appuyant le dos contre la porte, seulement cette fois, mes mains viennent glisser sous ses cuisses, la soulevant de terre, et ainsi avoir mon visage au niveau du sien, ses jambes autour de ma taille. Mes lèvres viennent rechercher les siennes, avides, comme si elles leurs avaient déjà manqué, ce qui n'est pas totalement faux... l'embrassant longuement, pressant mon corps au sien, je parviens à murmurer contre ses lèvres.

-Tu ne m'as jamais fait visiter finalement... c'est une bonne occasion non...?


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Jeu 13 Fév - 19:47


Jayson & Merida




C'est peut-être une mauvaise idée. Une mauvaise idée de se lancer la dedans, de se lancer dans... Dans quoi finalement? Je ne sais même pas ce qu'il ressent réellement pour moi au fond. Est ce qu'on peut dire qu'on se lance dans une relation? Ou est ce que ça va s' arrêter la...? J' en ai pas envie. J'ai pas envie de m' arrêté après une nuit... Bon je suis en train de passer pour une perverse à penser à cela après juste un baiser mais... J' y pense, c'est tout.

Je repense malgré moi à tous ce qui c'est passé avec lui ses derniers temps, la haine que j' avais pu sentir émaner de lui lorsque ce serveur m' avait donné son numéro (numéro qui a par ailleurs finit à la poubelle), le fait qu'il soit toujours la dans les moments difficiles comme dans les meilleurs, le fait qu'il me prenne la main... Je remonte aussi loin que mes souvenirs me le permettent, ils défilent dans ma tête à une vitesse folle, mais s'arrête en particulier sur un moment de notre amitié ou tout aurait déjà pu basculer...

Ce fameux matin à l' hôtel, ou l'on c'était réveiller enlacer, à demie nue après une sacrée soirée de beuverie... La gêne ressenti à ce moment la était indescriptible. Pas forcément du fait qu'il me voit ainsi, mais du fait que je n'avais plus aucun souvenir de ce qui avait pu se passer cette nuit là avec lui... Par la suite, surement poussé par notre instinct de survie (tout du moins la survie de notre amitié), on c'était éviter pendant quelques temps et si on se croisait, nos sourire se faisait gêné. On en a jamais reparler et c'était pas plus mal puisqu'on avait réussi par la suite à poursuivre notre amitié...

Je me perds dans son regard après lui avoir dit que cette endroit n' était pas forcément le meilleur endroit du monde pour nous... Surtout si on nous prenait en flag' alors qu' on s'embrasse passionnément. J'ai envie de sourire bêtement, je me sens comme une adolescente qui embrasse pour la première fois avec mon souffle court, mon cœur qui n' arrive pas à reprendre un rythme normal et mes joues qui doivent maintenant ressembler à des tomates bien mures... Je doit avoir l' air bien idiote tiens, moi qui me montre toujours forte et inébranlable, voilà qu'un simple baiser de mon meilleur ami me fait perdre tous mes moyens...

Mon regard se pose sur son sourire et je ne peux m'empêcher de sourire à mon tour. C'est quoi ce petit smile que je ne lui connais pas? Je trouve ça... Je ne sais pas, ça me fait quelque chose en tout cas. Ça me ferait presque rire, non, glousser... Oui, oui, comme une gamine. Je me sens comme une gamine dans ses bras, sans soucis, sans problème, juste une gamine qui se cache pour bécoter son amoureux en secret... Sauf que je ne suis pas une gamine, j'ai 24 ans et ce qu'on viens d' échangé se rapproche plus des baisers langoureux que du bécotage des bancs d' école...

J' aime l' entendre rire mais je crois que ce rire témoigne seulement du fait que lui aussi ne c'était pas rendu compte de la vue qu'on pouvait à toutes personnes qui se donnait la peine de regarder autour d' eux...Je le laisse se redresser à contre cœur, je préférerai qu'il reste tout coller contre moi et surtout ça me rappelle à quel point il est grand à côté de moi... Je suis sur que l'on pourrait me prendre pour sa petite sœur...

Il revient caresser mes lèvres de son pouce, gestes qui a le don de m' arracher un frisson suivi d'un soupir qui en dit long sur mon état d'esprit actuelle, mais je n' arrive pas à lâcher son regard... Ses yeux m' ont toujours captivé, hypnotisé, je m'y perds facilement depuis un petit moment déjà, j'ai l'impression qu' un simple regard de sa part me met en sécurité, me promet un avenir meilleur et sans encombre, sans inquiétude, sans stress et sans cette épée de Damoclès qui ne cesse de se balancé au dessus de ma tête depuis deux ans déjà...

Je cligne des paupières, le fait qu'il me parle me ramène les pieds sur terre. J'ai raison? Raison de quoi? Ah oui, du fait qu'on était à la vue de tout le monde. Je l'avais oublié tiens... Quand je vous dit qu' un simple regard de sa part et je perds tout bon sens! Je frissonne de nouveau sous la caresse qu'il exerce sur mon bras et mes doigts viennent se glisser entre les siens sans demander leur reste. Je me redresse à mon tour, le suis sans chercher à comprendre, donnant un dernier coup d'œil derrière nous, juste pour s' assuré qu'on ne nous a pas trop vu, ni que l'on nous suis...

Nous voilà plus caché encore et je ne peux pas m'empêcher de sourire. Euh oui, bon, quand je disais que ce n' était pas vraiment l' endroits, je parlais également de ce côté ci du bâtiment... Bon, pour sur, on se ferait beaucoup moins remarqué ici, il faudrait que quelqu'un prenne vraiment la peine de venir voir par ici pour nous découvrir mais ce n' est pas une raison... Je lui rend son sourire et frissonne légèrement alors que ses mains sur mes hanches. Finalement, je m'en moque totalement de l' endroits où on se trouve, tant qu'il continue de me prendre dans ses bras, de me sourire, de m' embrasser... Je pourrais aller au bout du monde tant que c'est avec lui... Mes mains viennent d'elles même s'accrocher à son t-shirt, je n'ai pas envie qu'il me lâche...

Je ferme les yeux et grimace. Transplaner... Je déteste ça. Réellement. Et en plus,je ne sais pas transplaner. Enfin, je le sais, mais je ne suis pas doué pour ça... Mais la prise de Jay à sur moi à le don de me faire oublier que l'on transplane, ses bras me procure un sentiment de sécurité dont je ne pourrais me défaire...

Je soupire légèrement, soulager de retrouver le sol sous mes pieds mais je ne relâche pas Jayson pour autant. Je rouvre les yeux, regarde autour de nous et me retiens de froncer les sourcils, pas sur de l' endroits où on se trouve... On est bien devant chez moi la? Oui, oui on est bien devant ma porte d'appartement... J' allais proposé qu'on entre mais ce qu'il fait...

Mon cœur loupe un battement et se remet à battre la chamade alors que je sens ses mains se glisser sous mes cuisses, m' arrachant une profonde et bruyante inspiration témoignant de ma surprise alors que mes pieds quitte de nouveau le sol mais cette fois, ça ne me dérange pas le moins du monde. Je passe mes jambes autour de sa taille, mon dos rencontre de nouveau un mur et je tente de calmer les battements de mon cœur qui se font beaucoup trop fort, beaucoup trop rapide...

Mon visage au niveau du sien me permet de me perdre de nouveau dans son regard, mais je lâche bien vite son regard lorsque ses lèvres viennent rechercher les miennes avec avidité. Je deviens lentement mais surement accro à cette nouvelle drogue, bien meilleure que tous ce qui peut exister sur cette planète... Je lui rend son baiser avec un peu plus d'assurance qu' avant (le fait d'être dans un endroit qui m' est familier peut être...), venant glisser mes mains dans son cou, glissant sur sa nuque, remontant dans ses cheveux alors que mon corps se presse au sien...

Je souris contre ses lèvres à ses mots, je caresse l' arrière de sa tête machinalement et frotte mon nez au sien avant de murmurer:


-C'est vrai... Mais faudrait que tu me relâche pour que je puisse ouvrir la porte... Et pour l'instant j'ai pas envie que tu me lâche...

Je rit un peu et revient écrasé mes lèvres sur les siennes, avidement, je me régale du goût de ses lèvres, m' enivre de ce goût indescriptible, mes mains se perdent en caresse sur sa nuque et son cou. J'en veux encore et toujours plus... Mais j'ai bien l'impression que je ne pourrais finalement jamais me remettre de cette épisode si jamais ça n' allait pas plus loin... Non, je ne pourrais jamais faire abstraction de ce moment si finalement il me disait que c'était une erreur, que l'on ferait mieux de s' arrêter la avant d' aller plus loin...

Si j'ai vraiment une bonne étoile quelque part dans l' univers, s' il te plait, fait en sorte que ce moment ne cesse jamais, ne me retire pas ça, ne me le retire pas lui, je veux pouvoir continuer à l' embrasser jusqu'à perdre mon souffle...



fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Lun 17 Fév - 3:15

Merida et Jayson
Q
uand je regarde tes yeux, c'est comme si je regardais le ciel de nuit ou un beau lever de soleil. Il y a tant de choses qu'ils détiennent. Et tout comme de vieilles étoiles je vois que tu es venu jusqu'ici pour être là où tu es... Quel âge a ton âme ?

Je ne renoncerais pas à nous même si le ciel tourne mal. Je te donne tout mon amour,je veille sur toi.

Et quand tu as besoin de ton espace pour faire un peu de navigation, je serais là attendant patiemment pour voir ce que tu trouves parce que même les étoiles brûlent. Certaines tombent même à terre. Nous avons beaucoup à apprendre. Dieu sait que nous en valons la peine. Non, je n'abandonnerais pas

Je ne veux pas être quelqu'un qui s'éloigne si facilement. Je suis ici pour rester et faire la différence que je peux faire. De nos différences, ils faut beaucoup pour nous apprendre comment utiliser les outils et les cadeaux que nous avons, nous avons obtenu beaucoup en jeu. Et à la fin, tu es toujours mon amie, au moins nous avions bien l'intention pour nous de travailler, nous n'avons pas casser, nous n'avons pas brûler. Nous devons apprendre comment plier sans que le monde s'effondre. J'ai dû apprendre ce que j'ai, et ce que je ne suis pas et qui je suis

Je ne renoncerais pas à nous, non je n’abandonnerais pas, Dieu sait que je suis assez difficile. Nous avons beaucoup à apprendre Dieu sait que nous en valons la peine

Je ne renoncerais pas à nous même si le ciel tourne mal. Je te donne tout mon amour
Je lève toujours les yeux


Des mots... je rêvais à des mots, des brides, des phrases ici et à, alors que j'ai finalement décidé de les écrire, chaque fois qu'une nouvelle se présentait à moi. Et au fil des jours, des semaines, voilà le texte qui en était ressortie... je n'y avais jamais réellement prêter attention jusqu'à maintenant, mais je réalise aujourd'hui que je rêvais à une nouvelle phrase chaque fois que je passe un moment avec la jeune femme. Chaque fois que je la voyais, il y avait un élément nouveau à mon casse-tête. Qu'est-ce qu'il signifiait au juste? J'avoue que je n'en avais aucune espèce d'idée... Ou du moins je n'en n'avais pas d'idée. Aujourd'hui je commence à faire des liens, je commence à comprendre... étais-je prêt à comprendre entièrement, je ne sais pas, je n'en suis pas sur... pourquoi ne pas tout simplement me concentrer sur le moment présent au lieu de m'en faire pour ça. J'ai une superbe jeune femme qui hante mes nuits dans les bras, et moi je pense aux rêves inutiles que je fais lorsque je ne rêve pas d'elle... aussi bien de vivre la réalité à la place, non seulement elle est plus intéressante, mais plus belle, plus douce, tendre et délicieuse encore...

Si vite arrivé, je l'a relevai pour la plaquer contre la porte de son appartement, porte que je n'avais jusqu'à maintenant jamais dépasser. Simplement parce que ça n'avait jamais réellement adonner, également parce que je ne m'étais jamais senti à l'aise de pénétrer son intimité... ouhh la la phrase perverse que je viens de faire! Je n'osais pas entrer dans son appartement bon! C'était sa vie privé, et j'avais tellement fait de mal à celle-ci que je me sentait mal d'en faire partie d'aussi près. Seulement aujourd'hui c'est un peu différent. Aujourd'hui tout est différent, nuance!

