RSS
RSS



Partagez| .

L'espoir renait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: L'espoir renait Mer 22 Mai - 21:25

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



L'espoir... l'espoir est une chose bidon, ce n'ai rien de plus qu'un douloureux euphémiste. Une débilité qui nous laisse croire qu'on peut continuer d'espérer mieux... à quoi bon s'attendre à quelque chose de beau, une lumière dans cette noirceur, quand ténèbre et douleur sont les adjectifs parfait pour résumer sa vie? Oui voilà... douleur, noirceur, abommination... toutes des qualificatifs. Par deux fois on m'a humiliée, prise sans demander mon avis, blessée, physiquement, moralement... et je continuais malgré tout à me battre... mais me battre pour quoi? À quoi bon, quand de toute façon nous sommes fait pour vivre encore et encore cette torture? Me relever la première fois n'a pas fait en sorte que je devienne immunisé. Ce fut encore pire la deuxième fois, plus douloureux, plus humiliant, plus difficile de s'en remettre... j'avais pourtant un pilié, une source de réconfort... qui est disparut tout aussi rapidement que la surprise que j'ai eu en réalisant qu'il ressentait la même chose que moi... Même pas le temps d'en profiter, plus rien, plus de nouvelle... seule la rumeur qui court qu'il a été tué... Et moi, je suis sensé faire quoi maintenant? Plus de raison de me battre, l'espoir elle peut aller se faire foutre, il n'y a plus d'espoir...

Refermant lassement mon cahier, j'inspire profondément, regardant ma main toujours plâtré. On devrait me retirer le plâtre demain, fameuse idée de m'avoir obligé à me remettre de mes blessures sans magie... Je leur en voudrai toujours pour ca. À quoi bon vivre dans un monde magique si on s'en sert pas quand cela serait le temps? Je relève le regard pour regarder devant moi ce parc d'enfant complètement vide... Le ciel est gris, la pluie se sens dans l'air, l'humidité est lourde, mais je m'en contre fiche... Je suis bien là. Le vent se lève, frais, froid même. Mon regard suis un bruit, celui d'un grincement qui retentit, alors que le vent souffle sur une balancoire qui se berce au gré de sa mère le vent. Je me lève lentement, avec difficulté, ressentant toujours une gêne au niveau de mes côtes... et dire que juste avant de quitter Poudlard, la douleur était moins présente, moins vive, que la guerison s'annonçait plus facile, plus rapide... Et d'un coup, on m'arrache la seule source de bonheur que j'ai et pouff.... retour à la case départ, plus loin même si c'est possible.... on me dit que je dois continuer à vivre, à suivre le court de ma vie... quelle vie? Ce n'ai pas une vie, mais une survie... et parfois survivre sans but, c'est assez chiant!

Je m'approche lentement de la balancoire, posant ma main valide sur l'une de ses chaines pour l'arrêter de bercer. Le bruit m'aggresse.... un rien ne m'agresse en faite, mais je n'ai d'autre choix que de subir tout simplement... J'ai eu espoir, cette petite lueure dans mon coeur de jeune fille, jeune fille qui veut toujours croire au conte de fée même si on s'entête à lui prouver qu'ils n'existent pas... Au fond de mon coeur, l'Espoir est toujours présente, mais pas dans ma tête. J'ai perdu tout envie, tout désir, je ne me nourris plus, à quoi sa sert? Plus rien n'a d'importance... J'étais accroc à ce jeune homme, plus encore que je ne l'avais imaginé. J'aurais subit sans me plaindre des centaines d'assaut comme dans cette cabane hurlante juste pour l'entendre me dire qu'il m'aime, encore une fois....

Ce jour là, j'avais cru rêvé, c'était impossible... comment un mec comme lui pouvait être amoureux d'une fille sans histoire et sans intérêt comme moi... il méritait mieux que moi. Et pourtant, avec ses paroles, j'avais espérée, crue à ce moment là que le bonheur ressentit était mérité, que je pouvais être assez bien pour lui, que je devais avoir quelque chose qui lui avait plus au final, pour qu'il s'intéresse ainsi à moi. j'ai voulu croire à cette romance qui était la notre, qui n'a durer que trop peu de temps, pas assez pour que je puisse réellement en profiter comme je l'aurais du... j'aurais du lui dire que j'étais folle de lui, qu'il était devenu mon essentiel même s'il n'avait rien fait de spécial pour l'être... je l'aimais, et je n'ai même pas pu lui dire correctement...

Mais c'est fini tout ça... il a été tué, je ne sais comment, par je ne sais qui, sans que je puisse lui dire au revoir... Lentement, je prends place sur la balancoire, elle est humide et froide, mais ça aussi je m'en fou... mes pieds me pousse doucement, me fais balancer. Le bruit retentit encore, mais étrangement cette fois il ne me dérange pas... il viens de moi, c'est différent. la tempe appuyé contre la chaine, mon regard vide fixant le vide... un simple mois a été dévastateur, se sera quoi maintenant... Quelle noirceur m'attends encore...

Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Jeu 23 Mai - 18:09

Leo&Lauryn


Un mois... Un mois et me voilà près d’elle... un mois et je me retrouve bête... Comment lui expliquer? Par ou commencer? Je ne l’ai pas laisser juste après la nouvelle mais pas loin quand même... Mais comment aurais-je put rester? Comment faire quand c’est a cause de sois que la personne que vous aimez souffre et qu’elle reste persuader d’avoir besoin de vous pour s’en sortir... Moi j’ai fait la seule chose qui me semblait bien a ce moment là... j’ai choisit pour elle. Je ne voulais pas la voir souffrir je ne voulait pas voir ma famille s’acharner sur elle. Elle avait vécus le pire a cause de moi. J’avais été incapable de la protéger. Incapable de me montrer digne d’elle. Pourtant pas faute d’avoir voulut je vous promet. C’est fou... Si vous m’avez connu il y a de ça quelques mois... vous ne me croiriez pas!

Moi qui était le tombeur de poudlard.. moi qui me foutais comme de l’an quarante de l’amour... aujourd’hui j’aime... Pour de vrai je suis amoureux. Et le pire dans tout ça? C’est que c’est tomber sur la fille la plus discrète du château. Personne n’y a crut d’ailleurs. Tout le monde que j’étais juste assez salaud pour lui faire croire que je l’aimais... Mais non je l’aimais vraiment. Pire je l’avais dans la peau. Je l’avais a tel point dans la peau que j’avais même commencer a effrayer les miens. Il était là le vrai soucis. Elle n’était pas digne que je l’aime si on en croit les règles de ma famille. Elle n’était pas sang pur. Pour autant plus le temps passé plus je me montrais en sa compagnie... et surtout plus je semblait étrange... Je ne touchais plus aux autres filles, je ne supportais pas qu’un mec porte son intérêt sur elle.

Ma famille a alors décider de prendre les choses en mains. Horrible. Je me souviendrais toujours de ce jours... J’ai crut devenir fou quand j’ai appris qu’elle avait fait appel a ce monstre pour résoudre le problème. Horrible quand j’ai découvert le calvaire qu’elle avait vécus. Sur le coup je suis rester. Je n’avais pas le coeur de la laisser seule face a ça. Je suis rester pour elle et pour montrer que ce n’est pas ce genre de comportement qui me fera changer de sentiments pour elle. Mais voilà... Un hiboux avait été clair. Deux jours avant la fin de poudlard j’avais reçut cet ultimatum. Soit je devenais le mangemort que j’étais destiné devenir soit elle continuais a souffrir, mes amis avec et elle finirais par mourir a coup sur... Que faire face à ça? Ma famille a le pouvoir de mettre ne pratique ses menaces! Non je n’avais pas vraiment le choix.

Alors sans rien dire a personne! Pas même a mon meilleur ami Matt, je suis partis. Du jours au lendemain on n’a plus put me contacter... Du jours au lendemain je suis devenus un fantôme. Arriver dans ma famille ils ont bien essayer de faire un moi un mangemort... Mais le fils qu’ils avaient connu prêt a remplir ce rôle était mort... Non j’ai passé un mois a dépérir... Enfin si on peut dire... Mon frère et ma soeur se sont occupé de moi et même si j’ai rigoler de temps a autre.... Je ne pensais qu’à ceux que j’avais abandonné a poudlard. Je pensais a Matt, cet ami qui au fond avait toujours était là pour moi... Je pensais a elle... J’avais fait promettre a Matt de veiller sur elle. Il tiendrait parole je le savais... Mais... Elle me manquait tellement! Je me demandais comment elle allait tout les jours.

Puis un matin j’avais entendu cette conversation entre mes parents. Le seul moyen de me faire redevenir moi pour eux était de régler le soucis une bonne fois pour toute! Première partie du plan? Me faire tuer quelqu’un!!! J’étais horrifier par cette idée! Même pendant que je «gouvernais» les siffleurs j’avais mis un point d’honneur a ce que jamais ça aille jusqu’au meurtre! Et surtout jamais par moi! Mais si c’étais le prix a payer pour mes amis... ils savaient que je ne refuserais pas. Puis... La deuxième partis du plan me fis froid dans le dos... La tuer a elle... Ainsi je serais bien obliger de faire le deuil... Faire passer ce meurtre par un de l’offensive pour terminer de me rallier a leur cause. Je ne pouvais laisser faire ça!

Finalement fuir n’aurait rien résolu du tout... En fait fuir l’aurait simplement laisser seul a ses ennemis! Je prenais conscience de mon comportement ridicule...Je prenais conscience que j’avais encore une fois eu trop confiance en ma famille. eux qui m’avait enseigner qu’on ne doit jamais trahir un membre de sa famille... ils s’apprêtaient a ruiner toute ma vie dans mon dos. Et mois dans tout ça? Je ne savais plus quoi faire!!!!! Enfin il ne me fallut que dix petites minutes pour comprendre ce que je devais vraiment faire. Si mon départ ne la protège pas;.. Alors ma présence ne la mettra pas plus ne dangers... Mieux de près je pourrais au moins veiller a ce qu’il ne lui arrive rien... Je pourrais la protéger! Mais partir le jours ou j’ai surpris cette conversation serait trop ... Enfin ils comprendraient vite pourquoi mon départ! Et pas sure après ça que j’ai le temps de la retrouver. Alors je décide de rester cinq jours de plus. Pendant ses cinq jours je profiterais un peu de mon frère et ma soeur qui ne m’adresseront surement plus jamais la parole je m’en doute! Pendant ces cinq jours je ferais comme si je n’avais rien entendu! Je ne changerais rien a mon comportement!