Me pressant doucement contre elle, les mains sous ses cuisses, j'en relâche une pour venir glisser ma main dans son cou, tout en lui rendant son baiser qu'elle me rends avec une fougue nouvelle. Est-ce le fait que nous soyons devant sa porte qui la rassure? Elle est sur terrain connu, elle est même en avantage puisque nous étions chez elle, sa l'aidait peut-être... Ses mains viennes de perdre sur mon cou, dans mes cheveux, et sa a le don de me faire perdre la tête ça n'a aucun sens... un simple geste, pourtant plutôt banale, qui me fait craquer, qui me fait... tant d'effet! Autant il pourrait être apaisant, autant excitant, s'en ai un peu trop compliqué pour tenter de les comprendre en ce moment. Juste la sentir sourire contre mes lèvres me fait frisonner, j'ai toujours aimer son sourire.. il me démonte qu'elle peut être heureuse malgré sa vie que je lui ai arraché, malgré les épreuves qu'elle a vécu... elle peut être heureuse, et elle peut l'être avec moi dans sa vie, ça c'est important pour moi. Ses doigts accentuent leur caresse sur ma nuque et son geste me fait sourire à mon tour. C'est un geste si... enfantin! Mais c'est mignon.

J'ouvre lentement les yeux pour plonger mon regard dans le sien lorsqu'elle prends la parole dans un murmure, un souffle, et je ne peux que sourire d'avantage. Cela tombe bien, je n'ai pas plus envie de la laisser retrouver le sol... Plus vite que son ombre, je sens ses lèvres revenir se plaquer aux miennes, et en réponse à son corps, le miens viens ce presser un peu plus au sien, ma main toujours dans son cou, caressant sa joue de mon pouce en lui rendant son baiser comme si elle me servait d'oxygène. Ce qui pour le cas n'étais pas vraiment faux. Longuement, tendrement, passionnément, je ne pouvais relâcher ma prise sur elle. J'étais incapable de cesser de l'embrasser, j'avais envie de la goûter, imprégner son odeur, son goût, ne jamais l'oublier, et l'avoir à jamais sur moi... Je lâche un soupire de plaisir et de bien être contre ses lèvres quand ses mains se perde à nouveau dans mes cheveux, sur ma nuque, sur mon cou... miam! N'arrête pas Merida je t'en pris!! N'arrête pas ma belle, garde moi dans tes bras, encore et encore, et toujours...

Bien que la position est très intéressante, que j'aime l'avoir ainsi dans mes bras, nous restons quand même susceptible à être surpris en pleins couloirs par ses voisins qui vivait sur la même étage qu'elle... mais je n'avais pas plus envie qu'elle de la relâcher... Mmm dilemme. Que dois-je faire... J'aime pas être mis dans une situation comme celle-ci... Bien que dans d'autres circonstances je me débrouille très bien... Bon alors tant pis... tans pis pour la porte! Ma main dans son cou glisse un peu le long de son corps avant de venir aggriper la poignée qui se trouve à portée de main et d'un coup sec détruit la serrure... je vais devoir m'arranger pour que son appartement soit plus protéger que ça quand même, mais les sors de protection irons à plus tard... poussant dans la porte tout en gardant la jeune femme contre moi, aider par ma main sur sa cuisse et ses jambes bien agrippée autour de mes hanches, j'entre finalement dans son appartement sans lâcher ni son corps, ni ses lèvres. D'un coup de pied par la suite, je referme sa porte, et d'un mouvement de main à l'aide d'un sors informulée je reverrouille sa porte de façon magique, ainsi personne ne pourrait l'ouvrir comme ça pour voir... je m'occuperai de réparer le verrou de la porte et poser les sors de protection plus tard. Je sais pas quand, quand je serai moins occupé.

Ne connaissant pas l'endroit par contre, je me prends les pieds dans une table basse en essayant d'avancer, réprimant plutôt difficilement un grognement sourds qui groûle un peu dans ma gorge sous la douleur ressenti pour le coup sur mon mollet droit. Ok, c'est bon j'ai compris, je n'aurai malheureusement pas le choix de la déposer et ainsi regarder un peu autour de moi avant de nous foutre tous les deux au sol et de se faire mal... non mais on s'entend que si c'est elle qui tombe sur moi, c'est un poids plume tombant sur un matelas sa va bien que le sol de mon côté risquait d'être plutôt dur... mais si c'était plutôt moi qui tombait sur elle, là c'était autre chose! Elle risquait cette fois de ne pas seulement me trouver plus grand qu'elle mais également plus lourds... c'est donc à regret que je pose la jeune femme au sol, relâchant ses lèvres à la dernière minute.

-Mieux vaut que je te pose au sol pour ta propre sécurité...

Je rigole doucement puis viens plonger mon regard dans le sien un moment... il est si bleu... non vert... même gris, tout dépendamment de la température, de la lumière, de ses émotions même. J'avais toujours eu ce plaisir de m'y perdre, mais cette fois, c'était encore plus extraordinaire. Glissant à nouveau ma main dans son cou, caressant sa joue de mon pouce, je reste ainsi un moment, mon souffle se mêlant au sien, un long moment avant de finalement lever la tête vers l'environnement qui nous entoure. Son appartement n'était pas très grand, mais je n'avais rien à dire, je vivais dans un endroit de la grandeur de son salon et sa cuisine à peine, où j'avais ma petite cuisinière, une table et mon lit, avec une petite pièce pour la douche et la toilette... C'était jolie, c'était en fait quand même ce que je m'imaginais pour elle. Salon, cuisine, chambre à part et salle de bain à part aussi, c'était assez grand pour deux personnes sans qu'on passe son temps à se marcher sur les pieds... elle était bien installé, suffisait maintenant que je m'occupe de sa sécurité... enfin... pas maintenant maintenant on s’entend. C'était là plutôt une façon de parler... je repose mon regard sur la jeune femme avec un sourire et approchant mon visage du sien, murmure en effleurant ses lèvres.

-Tu me fais visiter le plus important....?

Oui, bon ok, je l'avoue, complètement, sur ce coup j'avais l'air d'un espèce de gros pervers répugnant qui ne souhaitait que son corps sans m'intéresser au reste... Mais il faut comprendre un truc : Je sens qu'elle a pour le coup le même désir que moi. Elle sait très bien ce que je ressens pour elle... enfin niveau amitié. Elle sait que je la respecte, l'apprécie, que j'ai besoin de sa présence dans ma vie, que je ne veux pas la perdre, et j'ai ce sentiment profond que c'est également son cas, que tout ça était réciproque. Aujourd'hui, nous avons découverts l'attirance que l'autre avait pour chacun de nous, et depuis le temps visiblement que l'on rêvait l'un de l'autre, je crois qu'il est quand même temps d'en profiter un tant soit peut non? Je sourit un peu avant de venir agripper gentiment sa lèvre entre mes dents, geste emplis de promesse pour la suite.... je la désirais, là, maintenant... était-ce aussi son cas...J'en suis sur, mais c'est à elle de me sauter dessus maintenant, c'est à son tour...

code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Mer 19 Fév - 13:48


Jayson & Merida




Mes yeux ne quittent pas les siens, je n' arrive pas à me défaire de cette emprise qu'il exerce sur moi avec juste un regard. Je me mords les lèvres, machinalement, je les humecte en ne pensant à rien d' autres qu' à un baiser, ne désirant que sentir ses lèvres s'écraser sur les miennes... Il approche enfin son visage du mien, son souffle chaud sur ma peau me fait frissonner et je perds pieds alors qu'il passe une main dans mes cheveux et m'embrasse jusqu'à perdre haleine... Puis on se retrouve dans ma chambre, il fait nuit noir, seule ma lampe de chevet nous apporte un peu de lumière, ce qui me permet de voir son corps nu, parfait, sa musculature parfaitement dessiner... J' aurais presque honte de mon propre corps, je le caresse du regard et ma honte se dissipe, je le désir tellement... Je le laisse approcher, nos lèvres se frôlent, je frissonne sous ses caresse qui me déshabille lentement et je m' abandonne à lui, nous lançant dans un jeu intense dans lequel je m' oublie complètement. C'est tellement bon, tellement doux et intense, je ne pense plus à rien, je me laisse bercer par l' onde de plaisir qui se propage en moi...

Puis je me réveille, seule, en sueur et je rage dans mon lit en écrasant mon poing dans l' oreiller, j'y étouffe un cri de mécontentement avant de soupirer longuement, tentant d' apaisé les battements de mon cœur qui s'écrase violemment contre ma poitrine, faisant battre le sang dans mes tempes... Voilà à quoi ressembler rêves et réveille depuis quelques temps. Vous comprenez maintenant pourquoi j'ai eu du mal à y croire? Pourquoi j'ai toujours du mal à y croire en fait...

Il me demande pour visiter mon appartement, pour le laisser entrer chez moi... C'est une excellente occasion pour le faire certes, mais ça veut aussi dire qu'il faut qu'il me relâche, ce dont je n'ai pas la moindre envie et que je lui fais clairement savoir. Et à dire vrai, je lui aurais bien répondu autre chose, mais il ne faut pas oublier que l'on est dans le couloir, pas encore dans mon appartement, et que les murs ont des oreilles... Parce que, comme je l'ai déjà dit, c'est le meilleur moment pour lui faire visiter mon intérieur, mais entre nous, en ce moment même c'est à un tout autre intérieur que celui de mon appartement que j' aimerais qu' il visite... Et déjà que la je passe pour une perverse, je crois que lui avouer cela m' aurait fait passer pour pire. Et puis, pour ma défense, comment voulez vous que je pense à autre chose alors que mes lèvres sont actuellement collé au sienne, que nos corps sont collé l' un à l' autre, avec mes jambes autour de sa taille, et que je frissonne violemment sous chacune de ses caresses aussi pure et innocente soient elles?

Je continue de l' embrasser longuement, passionnément, m' imprégnant du goût de ses lèvres, m' enivrant de son parfum, frémissant alors que je reconnais un soupire de plaisir et de bien être. Je perds doucement pied, je ne vais pas tarder à lâcher prise en m' abandonnant ainsi dans ses bras... Sa main qui semble se couler sur mon corps m' arrache un soupire ainsi qu'un nouveau frisson, je suis a fleur de peau, comme une veille de pleine lune... Je t' en prie Jay, continue tes caresses , continue tes baisers, j' en deviens gourmande, je n'ai pas envie que tu arrêtes, ne cesse rien par pitié...

CRAC! Je relâche ses lèvres un court instant. Il vient de casser ma porte! Eh oh! C'est pas toi qui va payer la réparation de la serrure! Enfin quoi, ma porte! Bon... D' un autre côté plus besoin qu'il me lâche maintenant, ont peut entrer sans soucis. Je reviens chercher ses lèvres avec gourmandises, je ne cherche même plus a comprendre on est entré maintenant. J' entend la porte se claqué derrière nous, nous voilà à l' abri des regards indiscret, je peux donc pleinement profiter de lui dans tous les sens du terme. Plus besoin d'être sur le qui-vive, de savoir si on nous vois ou pas étant donné qu'on est dans un lieu clos, chez moi qui plus est, sur mon territoire, je suis maître du jeu maintenant...

J'ai le réflexe de m' agrippé à lui lorsque je le sens trébucher, je l'entend gronder et grogner parce que je suppose qu'il vient de se tuer la jambe en se tapant dans la table basse qui se trouve dans l' entré. J'ai envie de rire un peu mais son grondement résonne en moi comme un écho, réveillant en moi quelque chose d' insoupçonnée, comme si la louve avec laquelle je partage mon corps se réveillais en entendant ce son... Je frissonne sous se nouveau sentiments. J'ai bien l' impression que je ne suis pas la seule à réagir au charme de Jayson... Mais est-ce seulement possible? Je n'ai pas envie d' y réfléchir, de me prendre la tête, pas maintenant, je réfléchirai à ça plus tard, pour le moment j'ai juste envie de profiter de la proximité de nos deux corps et du contact de ses lèvres sur les miennes...