Aujourd’hui c’était le soir du sixième jours! J’avais fait ma valise ce matin et j’avais fuis. Enfin je n’avais pas pris beaucoup de chose avec moi! Juste une multitude de lettre que j’avais réussit a recevoir malgré tout a cause de mon absence par les gens que j’aime, ma baguette bien sur et une photos d’elle. Le reste je me débrouillerais plus tard! La première chose a faire restait à la retrouver... m’assurer qu’elle allait bien! Mais ce n’était pas une mince a faire... Oue je connaissais pas assez le monde moldus pour savoir ou elle vivait. Du coup pour la trouver j’allais devoir me mêler aux moldus qui pourraient facilement m’indiquer le lieu que je cherchais!

Sauf que bien sûr... Les moldus et moi on est pas super à l’aise. Ben après tout je ne les connais pas moi ces gens là! Puis.... Enfin que ferait-on pas pour elle... Et si j’essayais de trouver Matt avant?! Lui il connait le monde des moldus mieux que moi! Sauf que bien sûr... Il m’avait dit dans sa lettre qu’il ne resterait pas dans un point fixe. En gros il serait encore plus difficile a trouver! Donc gardons la première idée qui était de LA retrouver directement.

J’avais donc arpenter le londres moldus qui m’était si inconnu. Contrairement a ce que j’avais put y penser je trouvais rapidement des coin chouette et des gens gentils. Mais ne m’attardant pas car trop pressé de la retrouver. Je savais que j’aurais droit surement a de la colère et de la rancune et au fond c’était justifier... Mais tout ce qui m’importait c’était de la retrouver. Le reste je m’en fichais. Je me suis imaginer la voir avec un autre ... Bon j’avoue que là je réagirais peut être mal... Mais je garde espoir! Après tout je ne suis partis qu’un mois! Même si c’est long ça doit pouvoir quand même me laisser de l’espoir.

Puis le soir venue alors que je tournais dans la bonne rue enfin, je passais devant un parc moldus. D'instincts je me retourne vers celui-ci en entendant une balançoire grincer et elle était là... Un mois... Un mois et me voilà près d’elle... un mois et je me retrouve bête... Je l’observe d’un peu loin et je notes le changement chez elle. Elle est maigre... Elle est triste... Elle semble plus fragile que jamais... Mon coeur se serre. Jamais je n’aurais dut partir... je le savais maintenant! Si seulement j’avais put en avoir conscience avant de faire cette terrible erreur... Je m’avance alors doucement vers elle. Je sais que ma vue lui fera un choc. bon ou mauvais j’allais vite le découvrir. Je me préparer mentalement à la gifle du siècle.

-Lauryn...

J’avais a peine murmurer ces mots... Juste assez fort pour qu’elle m’entende. Je ne rajoutais rien lui laissant le temps a elle de réagir....
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Jeu 23 Mai - 21:14

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



-Lauryn? Ma chérie tu m'écoute?

Ouvrant les yeux, j'avais regardé l'homme assis à la table avec moi à mes côtés qui me regardait inquièt. Mon père tentait encore d'en savoir un peu plus sur ce qui s'était passé pour moi, en savoir un peu plus sur mon état, mon comportement... ils avaient reçu par courrier de la part du directeur le gros des informations concernant l'Agression, c'est tout ce dont ils avaient besoin d'avoir en main. Ils savaient que j'avais été violée et violenté, et que pour ma pseudo remise, avaient décidées de me laisser les blessures ainsi se soignée de la plus lente et douloureuse manière qui soit. Cela faisait trois jours que j'étais de retour à la maison, et ce n'était que se sujet qui revenait encore et encore... Leo était disparu depuis moins d'une semaine, j'avais pleuré, énormément pleuré, toutes les larmes de mon corps.. je n'y arrivait même plus aujourd'hui, plus rien ne voulait sortir. J'étais désècher, rien de plus et rien de moins. J'aurais voulu répondre à mon père que non je ne l'écoutais pas, et que je n'avais pas envie de l'écouter non plus. Mes parents me forçait, trois fois par jour, à venir m'assoir à la table avec eux pour déjeuné, diner, souper... Comme une famille normal avec une vie normale. Mais ma vie ne sera plus jamais normal, quand vont-ils le comprendre? Sans doute jamais... Je me contente d'hocher légèrement la tête à la question de mon père, et prends la tranche de pain qui est devant moi pour jouer un peu avec, sans réellement manger quoi que ce soit... C'est le tour de ma mère de prendre la parole cette fois.

-Lau, tu dois manger quelque chose...

-J'ai pas faim.

-Lauryn...

Je frappe violement sur la table malgré le plâtre, de mes deux mains en me levant, hurlant de colère de peine et de désespoir.

-JE N'AI PAS FAIM! FOUTEZ MOI LA PAIX!

Je n'avais jamais parler comme ça à mes parents, mais pour le coup, je n'en pouvais plus... repoussant l'asiette devant moi, je contourne finalement la table pour quitter la cuisine.... Les jours se suivent, et se ressemble... je n'ai plus crisé depuis ce jour, mais je ne mangeais pas réellement plus... je ne parlais plus non plus, mon mutisme suite à l'agression était de retour... il me manquait mon pilié, ma lumière, pourquoi continuer de se battre. Mes pieds me pousse lassablement, me bercant au gré du vent froid. Mon t-shirt ne recouvrait pas réellement mes bras, mais encore une fois, je m'en foutais.... Ma tempe en appuis sur la chaine glacé de la balancoire, je referme les yeux à nouveau, fatiguée, lasse...

Et dire que c'est ici, dans se parc, qu'à eu lieu la première agression. Et dire que c'était contre le gros chêne contre lequel j'étais assise avant de me lever que j'étais aussi la toute première fois... Il y avait une petite fille qui se balançait, elle devait avoir sept ou huit ans, gros maximum... Je suis contente, elle est partie deux minutes avant l'arriver de cet homme... elle n'a rien eu, elle a été saine et sauve cette petite chérie. Ce fut loin d'être mon cas. Étais-je sa première victime? La première fille torturé par cet homme? Je ne fus sans doute pas la dernière en tout cas, puisqu'il n'a jamais été retrouvé... pourquoi j'étais ici? J'avais fuis se parc depuis ce jour, et pourtant m'y voici aujourd'hui. Un endroit qui, étrangement vue les circonstance, me faisait sentir... sereine. C'était tout ce que je méritais non? Ténèbre et noirceur, peur et douleur... J'étais à l'Endroit parfait, compte tenue que j'étais trop loin de la cabane hurlante... Oui, l'endroit privilégié ou je devais me sentir chez moi...

Une voix... mon nom murmurer. La mort qui m'appelle? Enfin, je l'attendais... Peut-être qu'ainsi je pourrai le retrouver enfin et vivre, si vivre est le mot bien choisi, en paix... J'étais glacés, j'étais même frigorifié, le froid mordait toujours ma peau aussi violemment, ce ne devait pas être la mort... elle se dit douce, apaisante, et pourtant ce n'ai pas le cas maintenant... quoi que, pourquoi serait-elle maternelle avec moi cette fameuse mort, vue ce que je vaut? J'ouvre lentement les yeux, j'allais la supplier de m'amener avec elle le plus rapidement possible, de toute façon je ne manquerais à personne....

Personne... Qui est cette personne à quelques pas à peine? Il lui ressemble, mais c'est impossible, Leo est mort... C'est sans doute la forme que les ténèbres à décider de prendre pour venir à moi. Je reste ainsi appuyé sur la chaine un moment à le fixer... c'était soit ça, soit un cauchemar, ce cauchemar qui me hante nuit après nuit, qu'il se présente face à moi, et me dise qu'il s'est foutu de moi, que je ne suis rien, que je n'ai jamais été rien pour lui, qu'il s'est amusé, mais s'est lassé... et il disparait en fumé devant mes yeux avec mon coeur en main... je redresse lentement la tête, j'ai l'air d'un automate... Mais je m'en fou. Mes pieds se posent à plat au sol, arrêtant ma balancoire, arrêtant ce bruit incessant et agressant que je n'entendais même plus. Puis je me lève, lentement... Je ne lui souris pas, je ne me met pas en colère, rien de tout ça n'était vrai... Je m'approche de lui, m'arrêtant à un pas à peine de lui.... et attends. Attends cette tirade, commençant par le populaire : tu es pathétique Christensen... Mais pourtant rien ne viens. L'envie de lui crier monte, mais je ne le fais pas... Je l'étudie du regard. J'avais peut-être raison finalement, c'était la forme du diable. Il venait me chercher. Il avait bien réussi son cou...

-Tu lui ressemble tant...

Ma voix est enrouée, faible et grave.... plus rien de ce que j'ai pu avoir avant. Mes yeux glisse sur son visage, il a la même fossette au niveau des joues, la même ride sur le front quand il est sérieux... mon regard se fait vide, plus vite sa se fera, mieux ce sera... je reprends dans un murmure...

-Amène moi avec toi je t'en supplie...

Folle. Je suis folle voilà... un mois à peine m'a sombré dans la folie. J'attends la mort comme un cadeau du ciel, elle est là, devant moi, j'attends seulement qu'elle me tende les bras... pour m'y blottir comme une enfant qui attends sa mère sur le quai.

Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Ven 24 Mai - 6:57

Leo&Lauryn


Lauryn...

J’avais murmuré ce mot ... Je n’étais pas sure de la réaction de la demoiselle. il faut dire que me revoir débarquer comme ça sans prévenir pouvait amener n’importe quoi comme réaction. Pour ma part je crois que je me serais figer sur place puis après j’aurais laissé échapper toute ma colère. Car oui j’aurais sans doute été en colère. Que voulez vous... Enfin bref! Je m’étais aussi mis légèrement sur le coté. Pourquoi?! Parce que j’étais arrivé par là ... Puis bon j’avais laissé une distance de sécurité. On ne sait jamais et si elle se transforme en monstre?! Non je ne croyais pas vraiment ça possible au fond, du moins si elle était encore Ma Lauryn mais bon en un mois il peut s’en passer des choses.