Je soupire tristement lorsque je sens de nouveau le sol sous mes pieds, j' avais vraiment pas envie de descendre de ses bras moi... Je me sens petite maintenant. Toute petite. Et je déteste ça. Mais que voulez vous faire à votre taille à part s'assumé? Je profite encore du contact de ses lèvres sur les miennes, je me repu de leur goût, de leur douceur... Je suis comme un chien qui à goûter au sang, j' en veux toujours plus. Je refuse de lâcher ce contact mais je ne peux faire autrement et lui sourit doucement, regrettant déjà la douce chaleur que son baiser me procurer.

Je rit en chœur avec lui. Oui, il valait mieux qu' il me lâche pour éviter que l'on chute tout les deux (quoique l' idée de me retrouvé à cheval sur lui n' est pas pour me déplaire) mais j' aurais aimé qu' il ne cesse de m' embrasser... Je plonge mon regard dans le sien, comprend rapidement qu'il a le même défaut que moi, c'est à dire se perdre dans le tréfond de l' âme de l' autre en passant par le regard... Je frémi doucement sous le contact de sa main dans mon cou, sous la caresse sur ma joue... Je me mord les lèvres sans m' en rendre vraiment compte, je ne sens que mon coeur battre la chamade et ma poitrine qui se soulève sous mon souffle qui reste rapide. Je ne lâche pas son regard, j' aimerais qu' a l' instant même il puisse entendre mes pensées, qu'il vienne reposer ses lèvres sur les miennes, que je puisse m' abreuvé de sa douceur jusqu'à plus soif... Mais, à dire vrai, je ne suis pas sur qu'un jour je puisse être repu de ses baisers...

Il relève la tête pour regarder mon appartement et je perds ce sentiment qui venait de m' assaillir, cette impression qu'on est seul au monde, sans soucis, sans tracas... Je replace machinalement une mèche derrière mon oreille et le laisse regarder mon petit chez moi. Ce n' était pas un grand luxe, ma paye de serveuse ne me permettait pas de folie mais j' avais le nécessaire pour mon bien être. Une petite cuisine qui donne sur le salon, un comptoir qui sépare les deux ( et qui me sert de table pour le coup), un grand canapé et un fauteuil qui font face à une télé (Quoi? Oui j'aime bien regarder la télé!) et des grandes fenêtre qui donne sur la rue. Derrière la porte de gauche, une salle de bain, petite et fonctionnelle, avec une baignoire, une douche à l' italienne, un lavabo et des toilettes... Rien de bien extraordinaire quoi. Enfin, derrière la porte de droite, ma chambre, avec une grande armoire en bois sculpté, un grand lit, deux tables de chevet placé de chaque côté du lit, une malle en bois blanc au pied du lit et un grand fauteuil dans le coin de la chambre. Comme je l'ai déjà dit, c'est petit, mais pour moi seule c'est plus que suffisant... Je relève le regard vers Jayson et me met a sourire bêtement, même pour deux, cette appartement était assez grand...

Je réussis à caché mon sourire de collégienne rêveuse lorsqu'il baisse de nouveau le regard sur moi. Mais bon, je me remet a sourire niaisement lorsque je vois le sien. Il est tellement mignon lorsqu'il sourit, comment ne pas craquer pour pareil bouille? Je sens mes joues se teinté de nouveau de rouge lorsqu'il se penche sur moi, mes lèvres s' entrouvrent légèrement, espérant un nouveau baiser de sa part, mon coeur se remet déjà à accélérer rien qu'au fait d' imaginé de nouveau ses lèvres sur les miennes... Mais pour le coup je crois que je vais rester sur ma faim quand je sens qu'il s'arrête au moment ou nos lèvres se frôlent.

Je souris a ses mots malgré tout, je rit même un peu, mélange de surprise, de nervosité et d' excitation...


- Tu veux visiter le plus important...? J'ai bien ma petite idée de la pièce qui pourrait être la plus importante pour le moment...

Mon regard se porte automatiquement sur la porte entrouverte de la chambre, c'est plus fort que moi, je me meurt du désir que j' éprouve pour lui, j' en ai tant rêver, maintenant j'ai envie de voir si la réalité colle à mes rêves les plus fou, les plus secret... Je n'ai plus envie de mentir à moi même, c'est indéniable j'ai cette envie qui me rend dingue, qui me ronge de l' intérieur, j' aimerais juste pouvoir me réfugié dans ses bras, l' embrasser jusqu'à l' asphyxie et que l'on fasse l' amour jusqu'à tout oublié, allant même jusqu'à oublié ma propre existence...

Pourquoi s' en privé après tout? On est jeune, on à toute la vie devant nous pour pensé au lendemain. Et franchement, entre nous, j'ai pas la moindre envie de penser aux conséquences. Je veux juste profiter de ses baisers, de ses bras... Je frissonne sous son geste, le fait qu'il me mordille ainsi me fait perdre tout bon sens, je vais finir par réellement fondre. Je ne répond plus de rien, juste à ces pulsions qui m' assaille depuis trop longtemps. Oui, ce sont ces pulsions qui me font agir maintenant, je laisse la place à la véritable Mérida. Je n' ai plus envie de cacher mon désir pour lui, je l'ai déjà trop fait, et, de ce que j'ai pu comprendre, il n' a plus envie de caché le sien non plus...

J' attrape ses mains, le guide pour qu'il les pose sur mes hanches, je rapproche mon bassin du sien, reviens écrasé mes lèvres sur les siennes, plus désireuse que jamais... Et si je lui faisait peur en me montrant à ce point pressante? Chut, tais toi la conscience, laisse le cœur parler pour une fois. Je glisse mes mains sous son t-shirt, viens faire entrer en contact ma peau sur sa peau chaude, devine le dessin de ses muscles sous mes doigts, je le caresse comme je ferais sur un morceau de cristal...


-Suis moi...

Je susurre contre ses lèvres, les relâches à contre cœur, glisse une main dans la sienne et l' entraîne avec moi dans la chambre. Je le laisse regarder autour de nous (je devais lui faire visiter non?) avant de l' attiré de nouveau à moi, revenant capturé ses lèvres alors que mon cœur bat plus vite qu'un soir de pleine lune, mon souffle viens se répercuté au sien, chaud, à la limite du bouillant et je crois que je n'ai jamais eu aussi chaud...

Je passe mes mains sur son torse, par dessus son t-shirt, le caresse avec tendresse, je glisse une main jusque dans son cou, l' attire contre moi, mon autre main reste sur son torse, s' agrippant à son t-shirt que j' aimerais déchirer, juste pour pouvoir avoir accès à son torse nue sans cette barrière de tissus alors que je viens mordiller sa lèvre inférieur, me collant à lui, passe ma langue la ou j'ai mordillé comme pour m'excuser et finit par murmurer en frôlant ses lèvres:


- J'ai envie de toi... Là, maintenant... J' en ai envie depuis trop longtemps, je n' ai plus envie d' attendre...

Je n' arrive pas à croire ce que je viens de lui avouer là. Je relève le regard vers lui, me plongeant dans ses yeux noisette, je sens le sang battre dans mes tempes, je peux presque entendre mon propre cœur battre tellement il cogne fort... Tant pis, ce qui est dit est dit. Maintenant la balle est dans son camp. Soit je prends une claque et tente de rester digne s' il me dit non, soit il me dit oui et là... En avant la musique...


fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Sam 29 Mar - 15:38

Merida et Jayson
Flash Back

J’avais mal à la tête, j’ai du mal à ouvrir les yeux. Je n’en ai pas envie. J’essaie surtout de me rappeler ce qui s’était passé la nuit dernière pour que j’aie autant le mal de cœur, comme si j’étais en bateau sur une mer houleuse. Réfléchis Jayson, Réfléchis… Bon je me souviens de ma journée, journée de merde, soit dit en passant, avec la meute, la mission du Lord dont je ne pouvais pas me désister sans attirer l’attention sur moi. Ma couverture était toujours à risque à chaque jour, chaque seconde, je ne pouvais prendre aucun risque en sachant que certains avaient des doutes sur moi et qu’ils me gardaient à l’œil… Il y avait eu des meurtres, encore des meurtres… du sang, de la torture, de la souffrance… c’est difficile pour moi, tellement difficile! Surtout depuis que je connais Mérida… Depuis ce sentiment qui m’avait pris au cœur… Bon, bien sûr, chaque meurtre créaient en moi un petit quelque chose évidement, mais avec elle…Quelque chose en moi c’était déclenché, enflammé, plus fort que jamais… Je refusais que quelqu’un ne la tue, et tous les jours je regrettais de ne pas avoir pu sauver ses parents, ne pas avoir eu ce sentiment que quelques secondes avant pour les sauvés eux aussi et ne pas détruire la vie de la jeune femme… Surtout qu’aujourd’hui, elle faisait partie de la mienne… Bon dit comme ça, c’est un peu louche, j’en étais plus que ravi! Mais j’aurais préférer qu’elle soit dans ma vie parce que j’ai épargné ses parents, donc dans d’autres circonstances… Mais malheureusement, le mal est fait, je ne peux pas revenir en arrière… je peux simplement passer mon futur à rendre son passé et son présent moins douloureux…
 
Bref! Après l’épisode meurtre, j’étais allé chercher Mérida… Nous avions tous les deux besoin de changer d’air et une soirée à déconner tous les deux pourrait nous permettre de le faire, l’idée de base était bonne…Sinon, je me souviens d’être allé la chercher, discuter un peu en marchant, arriver au bar, prendre un verre, deux verres… rigoler, boire, déconner, boire, boire encore… Aïe… Boire Beaucoup! Et à mon avis beaucoup trop! On a fait quoi après…? C’est flou… Mais j’ai du retourner chez moi, puisque je suis visiblement dans un lit et non sur un sol quelconque… Seulement, le lit me semble très… différent. De plus, j’ai l’impression d’avoir l’odeur de Mérida partout sur moi... du moins, qui plane très très près, tout autour de moi. J’ouvre finalement les yeux. Ok, où suis-je…Ce n’est pas ma chambre à Poudlard, c’est même très loin de l’être, ce n’est sans doute pas la chambre personnel de personne, puisqu’on dirait une chambre d’hôtel, impersonnel, froide… Ouhh la le mal de cœur! J’essaie de me redresser, je pose mes mains de chaque côté de moi... Euh?? Je suis torse nue, dans une chambre d’hôtel, et vue ce que ma main touche je ne suis pas seul… J’hésite un instant, me mordant la lèvre, autant pour me ressaisir qu’éviter de vomir, je tourne finalement la tête lentement à mes côtés… Eh Merde! Merida… endormie... à moitié nue, moitié recouverte du drap… Avec moi qui ne se souviens de rien! Ni de comment on est arrivé là, ni de ce que nous avons fais dans cette chambre…
 
Fin flash Back

à quoi voulez vous que je pense après ça... je ne l'avais vue qu'à demi nue, et encore j'avais effleurer son corps du regard le temps d'une mince et mini seconde mais l'imagine que je m'en était fait à ce moment là m'est resté gravé en mémoire comme si elle était peinte sur un tableau installé bien confortablement sur le plafond au dessus de mon lit. Sa peau si clair, un teint de lait, qui semblait recouverte d'un doux duvet de soie, qui ne demande qu'à être caresser avec douceur, légèreté, avec tendresse et délicatesse. Elle me hantait, littéralement, je ne pouvais plus me voiler la face, elle avait conquis mes pensées, mon être, mon corps... qui le réclame haut et fort plus que jamais, comment en faire autrement dans ce genre de situation? En plus... si pour le moment mon cœur battait dans mon mollet que je venais de frapper solidement sur sa table basse, quelque chose en moi s'éveilla également au même moment, cette sensation de ne plus être seul dans mon corps, dans ma tête, ce sentiment d'éveil animal... Était-ce... elle? Sa louve attirait-elle ce... cette bête en moi? L'appelait-elle à la luxure comme mon être qui désirait le sien? Et si... C'est fort possible, j'avoue que la douleur le réveil, il suffit qu'elle l'est sentit en moi, un temps soit peu... Mmm... Je veux profiter d'elle, de Merida, entièrement, mais juste d'elle, les loups, foutez-nous la paix!

J'avais encore du mal à accepter ma condition... sa faisait maintenant près de dix ans, mais j'avais quand même toujours un certain sentiment de dégoût pour moi-même. Je le contrôlais, dieu merci! J'étais le seul hybride vivant, mais c'était encore trop... mais bon, je devais me contenter de ce que j'avais, j'avais déjà plus que n'importe quel autre loup. Et les loups que je rencontrais qui n'étaient pas des sanguinaires barbares, je les considérais comme des gens tout ce qu'il y a de plus normal. Prenons Merida par exemple... elle n'étais pas moins gentille, moins douce, moins belle parce qu'elle était louve... mais pourtant, ma propre image personnel ne me permettait pas de voir en moi un homme sans rien à ce reprocher. Car au contraire, des méfaits j'en avais commis, contre ma volonté mais j'en avais commis. Et pour ça, j'étais un véritable monstre... je ne valais pas mieux que le loup qui m'a engendrer, et ce n'était là pas peu dire... M'enfin... c'était en moi, je devais l'accepter, c'était simplement plus facile à dire qu'à faire, la preuve je n'étais pas devenue Hybride parce que sa me disais d'essayer, pour le plaisir, ou parce que j'acceptais entièrement ma condition, bien au contraire...

Bref! C'étais loin d'être le moment pour penser à ça, fuck les loups et leurs instincts, là, il s'agissait de Merida et moi. Merida et Jayson. Point à la ligne! C'est à contre cœur que je la dépose au sol, mais je garde toujours d'une quelconque manière un contact physique avec elle. J'ai besoin de la toucher, que ce soit de l'embrasser, la caresser, lui effleurer la main, où dans ce cas-ci, une main poser sur sa hanche... Me perdre dans son regard ne fais que me faire tourner la tête d'avantage, me faisant comprendre que je pourrais m'y plonger encore et encore sans m'en lasser, et cela était... effrayant à vrai dire. Et je n'étais pas prêt encore à traverser cette ligne … non, penser à ça gâchera tout, donc m'en détacher fut pour le coup la meilleure solution qui me vint à l'esprit. Je regarde donc avec un léger regret, autour de moi, jaugeant son appartement d'un coup d’œil intéresser mais pas autant qu'il ne le devrait sur l'environnement qui nous entoure. Puis mon regard reviens comme aimanté vers le sien, et la voir ainsi sourire ne peux que m'en faire faire autrement... elle est si belle...

Et pour le coup, je tiens à en profiter et m'amuser, savourer chaque sensation avec elle. Un effleurement de lèvre ici, un souffle mêlé, un sourire et un regard bien particulier, c'est en pervers peut-être mais en grand désireux d'elle que je lui propose de me faire visiter ce qu'elle juge de plus important pour le moment... et ayant l'impression d'avoir mes désirs partagées avec elle, je n'ai aucun doute qu'elle et moi avons la même idée de ce qui se trouve à être justement le plus important pour le coup. Je vois sa légère frustration sur la petite moue sur ses lèvres complètement craquante, et je sais qu'elle jouera avec moi à la première occasion qui se proposera à elle, et je me laisserai faire entièrement, de A à Z, pour tout ce qu'elle veut faire de moi. Son rire viens résonner dans mes oreilles me faisant rire légèrement à mon tour, et lui fait un clin d'oeil charmeur à ses mots. Relevant les yeux vers la porte qu'elle regarde, je ne peux m'empêcher de sourire... oui, bon c'est vrai j'suis vraiment pervers! C'est plus fort que moi, j'ai envie d'elle! Et pas juste pour coucher avec elle, j'ai envie de glisser mes doigts sur chaque parcelle de sa peau, humer l'odeur de son parfum en collant ma peau sur la sienne, sentir son souffle, sa chaleur, entendre son cœur battre, voir et sentir chaque frisson parcourir son corps entier, la voir comblée et satisfaite... oui oui tout ça. Tout ça et bien plus encore...

Comme simple réponse à sa phrase, je viens doucement titiller sa lèvre inférieur d'un mordillement taquin qui je sens fait l'effet escompter en la sentant ainsi frissonner de désir... Mmm sa promet pour la suite! Et si jamais je ne voulais plus quitter cette chambre? Nous verrons en temps et lieux. Ses mains viennent chercher les miennes, et elle les poses sans gêne là où elle les veut, et je souris avant de répondre à son baiser qui se veut fougueux et déterminer... elle a envie, elle ne se le cache plus, et pour le coup, non seulement sa me soulage en quelque sorte mais sa ne fais qu'augmenter mon désir de mon côté! Agrippant ses hanches un peu plus fermement je la presse contre moi sentant ses mains glisser sous mon vêtement, se faisant ainsi plus aventureuse... et c'est mon tour de frissonner. Elle a des doigts de fée! Sa peau chaude et si douce sur la mienne, ses doigts fins et tendre, ses ongles même qui effleure négligemment ma peau qui ne fais que réagir comme jamais! Mes doigts resserrant leur emprises à nouveau, puis je sens la jeune femme murmurer contre mes lèvres, je souris un peu, au moment présent je la suivrais n'importe ou... Serrant sa main dans la mienne, je la suis sans dire un mot, prends une seconde et quart à peine pour regarder autour de nous mais ce qui m'intéressais surtout c'était elle, qu'elle, que nous. Je souris un peu plus lorsqu'elle me attire à elle, sourire qui ne se tari pas contre ses lèvres, passe un bras autour de sa taille fine, l'autre main venant se perdre dans ses cheveux longs, l'embrassant encore et encore, m'enivrant de son parfum qui deviens sans m'en rendre compte une drogue dont je ne pourrai dorénavant plus me passer... Je la sens s'agripper à moi, comme si elle avait peur que je disparaisse... ohh si tu savais, je n'ai envie d'être nul part ailleurs...

Tout chez elle m'attire, me font un effet monstre que je n'aurais tout simplement pas pu imaginer, même dans mes rêves les plus fou. Une simple caresse sur ma nuque, sur mon torse, une légère morsure taquine, sa langue à a rescousse... c'est comme si aucun autre geste qui ne fait pas partie de ce ballet sensuel ne pourrait me faire plus de plaisir que celui qu'elle créer présentement. Son souffle se répercute sur mes lèvres en réponse au miens et mes yeux s'ouvre doucement lorsque son murmure s'élève doucement à mes oreilles... Elle semble ne pas réaliser elle-même ce qu'elle vient de dire, c'est l'instinct qui l'a pousser et c'était juste parfait... ma main viens doucement replacer un mèche de ses cheveux rebelles, mon regard scotcher au sien, et je fini par sourire en coin doucement et murmurer à mon tour.

-Ça tombe bien... je n'ai pas l'intention de te faire attendre d'avantage, j'en ai autant envie que toi...

Me mordant la lèvre, je replonge de suite sur les siennes pour un baiser passionné et emplis de promesse, mais un baiser qui se calme doucement, lorsque mes mains viennent glisser sur ses hanches et venir doucement s'insinuer sous son haut pour caresser sa peau chaude et si douce. Je laisse mes doigts butiner un moment sa peau sans lâcher ses lèvres une seconde mais ayant ralenti la cadence, rendant le tout plus sensuel, plus langoureux, avant d'agripper son haut et le relever lentement pour le lui retirer, devant relâcher ses lèvres à regret pour permettre au vêtement de quitter ce corps qui m'électrise. Je ne peux retenir un regard sur sa peau nouvellement dénudé, elle était comme dans mes souvenirs, appelant la douceur et les caresses, son teint parfait, sa taille fine... Et cette fois j'allais être celui qui la fera frisonner jusqu'à jouissance. L'aidant à faire de même avec mon t-shirt, je retourne sur ses lèvres. Dieu que c'est bon! Juste pouvoir sentir sa peau sur la mienne me donne le tournis, sa chaleur irréel m'envahir comme un écrin, passant mes bras autour d'elle, une main poser au creux de ses reins, l'autre sur sa nuque, je la fait doucement reculer vers son lit pour l'y étendre et m'installer sur elle, le poids poser sur mes avants bras, l'embrassant avec désir, pressant mon bassin contre le sien. Oui, bon je suis un homme, je la désir, et sa se vois, se sens, j'y peux absolument rien! Glissant mes lèvres sur sa mâchoire, son cou, laissant une main glisser le long de son flanc, en douceur, pour le moment toujours chaste, j'ai envie de profiter. Et si jamais l'occasion ne se représente plus? Et si une fois le désir et l'énergie du moment retomber, elle me dit qu'il vaut mieux en rester là? Aussi bien en profiter pleinement pour ne pas avoir à regretter ne pas l'avoir fait! Je goûte encore ici et là la crème glacée, cet élément déclencheur de tout, ce qui me fait un peu sourire, mais je préfère de loin le goût de sa peau tout simplement. Savourant chaque parcelle de la peau délicate de son cou, remontant à son oreille et fier de sentir les frissons ainsi parcourir sa peau, je viens mordiller le lobe de son oreille en se pressant un peu plus contre elle. Ma main glisse jusqu'à sa hanche, puis sa cuisse que je serre entre mes doigts, soupirant.

-Tu es si douce... si chaude... Même mes rêves ne pouvaient être mieux...

Mes doigts parcourant son corps, mes lèvres en faisant de même, m'amusant à chercher chaque endroit de son corps qui la ferais d'avantage frissonner, entendant finalement un gémissement traverser ses lèvres, ce fut pour moi une décharge me traversant le corps entier. Je me rends compte alors que je pourrais passer ce moment à simplement la faire gémir, m'occuper d'elle, encore et encore, ne pensant qu'à son propre plaisir et j'en serais comblé, vue comment un simple gémissement de sa part pouvait m'embraser. C'est avec envie mais lenteur que je continue de parcourir son corps, lui retirant un a un en prenant mon temps chacun de ses vêtements, son jean, son soutif... remontant mes lèvres sur son corps, embrassant son ventre, son nombril, m'attardant et savourant avec gourmandise sur sa poitrine avant de replonger sur ses lèvres, la serrant contre moi, le temps défile, mais sa dure, et j'ai aucune envie que sa s'arrête...

code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Jeu 17 Juil - 12:11


Jayson & Merida





C'est le soleil sur ma peau qui vient me réveiller lentement, me tirant de mon sommeil dans une douce chaleur qui vient se glisser sur moi. Allongée sur le côté, je regarde mon radio réveil: 6:30. Je réprime un grognement, je déteste quand je me réveille aussi tôt. D'autant plus quand cela m'arrache au doux rêves que je peux faire à propos de mon meilleur ami.... J' étire un peu les jambes, le draps ne couvrant que partiellement mon corps nue. Je ne me souviens pas m' être couché ainsi, tiens. J'inspire profondément, la douce odeur du caramel viens finir de me réveiller... Caramel? J'ouvre grands les yeux et bouge légèrement mais ma peau rencontre celle de quelqu'un d'autre, douce, chaude...

Je me tourne avec précaution, de ce que je peut entendre la personne qui me tiens compagnie dans mon lit dort encore, pas question de le réveiller... Je sourit lorsque mes yeux se posent sur le visage de Jay. De toute évidence je n' avais pas rêver... Oh bah merde alors... J'ai envie de rire, je crois que c'est les nerfs qui me jouent des tours. Je pose la main sur ma bouche, me mord la lèvre inférieur en continuant de sourire. J'ai pas rêvée...

Je le regarde avec tendresse, je le caresse du regard, m' enivre de cette vue... Ma main viens négligemment caresser son torse du bout des doigts, souriant un peu plus au frisson qui parcours sa peau sous mon geste alors que je repense à la veille...

*
Il a envie de moi. Il a envie de moi. Lui! Envie de moi! Quoi? Laissé moi répéter cette petite phrase en boucle, faut que ça rentre! Dans ma tête roooohhhh.... Tout de suite les idées perverses. Je re-goûte à ses lèvres, c'est tellement doux, bon, je n'arriverais jamais à m'en passer, c'est pas possible autrement... Puis, comme si l'on se comprenait sans se parler, nos geste se font plus doux, plus tendre, plus lent et langoureux. Je le laisse agir à sa guise, mais aussi étrange que cela soit avec le passé que j'ai, me retrouver ainsi face à lui me gêne, j'ai tellement peur de ne pas lui plaire... J'essaye de ne pas rougir, et pour ne plus y penser j'attrape le bas de son t-shirt pour le lui retirer, moi aussi je veux avoir accès à sa peau dénudé... Nos lèvres se retrouvent alors que je caresse avec douceur son torse , et j'ai l'impression de récupérer ma dose d'oxygène alors que je me fais avec plaisir à la sensation que sa peau nue sur la mienne me fait ressentir...