Mon coeur se serrait encore plus quand je la voyais de plus près. Pas de doute elle allait mal... On aurait dit qu’elle n’attendait plus rien... Plus rien de la vie. Elle était pale et avait vraiment maigris. Je déglutit avec difficulté et me força a ne rien dire de tout ce que j’avais en tête! Ben oui je devais lui laisser le temps de réagir! Même si ça impliquait que je n’aurais du coup peut être jamais l’occasion de lui dire ce que je pensais. Non je devais me taire! Pour autant ce n’est pas forcément quelques chose de simple a faire!

La fille qui m’avait fait craquer semblait si loin. Celle qui avait ce petit sourire que je n’arrive pas oublier, celle qui avait ses petits yeux pétillant. Mais bon sang ce n’est pas simplement mon départ qui a put la changer autant! Que lui est-il arriver depuis?! J’avais tellement de souvenir en moi. Le jour par exemple ou elle m’a trouver en train de pleurer ma grand mère... Alors qu’on ne s’adressait plus la parole elle a quand même pris sur elle de me consoler. Ce jours là... J’ai définitivement compris que je l’aimais. Ou plutôt j’ai admit un doute que j’avais depuis quelques semaines plus tôt... La pauvre elle n’a pas eu que des moment simple dans cette histoire. Je dirais même qu’ils ont été rares pour elle. entre humiliation des autres et maladresse de ma part... Elle en a vue des vertes et des pas mure! Pour autant elle trouvait encore le moyen de sourire. Oui elle avait toujours été une battante.

Mais aujourd’hui elle semblait plus avoir abandonner le combat. Pourquoi?! Je ne comprenais pas! Si seulement je n’avais pas été enfermer dans ma maison loin de toute rumeur sur tout! Si seulement ma famille avait été un peu plus sincère et m’avait juste permis d’entendre ce qui se disait sur mes amis! Alors j’aurais peut être appris la chose terrible qui lui été arriver! Je serais peut-être ne mesure de la consoler aujourd’hui, comme elle m’avait consoler a poudlard. Quoi que;.. je ne suis même pas sure.

Après une seconde d’attente je la vois ouvrir les yeux en ma direction. Ils sont terne... Fatigué... Je tente un petit sourire amical... Mais ça n’a aucun effet alors je m’arrête sur le champs sentant mon estomac faire un noeud. Lauryn... Lauryn... Mais qu’es-tu devenue. On dirait un zombie. Un zombie qui semble attendre quelque chose de moi. Sauf que je me tait. Je ne veux pas l’assiéger d’information... je ne veux pas l’empêcher de réagir... J’attend! J’attend qu’elle me gifle, qu’elle me demande ou j’étais ou encore qu’elle exige que je parte a jamais! Si telle est sa réaction d’ailleurs, je partirais. Je respecterais le moindre de ses choix; Mais pas sans la prévenir du dangers de ma famille. Pitié qu’elle ne me le demande pas! Je ne veux pas partir! Je l’aime trop pour ça...Je croise les doigts intérieurement.

Elle se lève et marche vers vers moi... Grrr c’est a se demander comment elle tenait encore sur ses jambes. Je ne bouge pas d’un poil moi. Je reste là prêt a tout. Quand elle s’arrête a peine un pas de moi je me retient de tendre les bras pour la retenir au cas ou elle tombe. elle me paraissait tellement fragile que je craignais a tout moment qu’elle ne s’effondre. Mais non elle resta debout devant moi attendant visiblement quelque chose. J’hésite quelques secondes a parler... Puis finalement je m’y refuse. Par où commencer de toute façon?! Me revoilà car ma famille veut te tuer?! Hum... Pas très juste tout ça! Enfin si juste mais pas très encourageant. Ou alors j’étais partis pour te protéger mais maintenant que ma famille a décider de te tuer me revoilà?! Houlà encore plus pessimiste. Nan il vaut mieux que je la laisse mener l’interrogatoire. Il vaut mieux qu’elle me pose elle même les questions et que je me contente d’y répondre dans l’ordre qu’elle voudra. Bien sûr si elle veut des explications...

Sauf que je bug... Je ressemble a qui?! oO Je la regarde sans comprendre... les sourcils froncé. De quoi me parlait-elle? Je ne pouvais ressembler a personne oui?! Puis bon elle m’avait jamais parler de ressemblance jusqu’à maintenant. Me reconnaissait-elle au moins?! Ne soit pas bête Leo bien sur qu’elle te reconnait! Tu n’es partis qu’un mois! Elle n’est pas débile! Ou alors elle commençait comme ça pour me dire que je ressemble au mec qu’elle a aimer et qui est mort pour elle. je déglutit trèèèès difficilement. Ne voulait-elle vraiment plus me voir? Après tout je reconnais que je l’aurais mérité mais ça fait mal quand même. Me murant dans mon silence j’enferme cette douleur au plus profond de moi! pas question de laisser transparaitre.

Je note sa voix tout de même et son regard. Pas de doute elle est comme morte. Je pâlit instantanément en ayant cette pensée. Non elle n’a pas put arrêter de luter! ça ne lui ressemble pas! Elle avait toujours sut se relever de tout! Elle s’était relever une fois d’un viol... Elle n’avais pas laisser la deuxième fois la terrasser! A mon départ elle reprenais doucement du poil de la bête si on peut dire! Elle voulait s’en sortir! Alors ou était cette volonté?! Ou était ce désir de réussir a ne jamais se faire détruire par quiconque?! Si je voulais parler deux minutes plus tôt là je ne sais plus quoi dire! J’ai juste peur pour elle. Peur qu’il soit trop tard. Je me sent plus bête que jamais! Puis elle reparle et je fronce encore plus sourcils...

Elle voulait que je l'emmène ... Mais que je l'emmène ou? C’est vrai elle n’était pas bien avec sa famille? Je savais que c’était les gens qu’elle aimait le plus au monde. Alors pourquoi voulait-elle soudain les quitter?! Puis ce ton... Je n’aimais pas ça... Doucement je viens toucher sa joue... Je la caresse rapidement...légèrement. Je ne veux pas lui faire mal! Elle semble sur le point de se briser!

-Que je t’emmène où Lauryn?! Que t’est-il arriver? Tu sembles si fragile....

Oui j’avais mal... Mais je ne savais pas trop comment réagir. Je ne pouvais pas croire qu’elle veuille fuir ses parents! Je ne voulais pas croire qu’elle veuille disparaitre d’ici et encore moins pour me suivre. ce n’était pas une réaction logique a ma fuite. Non je comprenais pas et ça me frustrais un peu...



code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Ven 24 Mai - 21:29

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



C'était une vilaine torture. Oui une très vilaine torture de prendre cette apparence. Une façon de me faire d'avantage souffrir avant de ne plus rien ressentir du tout? Et bien c'est réussi... Et dire qu'au fond, les premières semaines j'avaos garder espoir, puis il y a eu la culpabilité, celle de ne pas avoir pu lui dire un au revoir digne de se nom, lui dire que je ne l'oublierai jamais, que j'avais besoin de lui, bien plus que ce qu'il pouvait croire... Non, je n'avais pas eu la chance de lui dire tout ça... peut-être était-ce là le moment de le faire... mais pour le moment, j'étais d'avantage concentrer sur mon observation, de remarquer à quel point la copie ressemblait trait portrait à l'orinigal, malgré quelques minimes différences causés par le temps, la nervosité et la peur, chose que je ne réalise pas vue mon état. Je le fait remarquer à voix haute... premier mots dis depuis plusieurs jours... Il semble ne pas me comprendre, comme si je parlais d'une langue étrangère, ou bien qu'il tentait de savoir ce que je pouvais voir à travers mon regard. Je n'étais pas folle.. si? Je voyais bien une réplique de Leo... Il était là, le faux Leo, devant moi, dans une douce torture... Je sens mon coeur battre, sa me fait mal, j'ai l'impression de ne pas l'avoir sentis ainsi depuis des lustres... pourquoi maintenant? Est-ce là les derniers coups du carrillons avant le noir total?

Il avait l'air ensuite en colère, avec ses sourcils froncés... non, je déteste se regard, il me parait froid, violent, méchant... il semble en colère, et je déteste le mettre en colère, je déteste sentir que j'ai fait quelque chose que je ne devais pas faire, même s'il n'ai pas celui qui m'a fait tant sourire avant... j'ai envie de baisser les yeux, honteuse, mais je n'ai pourtant rien fait de mal, si? Je laisse simplement la peine me conssumer, depuis le temps, avec tout ce que j'ai vécu, n'est-ce pas finalement normal? Une fatalité? J'essaie de ne pas penser dans quel état je peux me sentir face à se regard, et je lui demande finalement de m'apporter avec lui... avec elle, la mort. J'ai envie qu'elle m'amène avec elle pour cesser de souffrir, pour cesser d'avoir ses souvenirs douloureux qui me reviennent en mémoire jour après jour, alors qu'au contraire, ils auraient du être doux, emplis de joies et de bonheur... Mais ma demande, elle semble ne pas la comprendre... elle joue avec moi, c'est normal c'est le diable après tout, se régalant de la douleur et de la souffrance d'autruit.

Puis elle, ou il, ou peu importe ce qu'il est lève la main pour effleurer ma joue... j'aurais presque pu y croire, en sa douceur, sa légèreté, c'était peut-être un ange finalement... un ange qui viens me sauver de toute ses souffrances, pour un repos et une douceur bien mériter... Mais sa se passe si rapidement, c'est léger, c'est doux, c'est à peine perceptible... Puis sa voix s'élève... elle s'élève avec une intonation d'inquiétude, une intonation de douleur... c'était si réelle... Pourquoi la mort serait inquiète? Pourquoi un ange serait blessé? Tout ça n'avait aucun sens... aucun... sauf si...

C'était lui? Il était en vie? Là, devant moi, alors qu'on m'avait dit de ne pas garder espoir, alors qu'on me disait que tout était terminé, qu'il était mort et qu'il ne reviendrait jamais... Seul Matt avait tenter de montrer qu'il gardait aussi l'espoir, seulement je ne l'avais vue qu'une fois cet été... il es volage, en amour, et en endroit aussi... Il fait se qu'il peut selon lui... je n'ai pas tout compris mais voilà quoi... Tout était contre moi, tout démontrait qu'il avait disparu à jamais... et pourtant, était-il bien là, devant moi?

-Leo...?