Et me voilà allongé sur le lit, lui au dessus de moi, j'ai tellement envie de lui, et de ce que je peux sentir je ne suis pas la seule à en avoir envie... Je laisse ma tête retomber vers l' arrière, me cambre pour venir un peu plus à sa rencontre, je m' offre tout à lui, qu'il fasse ce qu'il veuille de moi, mais qu'il le fasse! J'ai envie de mourir tant cette envie me ronge de l' intérieur...

Je frissonne sous son traitement, comme si ses lèvres était de glace sur ma peau bouillante, mes mains se perdant dans ses cheveux, sur sa nuque, mes ongles venant effleuré ses épaules, son dos... Je profite du moment présent, j'ai tellement peur que cela ne se représente pas... Si ils venaient à me dire par la suite qu'il regrette, que ça n' était qu'un écart sur le chemin de notre amitié, je préfère tout autant profiter de ce petit écart!

Je soupire de plaisir alors qu'il vient mordiller le lobe de mon oreille, m'agrippant à sa nuque... J'ouvre les yeux alors que mon cœur loupe un battement. Mieux que ses rêves? Quoi? Attend... Mais je n'ai le temps de rien, ses lèvres reprennent le même traitement et lorsqu'il arrive sur ma poitrine de nouveau je ne peut retenir un gémissements de plaisir...

Je finis par m' abandonné tout à lui, corps et âme, je me laisse aller dans ses bras, ne faisant qu'un avec lui, me régalant de ce moment intime dont j'ai tant rêver, m' oubliant dans ses bras, sous ses baisers, ses caresses, je le laisse me mener à la seule chose qui pouvait me combler, j'accompagne ses gestes, nos peaux se rencontrent, se frôlent, nos souffles se mêlent l' un à l' autre et je m' abandonnent dans à lui alors que j' atteint le septième ciel dans ses bras...
*
Finalement la glace, ça porte bonheur. Il avait suffit d'un peu de glace dans mon décolleté pour que tout se déclenche. Avoir su avant, j'aurais proposé ce rendez-vous bien plus tôt. Mais peut être que plus tôt, ça se serait passé différemment et je ne me serais pas réveiller a ses côtés aujourd'hui...

Et puis,je le confirme, la réalité surpasse de très loin tous ce que j'ai pu rêver à son propos. J'avais passé une nuit magique dans ses bras... Oui, magique. Repensé à sa peau contre la mienne, son souffle sur ma peau, sa façon de me caresser... Je ne m' étais jamais senti aussi unique, aussi fragile, aussi désiré et aimé que dans ses bras...

Parce que oui, je crois pouvoir le dire, nous nous sommes aimé cette nuit. Tout du moins d' une certaine façon, avec douceur et caresse, sans aucun mots... À quoi bon parler? Tout avait déjà été dit. Nos cerveaux avait cessé d'imposer leur loi, c'était nos cœurs qui c'était imposé hier soir, ils avaient décidé de se faire entendre, petite rébellion intérieur pour que la rencontre de nos corps se fasse...

L' impression de ne faire qu'un avec lui, sentir son cœur battre contre moi, l' odeur de sa peau qui me fait perdre la tête, les frissons qui me parcours lorsque ses lèvres viennent dévoré ma peau avec gourmandises, nos regards, nos baisers, les soupirs, l' envie de lui... Suis je perverse si je dis que j'ai envie de recommencer?

Je me perds à l' admirer, à regarder ses traits si parfait et je viens me mettre dans ses bras en faisant bien attention de ne pas le réveiller... Il est si beau, si calme et paraît si tranquille... Je ferme les yeux alors que je niche mon visage dans son cou. Il sent si bon... Je pose un léger baiser sur peau douce et ne bouge plus, me contente d'écouter son cœur qui bat au ralenti et sa respiration profonde et posé , blottis contre lui... Je ne me souvenais pas m' être déjà sentis aussi sereine...




fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.


Dernière édition par Merida A. Tsar le Mer 17 Sep - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Lun 15 Sep - 23:29

Merida et Jayson
J'ai l'impression que mon corps refuse tous simplement de se réveiller.... refuse de refaire face à la réalité, de peur qu'en ouvrant les yeux, je devrai tourner le dos à ce qui s'est passé hier soir et ne plus jamais y repenser. Et je n'en ai franchement pas envie. Je sais très bien que c'est la réalité, qu'on n'aurais sans doute pas du faire ça, que sa allait compliquer notre amitié... mais je ferai ce qu'elle voudra. En reparler ce matin pour ne plus s'en souvenir par la suite, ne plus mentionner un seul mot, partir dès qu'elle se réveillera si elle me repousse, je suis prêt à toutes les éventualités... je me refuse de la perdre, pas elle. Alors même si ce sera difficile et douloureux, je ferai les choses comme elle le désir.

Ce n'est que quelques minutes plus tard, après avoir réaliser que cette chaleur contre ma peau, ses caresses sur mon torse et ce baiser sur sa joue n'étais pas que le résultat de mon rêve, mais bien de ce qui se passait autour de moi une fois réveillé, qui me sortie de mon sommeil... elle était toujours là, elle s'était coller contre moi, elle laissait encore ses mains parcourir ma peau alors qu'elle aurait du au contraire me fuir... et à demi réveiller, cette conclusion fut suffisante pour me laisser agir un peu et je vins passer mon bras autour d'elle... elle ne s'était pas lever, ou du moins si elle avait quitter le lit, elle y était revenu exactement vêtu de la même manière, c'est à dire sans rien du tout. J'inspire profondément, son odeur, la chaleur, l’apaisement, l'odeur du sexe.... oui bon sa sens encore que voulez-vous que j'y fasse! Non je n'effacerai ça pour rien au monde. Ce n'étais pas qu'une baise comme une autre... Ce n'étais pas qu'une baise tout court... je n'avais jamais ressenti ça auparavant, je n'avais jamais rêver d'une femme comme j'ai rêver d'elle, je n'ai jamais fantasmer comme je fantasme sur elle.... et cette nuit fut... trop intense pour n'être qu'une baise sans importance...

Je n'ose par contre pas ouvrir les yeux.... je suis là, elle est là, je la sens contre moi, je la sais contre moi... mais j'ai peur de lire dans son regard que, même si elle est bien là, qu'on doit passer à autre chose, où qu'elle le regrette au plus profond d'elle-même... j'ai envie d'y croire, juste quelques instants encore. J'ai envie de profiter de ce premier et sans doute dernier réveil qu'il m'est accordé avec elle. Bon second réveil mais le premier avec la gueule de bois ne compte pas. Non cette fois, je me souviens de tout, je sais ce qui a été fait et c'est encore mieux.... beaucoup mieux... c'est parfait....

Finalement, j'ouvre lentement les yeux, les refermant aussitôt. Le soleil m’agresse, j'ai toujours eu du mal avec les rayons du soleil le matin. Je retiens à temps un grognement de mécontentement, il ne faudrait quand même pas qu'elle croit que c'est sa présence qui me fait gronder comme ça quand même. Puis ouvrant les yeux un peu plus lentement, finalement mon regard croise le sien et même si j'aurais voulu le retenir, un sourire étire mes lèvres doucement... Ce qu'elle peut être belle... ses longs cheveux blond étalés sur elle ainsi, cachant volontairement ou non sa poitrine mais rendant la scène tellement sensuel... ses cheveux de blé et ses yeux d'un bleu profond semble briller avec la lueur du soleil.. finalement j'aime bien le soleil le matin. Je me mords doucement la lèvre.... ais-je seulement le droit de tenter quelque chose? Ne vaudrait-il mieux pas que je me stop maintenant, que je me lève, m'habille et tenter d'oublier cette nuit merveilleuse …? Pour le bien de notre amitié? Je perds doucement mon sourire... j'inspire profondément et cherche quoi dire, pour éviter tout malentendu... mais je suis un gaffeur dans l'âme quand ce n'est pas le moment... les yeux clos, je marmonne...

-Je n'aurais pas du me réveiller...

Ah bah oui bravo Jayson! T'aurais pas pu faire mieux! J'ouvre les yeux, la regardant un moment en silence puis hoche lentement la tête... et si avec tout ça je l'avais décue? Je ne me le pardonnerais pas..

-Enfin... c'est pas... Je veux dire.... Attends, laisse moi deux secondes...

Je ferme les yeux, mais ne la relâche pas, refusant qu'elle se détache. Réfléchissant à toute vitesse, je fini par reprendre sans la regarder, d'un ton plus rapide que je ne l'aurais pensé.

-J'ai pas envie de voir tout ça partir en fumée, devoir me lever, m'habiller.. la seule pensée de devoir tourner la page, ne plus y repenser, faire comme si de rien était m'horripile...

Je n'ose pas ouvrir un œil... mais je tiens ce que j'ai dit, enfin pensé. Si elle veut me voir partir, je partirai...

code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Mer 17 Sep - 15:15


Jayson & Merida



Je me perds dans la contemplation de l' autre et à ce moment précis j' aimerais savoir dessiner, pour pouvoir peindre son portrait sur les murs de mon appartement... Alors, à défaut de pouvoir le faire en vrai, je grave son portrait en moi... J' admire la ligne de sa mâchoire carré, l' arrondie et la finesse de ses lèvres, le trait droit de son nez, le dessin parfait de ses pommettes, la forme de ses yeux... La lumière qui baigne la chambre de couleur chaude et douce viens parsemé de dorure ses cheveux blonds. Il est plus beau que jamais, et je fond... Mon dieu je crois que... Non. Si... Il ne me fait pas seulement perdre la tête, il me fait chavirer le cœur... Il faut bien que je me l'avoue, ça n' est pas seulement pour une nuit que je le désir, je le veux pour la vie, pour moi... Juste pour moi...

Je le sens se réveiller doucement contre moi, souriant alors que je sens son cœur et sa respiration changer de rythme, moins profonde, plus régulière... Je frissonne de délice lorsque son bras puissant viens se passer autour de moi, c'est tellement bon de le sentir désireux de m' avoir dans ses bras. Je me niche un peu plus contre lui donc, frotte mon nez sur son torse, humant son parfum avec gourmandises, j'ai presque envie d' y goûter... Non, j' en ai envie. Et je ne résiste pas, je goûte sa peau du bout des lèvres en appréciant la réaction créé sur sa peau. Depuis combien de temps je rêvais d' un réveille comme celui ci? Dans ses bras, au chaud, sereine, heureuse... Peut être depuis le lendemain de notre soirée de beuverie, quand je me suis réveillé à moitié nue dans cette chambre d' hôtel, sans aucun souvenir de la veille. Je préfère de très très loin ce réveil, y a pas à dire!

Je ne peux pas m' empêcher de rire un peu en le voyant ouvrir et refermer les yeux à cause de la lumière du soleil, mais je retiens tout commentaire taquin, j'ai pas envie de briser cette instant ou je suis blottis dans ses bras, appréciant encore les derniers effluves de bien être ressenti la veille dans ses même bras. Je plonge mon regard dans le sien quand il décide enfin à les ouvrirs et je lui offre un tendre sourire. J'ai envie de l' embrasser quand il me sourit ainsi. Ce qu'il peut être beau, avec ses yeux noisette et sa petite moue encore endormie... Il est juste trop craquant. Je m' approche pour l' embrasser, j' en meurs d'envie, ses lèvres m' attirent inexplicablement, je veux y goûter, encore et encore... Je me stoppe en le voyant perdre son sourire, l' entend parler et mon cœur loupe un battement.


-QUOI??!

J'ai pas du bien entendre la. Je me redresse un peu, sauf qu'il me retient et je me retiens in extrémis de gronder. Comment ça il ne voulait pas se réveiller? Ça veut dire quoi ça? Il veut deux secondes? Pas de problème. De toute façon c'est tous ce qu'il a s' il ne veut pas finir à la porte. Il m' offre une nuit merveilleuse, un sourire des plus beaux lorsqu'il se réveille et la... Il ne voulait pas se réveiller à mes côtés? C'est ça?

Il se remet à parler, plus vite, comme si il avait peur de ma réaction, de ce que j' allais dire... Je me détends instantanément, le regarde silencieuse pendant un instant avant de rire nerveusement. Merde, c'est plus fort que moi. Je me recale contre lui, pose la main sur sa joue et viens l'embrasser avec douceur avant de murmurer contre ses lèvres:


-Tu sais que les gens normaux se disent bonjour avant toute chose?