J'avais besoin de poser la question, même si elle pouvait lui paraitre absurde.... Folle, je suis folle, voilà tout. Je perds la tête, je ne sais plus distinguer le faux de la réalité. Lentement, une main se lève, s'approche de lui, mais se stop à un centimètre à peine. J'ai peur... sentiment que je ne pensais plus jamais ressentir comme ça. Peur de le voir s'évaporer... Peur de le voir me repousser... Non, c'était impossible, sa ne pouvait pas être lui... et pourtant... il était si beau, malgré l'inquiétude et la peur qui se lisait dans ses yeux... Il pouvait bien lui ressembler s'il était vraiment là, devant moi, réellement...

-Tu... c'est impossible... tu es... tous le monde dis... mort...

Je me recule de quelques pas, surprise, mais prends pied et je me retrouve au sol dans une grimace et un gémissement de douleur. Mais mon réflex fut de me recroqueviller en boule, prenant mes jambes entre mes bras, me berçant moi-même...

-T'es disparu... sans nouvelle... Tu m'as... Tu....

Je n'arrive pas à m'exprimer clairement, il m'avait abandonner? Qui étais-je pour lui dire une chose pareil? Il ne m'appartenait pas, il avait le droit de faire ce qu'il voulait, quand il voulait... Il était libre de faire ce qu'il veut, il est majeur après tout... Mais a-t-il conscience de la douleur que tout ça m'a causer? Prenant ma tête finalement entre mes mains malgré le platre, je ferme les yeux, très fort.... Avant de me mettre à hurler.

-T'ES PARTI!!! TU M'AS ABANDONNER! ..... J'avais besoin de toi...

Ces dernières paroles murmurer avant que je n'éclate en sanglots. Des larmes qui viennent de je ne sais où, je croyais être désécher... on dirais que non... Je n'avais pas le droit de dire ça? Est-ce que quelqu'un pensais à moi dans toute cette histoire? Personne... alors pour une fois, je me donne le droit de crier haut et fort la douleur que je ressens...


Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Sam 25 Mai - 20:30

Leo&Lauryn


Je voulais comprendre. je voulais savoir si elle avait apris qualeus chose sur ses parents de choquant ou quoi... bon je doutais qu’elle ai appris comme moi que ceux-ci voulaient faire d’elle une meurtrière et tuer celui qu’elle aimait juste parce qu’il leur parait pas assez bien... Nan Lauryn est trop douce pour avoir été élever par des gens comme ça. Alors il devait y avoir quelques chose d’autre. Mais quoi?

Je la regarde lentement.. Une part de moi aurait juste envie de la prendre dans les bras et la serrer fort mais une autre me disais que je n’en avais pas le droit. Oui... Après tout j’étais partis sans nouvelle. Je me devais maintenant de respecter la distance qu’elle mettrait entre nous si elle voulait. Sauf que la voir si mal me faisait mal! Ce n’était pas juste a mon sens qu’elle soit dans cet état... C’est moi qui devrais me sentir aussi mal! Tout ça a commencer a cause de moi! Pour le pouffsoufle que j’étais et que je suis encore au fond de moi c’est dur a admettre. J’ai trahit une personne que j’aime et pour réparer ça j’ai dut trahir presque toutes les autres que j’aime... Pourquoi cette foutu guerre fait rage? Voilà c’est la toute première fois de ma vie que j’en viens a regretter le pouvoir actuel et ces conflit a propos du sang. Pour elle je suis donc prêt a renier a toutes mes idées! Si seulement son état m faisais pas si peur et tant de peine je pense que j’aurais un choc de prendre conscience de ça! Mais j’en suis juste incapable!

Alors contre toute attente elle me pose LA question! Elle me demande si je suis moi! Je la regarde surpris. Euh... Jusqu’à présent je n’ai jamais eu de frère jumeaux alors elle croit que je suis qui? Je ne comprend pas pourquoi cette question mais surtout je me rend compte que j’ai du rater beaucoup chose dont je n’ai pas imaginer comme possible de rater. Pris de court il me faut un peu de temps avoir de savoir quoi répondre. Enfin non la réponse je la connais... Mais je ne sais pas si je dois vraiment répondre a sa question ou si c’est rhétorique. Je vois sa main se lever vers moi et s’arrêter juste avant de me toucher. hum... L’idée qu’elle pense a un fantôme me traversa l’esprit... Et m’aurait bien fait rire en d’autre circonstance.

-Oui

Fut finalement la seule chose que je trouvais a répondre a cette question si inattendu. LA gorge un peu serrer et la tête tournant sous le flot d'interrogation et d’inquiétude que je me posais. Et ça n’était pas prêt de se calmer! Voilà qu’elle tentait de s’expliquer et ce que j’en compris me glaça le sang! Comment ça mort?! Mais... QUi.. Qui a bien put dire ça?! D’où j’aurais put mourir et comment?! C’était pour ça que j’avais finit par en plus recevoir au bout de quelques jours de lettres de mes amis?! Parce que je suis mort pour eux?! Mais non! Ma famille aurait été jusqu’à déclarer ma mort juste pour me détacher d’eux? C’est insensé! Bon venant de mes parents j’avoue que je m’attendais a presque tout mais pas au fait qu’ils me fassent passer pour mort! Les sourcils légèrement froncé je tente de comprendre.