Je rit et revient l'embrasser:

-Alors... Bonjour Jayson... Et avant de t' emmêlé les pinceaux et les neurones dans un mic-mac pas possible... Tu déjeunes quoi le matin?

Je pense qu'il va comprendre non? Je ne veux pas tourner la page, je ne veux pas oublier cette nuit merveilleuse dans ses bras... Je lui vole un nouveau baisers (bon sang je crois que je suis accros à ses lèvres!) :

-Et si tu te lève et te rhabille, je te mords. J' aimerais que tu restes dans ce lit, avec moi, s' il te plait...

Je ronronne mon s' il te plait, me collant un peu plus contre lui en venant mordiller sa lèvre doucement.


fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Mer 17 Sep - 23:45

Merida et Jayson
-QUOI??

Ça y est, je suis le pire con du monde. C'est exactement cette réaction que je redoutais au fond... j'aurais envie de me caler dans le matelas, me terrer et m’ensevelir six pieds sous terre et me cacher, ne plus avoir à voir la douleur dans son regard bleu turquoise. Me voilà pire qu'un Beautiful Bastard. Je ne voulais pas lui faire de mal, bien au contraire... s'il y a bien une chose que je me refuserais de faire, c'est de lui faire du mal volontairement... je crois qu'au stade où j'en suis, je serais même prêt à foutre ma couverture d'espion en l'air pour la protéger... Je n'arrive pas à trouver les mots nécessaires pour bien m'exprimer. Moi qui pourtant est quelqu'un qui a toujours, ou presque, le contrôle sur mes émotions et mes actes, quand je suis avec elle, j'ai tendance à me liquéfié, devenir complètement gaga, et perdre tous mes moyens... Pas que sa me dérange en soit, mais pour un accroc du contrôle, c'est déstabilisant. Je lui demande deux secondes, et je la sens prête à partir... et justement, je la sens se redresser, mais j'en suis incapable, si les mots ne viennent pas, mon bras par contre, refuse catégoriquement de la relâcher. S'il te plait, deux secondes, deux minuscules secondes.. réfléchis Jay, avant que ces mots ne deviennent la pire erreur de ta vie...

« Je veux dire que je ne voulais pas me réveiller, pour ne pas voir tout ça se volatiliser encore une fois, comme toute ces fois où tu as peuplées mes rêves, ce qui veut dire pratiquement toutes les nuits depuis près d'un an, sa à été trop réelle, trop parfaitement réelle pour que j'accepte de voir ça disparaître en ouvrant les yeux. J'ai peur que tu me dise de partir, que nous avons fait une erreur.... Même si je ferai tout ce que tu voudras pour te garder dans ma vie, tant que je te garde justement, je le ferai... même si je n'en ai pas spécialement envie. Je ne veux pas te perdre, ni perdre ce qui viens de se passer... »

Voilà ce que j'aurais du dire, mais le courage m'a lâcher, je me suis dégonfler. Heureusement, malgré tout, mes mots maladroits et incertain la rassure, et je vois doucement la peur et la douleur quitter son regard, laissant même place à un sourire qui me fais rêver. Je soupire doucement, soulagé. Bon, au moins ça de rattraper, bien que je devrai en faire bien plus pour me pardonner ma maladresse. Je la regarde doucement, mon bras toujours autour d'elle... Elle rigole un peu, mais ce n'est pas un rire que je lui connaît, c'est nerveux surtout, preuve qu'elle avait été touché par mon choix de mot... elle avait voulu fuir.. s'éloigner, se détacher.... cette simple pensée produit en moi une émotions que je n'ai jamais connu... Déglutissant, je décide de ne pas y penser, puis la regarde en inspirant profondément, avant de la voir s'approcher.. je rêve encore? Merde non je ne rêve pas du tout.. ses lèvres sont chaudes, douces, sucrées... Encore, j'en veux encore.... sa main sur ma joue, aussi douce que de la soie me fais soupirer doucement contre ses lèvres... Bordel elle m'a envoûté ou quoi? Merida, qu'as-tu fais de moi...

Je ne peux m'empêcher de rire doucement à ses mots... Les gens normaux oui, mais les gens mort de peur on en fait quoi? Parce que oui, j'avais peur... peur pour la suite... j'ai besoin d'elle, bon sang elle est l'une des seules personnes qui m'aide à ne pas virer complètement fou avec ce que j'ai à faire, qui m'aide à me rappeler qui je suis... S'il fallait que je l'a vois s'éloigner... non, c'est impensable, je ne peux pas. Je ne peux pas... et si sa devait arriver, je me demande si je ne serais pas prêt à aller jusqu'à lui effacer la mémoire... Mais ne pas penser à ça, pour le moment, elle semble plutôt sereine avec ce qui s'est passé, ce qui me rassure je dois l'admettre. Je souris doucement, et referme les yeux, continue de m'embrasser comme ça... ma main glisse dans son dos, se pressant au creux de ses reins, la regarde un moment. Les rayons du soleil continue de mettre au devant sa beauté, c'est encore plus magnifique au réveil... Elle reprends la parole, sa voix est légèrement plus grave qu'à l'habitude, chose que les gens normaux ne saurais décelé... résultat d'un réveil il y a peu sans doute. J'hausse un sourcil doucement, mais je fini par sourire... Elle m'invitait a déjeuné là, je n'étais pas con au point d'imaginer ça, si? Mais je n'ai pas le temps de répondre qu'elle reviens m'embrasser... je pourrais passer la journée à l'embrasser, c'est tout ce dont j'ai besoin. Ma main remonte doucement dans son dos, jusqu'à sa nuque et la caresse doucement des doigts. Si douce.. comment allais-je pouvoir partir...

Je détache un peu le regard d'elle lorsqu'elle reprends la parole, me perdant dans son regard, et je ferme les yeux, cette voix, grave, sensuel, ronronnante? À ce point? Oui à ce point!!Oh merde... il n'en suffit pas plus pour que mon corps réagisse, et elle termine de m'achever en mordant ainsi ma lèvre... malgré moi, un groulement roule dans ma gorge, et lentement je bouge de façon à être à demi au dessus d'elle, mon bras toujours autour d'elle, la resserrant et la pressant ainsi contre moi et fini par sourire.

-Je n'en ai pas l'intention...

Je me penche doucement, j'ai trop besoin de ses lèvres.... l'embrassant, savourant, profitant, caressant ses lèvres des miennes, laissant ma langue venir taquiner sa lèvre, puis sa consœur pour un ballet lent et désirable..

-Généralement, je mange œuf bacon... extra bacon... et un mocha au caramel au beurre salé, avec un jet de vanille... mais je n'ai pas très faim de nourriture ce matin...

Souriant en coin, lui offrant un clin d'oeil, je reviens capturer ses lèvres... c'était si naturel, elle était ma meilleure amie, ma confidente, aujourd'hui mon amante, et... oh putain... je resterais dans ses bras pour l'éternité mais je n'étais pas prêt à l'avouer. Et après tout... j'étais celui à cause de qui elle avait perdu ses parents, j'ai une vie qui n'est pas respectable pour elle, trop dangereuse.... je ralenti le rythme de notre baiser, soupirant contre ses lèvres... et comme si tout était destiner à me ramener sur terre, une douleur relativement importante sur mon avant bras gauche se fait ressentir et je détache mes lèvres des siennes à contre cœur, les yeux toujours clos, la respiration rapide et le cœur lourd.... et même si j'aurais voulu ne jamais dire ça, je n'ai pas d'autres choix...

-Je dois.... je suis désolé... je dois partir...


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Dim 21 Sep - 21:13


Jayson & Merida


Je me demande ce qu' en penseraient mes parents. Pas de ce que je suis en train de faire, hein! De Jayson. Je me demande ce que penseraient mes parents de Jay. Mon père surtout. Avec son ton un peu brute de décoffrage, son caractère un poil trop franche et ses manières bourru. Il lui aurait surement dit qu'il n' avait pas intérêt à faire du mal à sa petite fille, l' aurait tester sur une poignée de main avant de lui mettre une tape sur l' épaule et donner son consentement avec son accent russe à couper au couteau. Ma mère... Ma mère aurait été plus douce, c'est sur. Elle lui aurait posé un tas de questions, ce qu'il faisait dans la vie par exemple. Bon ok, pour le coup, ça n' aurait pas été la meilleure des questions... Elle m' aurait dit qu'il était mignon et j'aurais rougis en riant...
Mais ils ne sont plus la. Alors tout ça ne restera que des suppositions.

J' aime quand sa main parcours ma peau, me faisant frissonner et déclenchant en moi un désir que je ne serais décrire. Je veux des caresses, encore, des baisers toujours plus... Oh Jay, s' il te plait, ne me relâche pas, garde moi contre toi, toujours. Je veux être la seule à avoir le privilège de dormir dans tes bras, la seule à t'embrasser, la seule que tu désire... Bon il faut que je me calme, là, tous ce qui remonte en moi avec ses pensées, c'est du désir (en même temps, comment ne pas ressentir de désir quand on est plaqué à l' homme qui vient de vous faire vivre la plus belle nuit de votre vie?) mais aussi la louve. Animale, bestiale, sauvage et dangereuse en plus d' être des plus possessive. Faut que je me calme, que je me calme...

Bon ok, là j' arrive pas à me calmer. Pourquoi? Parce que vu qu'il vient de gronder, la louve en moi semble gentiment se réveiller. Ce petit son qui devrait effrayer toute personne saines d' esprit (ce que je ne suis pas) viens me prendre aux trippes et fait manquer un battement à mon pauvre petit cœur qui est déjà tout chamboulé. Je me retrouve sous lui, enfin à moitié en tout cas, je ris un peu et glisse mes bras autour de son cou, caresse sa nuque avec douceur en plongeant mon regard dans le sien.

Il n' a pas l'intention de partir? Ouh! Ça c'est une excellente nouvelle! Mais au vu de ce que je crois sentir, je n' avais pas besoin qu'il me le confirme... Même si ça fait du bien de l' entendre dire qu'il veut rester dans mes bras. Je lui rend son baisers en soupirant de bien être contre ses lèvres, mon souffle chaud se répercutant au sien, fermant les yeux pour savourer pleinement ce moment. Ses lèvres me rendent dingue, me font tourner la tête, je m' enivre de leur goût, elles sont tellement douce, tellement tendre, je ne pense pas un jour en être rassasié.

Je plonge de nouveau mon regard dans le sien lorsqu'il se détache et reprend la parole, je glisse mes bras autour de son cou, caressant négligemment sa nuque et l' arrière de son crâne, passant les ongles sur sa peau et sourit à ses mots. Extra bacon... Je retiendrais. Je perds mon sourire enjoué à la suite de sa phrase, ce dernier se changeant en un sourire plus timide alors que je sens mes joues se tinter de rouge. De plus, son clin d'œil et son sourire m' achève, je dois ressembler à une collégienne qui vit son premier flirt...


-Je ne pense pas avoir faim de nourriture non plus...

Je lui rend son baiser, remonte une jambe contre lui, j'adore la sensation que sa peau sur mienne me procure et il sent si bon... Tellement bon... Je le retiens contre moi, mes bras enlacé autour de son cou, ses lèvres ne font que me rendre plus accros. Je me cambre sous lui, colle la poitrine contre son torse

Puis il se détache. Pourquoi il se détache? Je rouvre doucement les yeux. Il a le visage de quelqu'un qui souffre. Physiquement parlant je sous entend. J' écoute ses battements de cœur qui ne font que confirmer mes pensées...

Ses mots me font tomber tout droit de mon nuage, me font redescendre sur terre en chute libre, sans parachute... L' avion en direct du paradis viens de se scratché en plein vol. Et j'ai mal.

Il veut partir. Non, il doit partir. Mais c'est quand même partir loin de mes bras. Pourquoi?! Il y a 30 secondes à peines on s'embrassait éperdument (oh... On s'embrassait <3), il me disait qu'il n' avait pas l'intention de partir... Et maintenant... C'est à mon tour d' avoir le cœur lourd et douloureux. Je dégluti alors que toutes traces de bonne humeur fuit mon corps


-Maintenant? Tu dois vraiment partir?

Ma voix est basse, triste, une légère difficultés à parler avec cette gorge serré. Je cherche une réponse dans son regard, me redresse doucement dans le lit sans quitter la chaleur de ses bras. Le regard qu'il me lance en dit long... Oui il doit partir et de toute évidence je ne suis pas la seule qui souffre de cette situation, de cette nouvelle qui vient de faire éclater notre petite bulle...

-Tu dois aller ou? Et pourquoi maintenant? Tu... Et nous... On se revoit quand...?

La phrase était sortie un peu malgré moi. Je voulais le revoir, rapidement, très rapidement même. Je ne pouvais concevoir le fait de ne pas le voir avant un petit moment comme parfois notre amitié nous l' imposait. Non, moi je veux le revoir au plus vite, me serrer de nouveau dans ses bras, me blottir tout contre son torse et surtout m' accroché de nouveau à ses baisers, cette nouvelle dose de drogue dont je crois que je ne serais plus jamais capable de décrocher...

Je finis de m' asseoir dans le lit, attendant sa réponse alors que je caresse distraitement sa joue, le cou et la nuque en faisant glisser le bout de mes doigts sur sa peau. Je ne lui en veux pas, je veux seulement savoir pourquoi...



fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Dim 21 Sep - 22:53

Merida et Jayson
Comment ne pas m'en vouloir maintenant hein? Je lui fais de belles promesses, lui assure que je n'ai pas l'intention de partir, que je n'en ai aucune envie... et je lui montre, par mot, par geste, que mon corps la réclame à nouveau, que j'ai envie d'elle, et que je refuse de quitter ses bras... Et puis pouff... aussi rapidement que j'ai pu lui dire vouloir rester, voilà qu'on s’immisçait ainsi dans ma bulle sans que je n'ai aucun mot à dire, et je dois accepter sans broncher qu'on m'arrache à ce que je désir depuis des mois... oui des mois. Je rêvais d'elle dans mes bras, de moi dans les siens, j'imaginais le goût de sa peau, l'odeur de celle-ci, la douceur sous mes doigts, j'imaginais son souffle s'accélérer sous mes caresses, quelle gémissement elle aurait si je glissais mes doigts sur ses côtes, sur sa cuisses, ou encore au sommet de son plaisir, si elle ne ferais que gémir ou hurlerait mon nom... et voilà qu'aussi rapidement que de l'entendre dire mon nom, tout ça s'envolait en fumée..

Je l'ai dit que je détestais la voir souffrir non? Pourquoi alors en étais-je aussi souvent le responsable? Et à, en cinq minutes à peine, je l'avais d'avantages blessées et déçue que la faire sourire... Bravo Jayson, on applaudit à deux mains le Beautiful Bastard. Je la sens se détacher, et je n'ose plus la regarder. J'avais suffisamment vue la souffrance à travers ses yeux, j'en avais assez... Me redressant lentement pour ne pas lui donner l'impression non plus de la fuir, ce qui était loin de la mon envie, je l'entends prendre la parole et fini par relever les yeux sur elle...

Ohh Meri si tu savais.... je le dois, mais je n'en ai franchement aucune envie. Retiens moi, ou non, mieux encore, pars avec moi, loin d'ici pour toujours... mais c'est totalement insensé. Nous avions passé qu'une nuit ensemble, est-ce que sa voulait vraiment dire quelque chose? Il faut apprendre à distinguer l'attirance et le désir à... enfin au reste. Je me mords la lèvre et je ne trouve rien à dire, je n'arrive pas à trouver les mots. Sans doute parce que ce sont des mots que je ne veux pas dire... Elle se redresse finalement entièrement et je m'assois sur le lit, détournant le regard... aller où, je n'en avais aucune idée, enfin, si. Je devais rejoindre le Lord... mais pour la suite...

Hein? Est-ce que j'ai bien entendu? Je tourne la tête vers elle surpris... enfin, en partie du moins. Nous? Quand est-ce que nous, on se revois? Alors... elle voulait toujours ça après? Je veux dire... j'avais peur qu'une fois chacun partie de notre côtés, il n'y aurait plus de ça... plus de nuit dans les bras de l'autre, plus de rapprochement, juste une amitié durant laquelle il y avait eu cette nuit magique.... mais ses mots me redonne confiance, refont palpiter mon cœur... je peux espérer la revoir, elle sera là à mon retour... Si retour il y a. J'inspire doucement, puis après une seconde d'hésitation, ou plutôt une seconde à savourer ses gestes de tendresse à mon égard, je viens prendre doucement sa main et tends mon bras gauche, paume vers le haut. Lentement, des taches apparaissent sur ma peau, pour en dépeindre au final une marque, ce fameux crâne vide agrémenté d'un serpent... cette fameuse marque des ténèbres que, au moins, j'arrive a dissimuler grâce à un sortilèges de métamorphose... Sur cette marque, le serpent s'agite furieusement, et au lieu d'être noir comme elle devrait l'être, elle est rouge vif.... et elle brûle, comme un fer de la même couleur ferait à ma peau.. C'était la première fois que je la lui montrait... lentement, je viens déposer sa main que je tiens toujours pour la poser sur la marque, malgré la chaleur de sa peau, j'ai l'impression qu'elle apaise la douleur...

-Il m'appelle... pourquoi? Je n'en ai aucune idée... mais je ne peux pas ignorer ça...

Je relève les yeux sur elle... elle semble triste, désemparer... et je suis mon instinct, ma main vient se poser sur sa joue, je lui tourne doucement la tête et me penche pour venir l'embrasser, plus tendre, plus doux que tout ce que j'ai pu lui offrir jusqu'à maintenant, mon pouce caressant sa peau comme un satin de haute qualité. Comme un joyaux inestimable, chose qu'elle est dans ma vie... soupirant contre ses lèvres, je ferme les yeux, posant mon front contre le sien, soupirant, glissant toujours mon pouce sur sa peau, et fini par reprendre dans un murmure.

-Je n'en ai pas envie... j'ten pris ne crois pas que je veux partir... mais si je ne le fais pas, je te met en danger plus que je ne le fait déjà et je refuse...

Je n'ai d'autre choix que de me redresser lentement, et j'ouvre finalement les yeux. Je plonge mon regard dans le sien, je ne veux plus voir cette peine dans ses yeux, je veux au contraire... voir l'espoir, comme elle m'a donner en une seule phrase..

-Et... dès que je me libère... je te contact? Et on décide ce qu'on fait.. un souper, un déjeuné, une balade... peu importe l'heure à laquelle je me libère... qu'en penses-tu?

Voilà... j'ai envie d'être avec toi Merida, à chaque heure du jour ou de la nuit, voilà ce que j'essaie de te dire... En as-tu envie toi aussi? Veux-tu la même chose que moi? Dis-moi oui... dis moi oui!


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Sam 25 Oct - 11:23


Jayson & Merida


C'est bien beau de réver, mais entre nous, j'aurais du m'y attendre. La vie est une chienne, je vois pas pourquoi elle s'arréterait maintenant.

Mon petit nuage blanc viens de se transformer en cumunolimbus et je suis en train d'essuyer un orage violent dans mon fort intérieur. Le genre d'orage qui tombe lorsqu'un film tourne au dramatique, que l'acteur principale triste d'amour est trempé jusqu'a l'os mais qui ne pense pas une seule seconde a se mettre a l'abris. En ce cas présent, je suis l'actrice sous la pluie.
Je regarde Jay dans les yeux, la seule chose qui me réconforte c'est qu'il semble aussi malheureux que moi du fait qu'il doit partir. Quand j'imagine la matinée que l'on aurait pu passer... Mais pourquoi est ce qu'il doit partir enfin? Serait ce moi qui l'aurait effrayer? J'essaye de savoir ce que j'ai fait, je chercher mais je ne vois pas...

Alors je tente. Et nous dans tous ça? Il semble surpris de ma question. Quoi? Il n'y avait pas pensé? Il n'a peut étre pas envie que l'on se revoit... Et si il pensait que notre folle nuit n'était qu'une erreur de parcour? Une sortie maladroite, un derapage et que maintenant il fallait se remettre dans le droit chemin? Non... Moi j'ai envie de croire que l'on a eu envie de suivre un autre chemin. Je veux le garder comme ami... Mais aussi comme amant.
Je le vois prendre ma main, je suis ses gestes du regard... Et je blémis. Merde. J'avais tout imaginés sauf ça. Je savais qu'il était au cotés de l'ordre et qu'il tentait le double jeu... Mais la... Je deglutit difficilement et je frissonne d'horreur a l'idée de ce que le Lorde lui demanderait de faire... Pire, ce qu'il lui ferait a lui si il decouvrait qu'il était ami (et amant) avec une fugitive. Ma main se pose sur son bras, je me raidis malgré moi lorsque ma paume rencontre la morsure brulante que le tatouage crée sur sa peau. Je reléve le regard vers lui. Au moins je sais qu'il ne me ment pas, qu'il est vraiment obligé de partir... Pas que je ne le croyais pas, loin de la, mais j'y suis pour rien si j'avais toujours ce petit doute qui persistait en moi.

Je l'écoute et hoche doucement la tête. Non, il ne pouvait pas ignorer ça. Trop dangereux, pour lui comme pour moi. Mon regard reste poser sur ma main aggriper a son bras. Il doit partir... Alors que je n'aspire qu'a ce qu'il reste avec moi. Lentement mais surement, une douce tristesse s'empare de moi, c'est rare que je laisse tomber mon masque, mais face a lui... C'est comme si il avait un don pour me pousser a montrer mon vrai visage et les sentiments caché derriére.
Je frissonne sous son geste, reléve le regard sur lui et expire longuement contre ses lévres. Je ne m'étais même pas rendu compte que je retenais ma respirations. Je lui rend son baiser, desespérement, tendrement... C'est moins bestial et fougueux qu'hier, mais c'est tellement doux et agréable que j'ai l'impression que c'est la premiere fois que je l'embrasse. Je pose une main sur son torse, frole sa peau de mes ongles, j'ai envie de lui dire de l'ignorer, de rester avec moi, qu'on s'en foutait du reste... Mais je ne peux pas, pas aprés ce qu'il vient de me dire.

J'hoche de nouveau la tête, relache son bras et releve le regard pour me perdre dans le sien. Je souris doucement à ses mots puis me reléve a mon tour pour venir m'accrocher à son cou, enlacer son corps encore une fois, sentir sa peau sur la mienne avant qu'il s'en aille. J'écrase mes lévres sur les siennes, l'embrasse a perdre haleine et murmure:


- Dés que tu as finis, viens ici directement... Je suis nul en cuisine, mais j'irais chercher de quoi manger... Reviens moi vite s'il te plait...

...

La journée se passe. C'est nul mais j'ai été chercher des pizzas et de la salade. Ca ferat toujours l'affaire. J'ai été prendre une douche, j'ai enfilé un jean bleu foncé, un haut noir et suis resté pied nue, coiffé mes cheveux en les laissant boucler naturellement sans les attacher et j'ai passé les 3/4 de la journée dans le lit, la téte enfouis contre l'oreiller de Jay, humant son odeur... J'ai l'impression d'avoir réver. Mais mes draps froissé, son odeur dans ma chambre et l'emprunte de son corps sur le miens me rappelle que non, c'était tout sauf un réve. Je soupire, affaler dans mon lit, à regarder le plafond de ma chambre. J'ai l'impression d'être une adolescente, je vis mon premier flirt. Je repense a notre nuit ensemble, je ferme les yeux et je souris. Merde. Ca a été la plus belle nuit qui m'ait été donné de vivre... Et j'en veux encore, comme la bonne vieille junkie que j'étais, la premiére dose m'a rendue totalement et directement accro. Sauf que je ne suis pas sur que Jay accepte de m'aider pour me sortir de ...
J'entend la poigné de la porte s'ouvrir. Je fais un bond dans mon lit. Jay. Je me dépétre des draps dans lesquels je me suis enroulé, manque de me casser la gueule a deux reprises et accourt jusque dans l'entrée l'air de rien, un énorme sourire au lévres alors que je me mords la lévre inférieur. Je savais qu'il reviendrait...



fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jayson McFear
Administrateur
Un phénix renaît toujours de ses cendres.


Féminin Ecrits : 143

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Sam 25 Oct - 16:53

Merida et Jayson
Je déteste la faire souffrir. Je l'ai déjà dit? Bien sur que je l'ai déjà dis, je me répète, et alors? C'est que c'est vrai. S'il y a bien quelque chose que je n'arrive pas à supporter, c'est de voir la souffrance, la douleur, la peine dans ses yeux. Et cette fois, c'est encore pire... elle est causé par nul autre que moi. C'est pour cette raison que je devais lui montrer, lui faire comprendre que ce n'est pas sa faute, ce n'est pas parce que je VEUX partir mais bien parce que je le DOIS. Et pas seulement pour moi... mais bien surtout pour elle. Je sais très bien qu'ensemble elle risque sa vie, je risque sa vie. Si on me voyais avec elle et qu'on la reconnaissait... non, je préfère ne pas imaginer. Mon sors, je m'en contre fiche. Le sien c'est bien autre chose. Sa main sur ma peau me fais du bien, apaise la chaleur, la brûlure de la marque. Et je vois que maintenant, elle comprends mieux mes motivations à partir... elle a du pensée que je regrettais, et bien au contraire, c'était loin d'être le cas. J'essaie de lui expliquer au mieux, même si dans ce genre de situation je suis loin d'être le plus doué pour trouver les mots. Comme si au fond, elle me faisait perdre tous mes moyens.. arrête d'être aveugle Jayson, c'est exactement ça... Elle te fait perdre la tête...

Je la regarde, la suppliant intérieurement de me répondre à la positive, de me laisser ma chance, priant pour qu'elle souhaite la même chose que ce que moi je désir : me revoir.... Elle a l'ombre d'un sourire, c'est toujours mieux que la peine juste avant... puis je ferme les yeux, glissant un bras autour d'elle. Sa peau si chaude sur la mienne, si douce... comment pourrais-je seulement partir... j'en veux encore et encore, au risque d'être pervers mais je m'en contre fou. C'est bien plus que ça. Je soupire contre ses lèvres, notre souffle se mêlant, serrant mes doigts sur sa peau doucement. Puis ses mots... j'aurais tout donner pour les ré-entendre, j'avais du mal à y croire, j'avais l'impression de rêver. Ouvrant les yeux, me perdant dans son regard bleu océan, je souris et hoche la tête... je refusais de dire un mot, de peur que tout cela s'évapore, mais oui, oui j'allais revenir dès que je le pouvais. JE viens doucement caresser sa joue, dans une douceur infini, et reviens l'embrasser en douceur, avant de me détacher à regret... je me devais de partir... maintenant... avant que le pire ne se produise...

***

Sa avait été... l'horreur. L'enfer. J'aurais du m'en douter après tout. Non seulement je n'avais jamais droit à un appel aussi douloureux, j'aurais réellement du réaliser que le Lord était loin d'être d'humeur à attendre... Et je n'ai rien amélioré à son humeur vous pouvez me croire. Ce n'est pas quand je suis arrivé qu'il me l'a fait regretter non... Il était bien plus malin que ça. Il avait besoin de mon aide, et il avait lié l'utilité à la colère. J'avais donc du, avec quelques autres mangemorts, effectuer les sales tâches pour lesquels il ne voulait pas se salir les mains. L'un des mangemorts, aussi loup que moi, avait bien senti que je n'avais pas que mon odeur sur moi. Heureusement, il n'étais pas encore loup lorsque deux ans plus tôt, la meute s'en était pris à la famille de Meri. Il ne pouvait donc pas reconnaître son odeur, même s'il a passer la mission à me narguer sur le fait qu'il comprenait pourquoi j'avais été si long à répliquer.... j'avais juste le goût de lui arracher la tête. Et ce, bel et bien dans le sens littéraire et non métaphorique. J'avais tendance à la violence en étant avec les mangemorts.... j'avais parfois du mal à me reconnaître moi-même. Justement pour cette raison, j'étais soulagé d'avoir quelqu'un dans ma vie pour me rappeler qui j'étais réellement...

Revenant de la mission, avec bien sur son lot de mort pour un truc qui semblait à première vue bien anodin, je ramène finalement l'objet des désirs à monsieur le seigneur des ténèbres. C'est là, satisfait que je lui ramène son truc, que tout a basculer... donnant congé à tous les autres présents dans la pièce, je m'étais finalement retrouvé seul avec lui, ce qui présageais soit qu'il avait un truc de la plus haute importance à me parler, ou bien.... et ce fut ou bien. Si je répliquais, j'aurais trahis mon allégeance, et il m'aurais tué sur place sans plus. Je me devais d'encaisser sans un mot. Ce n'étais pas la première fois, il n'y a aucun mangemort qui pouvait se venter de ne jamais avoir reçu les foudres de Voldemort, mais cette fois il y était aller particulièrement fort. Et dans l'état dans lequel je me trouvais... était-ce une bonne idée d'aller rejoindre Merida? L'inquiéter pour rien? Si je ne me présentais pas chez elle, ça serait sans doute bien pire...

Le poignet en miette, quelques côtes brisés, une profonde entaille sur le torse, sur le dos, le long de ma jambes gauches, sans parler des blessures internes, je pu enfin prendre congé... J'avais les yeux cerné de noir et la lèvre tuméfié, non elle ne pouvais pas me voir comme ça... elle n'avais jamais vue mes blessures. Ma fatigue oui, mon manque d'énergie et les mouvements moins rapide aussi... mais jamais en détail.... Je transplanai donc dans une chambre de motel vide.. prendre le temps de camoufler tout ça. Je ne pouvais pas les guérir sans les potions d'Al, sa allait attendre... mais je devrais pouvoir m'en tirer sans que sa paraisse trop. Donc avec le même sors que j'utilise pour camouffler la marque des ténèbres, je prends soin de camouffler toutes les blessures après les avoir nettoyer et fait arrêter de sang de couler... essayant de me tenir droit, je réprime un grognement de douleur... bon pas chouette, mais c'est déjà mieux que rien. C'est comme ça que j'arrivai finalement chez elle... tentant d'ouvrir la porte de la main droite, je grimace, l'ouvrant plutôt de la main gauche. J'en profite en même temps, utilisant mes dernieres force magique pour réparer la poignée de porte que j'ai brisé hier... oups.. J'entre finalement, refermant la porte lentement, lui faisant face. J'entends dans mon dos Meri revenir, son parfum emplissant mon corps complet... je ferme les yeux, lui faisant toujours dos... j'étais heureux d'être là, c'est là dessus que je devais me concentrer, pour sourire.. Je fini par me retourner lentement, et croise son regard. Elle est si belle... elle a laisser ses cheveux libre, ce que j'adore.. elle est simple, et c'est justement ce qu'il faut. Sa beauté naturelle, c'est la huitième merveille du monde, mais je le garderai pour moi.

-Me revoilà... comme promis.

Je me râcle un peu la gorge. J'ai la voix d'un homme qui a fumé 10 paquet par jours pendant dix ans. Grave, enroué, sans doute à force de retenir les hurlements de douleurs... Ne pas y penser. J'essaie de trouver autre chose pour engager la discussion autre que sur moi.

-Sa sens les pizza... je meurs de faim...


code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Merida A. Tsar


Féminin Ecrits : 102

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence:

MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT] Dim 2 Nov - 11:59


Jayson & Merida




Avant cette nuit, je ne me languissais pas à ce point de lui. Je m' ennuyé un peu oui, mais c'est parce qu'il n'y avait qu'a lui que je pouvais parler. Mais la... Merde j'ai passé ma journée avec un sourire niais aux lèvres, à repenser à la sensation de son corps nu sur le mien, mes doigts serrant ses cheveux, son souffle qui se répercutait au mien, ses baisers, ses lèvres sur les miennes, ses mains qui me caresse, me touche, son désir...J'etais impatiente qu'il me revienne

Mais j' étais mélangé entre inquiétude et joie de le voir revenir. De ce que je sais, les appels du lord ne sont pas des plus sympathique... Mais lorsque son parfum me monte au narines, emplis la pièce, lorsque je peux enfin voir sa carrure dans mon entrée, grande, imposante,ses cheveux blond m'appelle, j'ai envie de perdre mes mains dedans, de l'embrasser a pleine bouche... Il est la. Il est revenu.Toute inquiétude disparais de mon esprit.

En l'attendant, j'avais mis les pizzas au four, me basant sur ce qu'il m'avait dit le matin même ( double dose bacon) et de ce que je savais déjà de lui, on avait au dîner une pizza bacon, boeuf et sauce barbecue et une autre aux anchois et aux olive. J'espère seulement qu'il aime les anchois.J'ai aussi acheter du dessert, glace, creme caramel, chantilly et tout ce qui doit d'aller avec une glace.J'ai préparé la table, pas quelques choses d'extra non plus mais histoire de. Après tout , c'était notre premier repas en tant que... En tant que... Je me sens con. Notre premier repas en tant que quoi? Meilleurs amis qui ont couché? Amants? J'en sais rien... Mais bon ca reste le premier repas.

J'attend qu'il se tourne vers moi, je veux me plonger dans ses yeux noisette, me perdre dans la contemplation de cette apollon, dans ses traits digne des dieux... Il est si beau... Ça devrait être interdit d'être aussi beau. Ça crée des accidents chez la gente féminine, et des envies qui sont loin d'être catholique, croyez moi.

Il se tourne enfin vers moi. Si jusqu'à maintenant l'inquiétude était partie,la elle revient au grands galops. L'odeur du sang. De son sang. Je l' avais déjà sentie une fois, quand il c'était coupé sur une pierre à la plage. Sucrée et douceâtre. Je ne le vois pas, mais je sais qu' une lueur ambré viens de s' allumer dans mon regard. Et surtout, même si il ne le montre pas, je sais qu' il est blesser.

Il est rentré comme promis. Oui. Mais pas dans l' état dans lequel j'aurais aimer qu' il rentre. Et sa voix... Mais c'est quoi cette voix? On a l' impression que c'est un vieux fumeur, je ne le connaitrais pas je ne saurais même pas étonné de le voir sortir un paquet de cigarette et d' en griller une sous mon nez (ce qu' elles peuvent me manquer aussi ses garces!). Je m' approche d'un pas, j'ai envie de lui dire que ça ne sert a rien de ce racler la gorge, que j'ai bien entendu ce ton de voix, malade, fatigué. J'ai envie de lui dire que je ne suis pas dupe, que je sais reconnaitre l' odeur du sang et son air lorsqu'il à mal quelques parts, vous savez, la manière dont il contract sa mâchoires, dont son nez se fronce... Je m' étonne de voir que j'ai remarqué ce genre de petites choses. Depuis quand je sais ça?

J'hoche la tête lorsqu'il reprend la parole:


- Je ne sais pas cuisiner... Alors j'ai était chercher des pizzas... Pas très original, désolé.


J'hausse une épaule et le regarde en me mordant la lèvre inférieur. Et maintenant, on fait quoi? On joue à faire semblant? Ou je rentre dans le tas avec mes grosses pattes de louve? J'opte pour la deuxième solution et me dirige droit sur lui, lui attrape le poignet pour qu'il passe son bras autour de moi lorsque je me dirige dans ses bras. Première crispation de la mâchoires suivis du fameux froncement de nez. Pas un gémissement, pas un son. Je fais mine de rien et me colle à lui, deuxième crispation de la mâchoire. Il ne faut pas qu'il voit que je vais craquer, l' inquiétude s'insinue en moi comme un serpent et entoure tous mes organes vitaux un a un. Je décide de passer mes bras autour de son cou et viens l' embrasser tendrement. Troisième crispation. Je me détache et met les mains sur ma bouche en le regardant.

Je deglutit difficilement. Je souffre pour lui. Je ne sais pas ce qu'il a, mais j'ai mal. Et la louve n'aime pas ça non plus, je peux l'entendre gémir et geindre sans comprendre ce qu'il se passe. Elle trepine des pattes, tout aussi inquiète que moi. Je finis par secouer la tête et murmure difficilement:


-Tu comptes me cacher combien de temps le fait que tu es blesser..?

Je plonge mon regard dans le sien, j'ai besoin de réponse, s'il te plait, Jay, dit moi ce que tu as, ne me laisse pas comme ça...



fiche par century sex.




Does not seek to know
If I am the wolf or Red Riding Hood
Because anyway,
In the story,
They are both murderers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire de manger une glace [HOT]

Revenir en haut Aller en bas

Histoire de manger une glace [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Silencio :: Londres :: Le reste de la ville :: Parc Moldu-