Mais avant que toute la lumière se fasse dans mon esprit elle recule et tombe au sol. Par réflexe je tente un mouvement pour la rattraper mais trop tard. Puis je me reprend ensuite. Ais-je perdu ce droit aussi? Je ne sais plus... Elle se met en boule et je me force a respirer pour garder mon sang froid... pour ne pas comme d’ordinaire me murer dans la colère sous la tristesse et la culpabilité! Mais elle parle a nouveau et si mentalement je serre les poings je fais mon possible pour ne rien laisser transparaitre.

Mais quand elle hurle que je l’ai abandonner je ne peux que baisser la tête... je commence a trembler légèrement. Je me sens mal... Mais... Comment lui expliquer que aussi bête que ça soit c’était ce que je croyais être la seule solution pour sa vie... Comment le lui faire comprendre? Même a moi maintenant ça me semble débile comme raison. Comment ais-je put croire que ma famille lui foutrait vraiment la paix? Dans tout les cas en apprenant pour les enfants fait a une nés moldus, cette histoire serait ressortit et... Je suis un crétin! J’ai trop crut en ce que mes parents m’ont appris! ou plutôt j’ai trop crut qu’il les appliqueraient eux aussi!

Elle avait besoin de moi... C’est ses derniers mots avant de pleurer.... Elle avait besoin que je sois là. Sauf que je n’avais pas été là! Sauf que je n’avais pas assumer mon rôle. Y avait-il de la peur? Au delà du fait que je n’ai jamais été un petit copain digne de ce nom je ne pense pas que la peur été ce qu’il y avait de plus présent. Je ne pense pas non plus que mes raisons aient été autre que sa vrai sécurité. Je respire encore pour tenter les calmer les idée dans ma tête.

Mais ne supportant pas ses pleures je ne peux me retenir de me mettre a sa hauteur a ses côtés. Je n’ai jamais supporter de la voir pleurer! Déjà pendant notre jeu quand je ne l’aimais pas je ne supportais pas de la voir pleurer. Un peu comme... Enfin chaque fois qu’elle pleure elle me donne l’impression d’avoir trop souffert pour mériter ses larmes en plus! Et maintenant en plus je sais que c’est bien le cas! Tremblant toujours je tend ma main pour replacer une mèche de cheveux ... Puis je glisse ma main dans son dos. Je ne sais pas si j’en ai le droit mais je ne peux pas rester sans rien faire face sa peine. Je finis donc par la prendre dans mes bras la laissant d’abord pleurer autant qu’elle veut avant même de songer a m’expliquer. Je ne la serre pas fort de sorte qu’elle puisse se libérer si jamais elle estime que je n’ai pas le droit. J’aimerais pourtant tellement la serrer a presque l’en étouffer... Juste la serrer contre moi pour la protéger de tout ça. Mais.... Non je me contente de l’avoir contre moi une main dans ses cheveux...

Si seulement je pouvais simplement lui expliquer. Mais par où commencer? Par excuse moi? Par je suis désolé... Ces mots ne signifie rien au regard de la souffrance qu’elle exprime... Elle avait raison je l’avais abandonner!

Lauryn.... Si seulement... je pouvais revenir en arrière pour comprendre que ce que je faisais ne servais a rien... Qu’au contraire ça faisait encore plus de mal...

Ma voix rauque bloqué dans ma gorge... Je ne peux rien dire de plus... Je me sent juste le plus crétin du monde...


code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Jeu 30 Mai - 19:37

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



Je ne pouvais pas y croire.. il ne pouvait pas être là, devant mes yeux, c'était impossible... et pourtant il semblait trop réelle pour n'être qu'une illusion, trop pareil pour être une réplique... Le ton de sa voix était le même, je suis sur que pouvoir me jeter dans ses bras son odeur musqué masculine m'eniverait complètement... il était là, devant moi, et il me le confirme... bon n'importe quel réplique me voulant du mal me le confirmerait, ce n'était pas bien difficile de répondre oui à ma question, mais dans mon état présent, je ne pouvais faire autrement que de le croire, de réaliser que oui, Leo Rockwood était bel et bien devant moi, que je ne rêve pas, ne cauchemarde pas, que je n'ai pas d'illusion et que je ne suis pas folle, tout est bel et bien réel... Et alors que je murmurai que c'était impossible, qu'il était senser être mort, que tous s'était entêter de me le dire, de ne pas me faire de faux espoir ni d'illusion, qu'il ne reviendrait jamais... Matt aussi avait fini par y croire, Leo était mort... mais je n'arrivais pas à faire mon deuil, je ne le voulais pas... et le voilà, devant moi...

Et plus il réfléchis, plus il me fait peur, avec se regard... et réalisant qu'il était vraiment devant moi je me recule, choquée, destabilisée, pour me retrouver finalement au sol... C'est bien le sol, au moins à terre, je ne peux plus tomber plus bas, si? mais le flot d'émotion qui me prends alors est plus fort que tout.... je me berce comme une automate, me renfermant sur moi-même, en position foetal... je l'avais attendu, j'avais tant espérer... il n'était pas mort mais... Cette fois, c'est la colère, la rage, la tristesse, la douleur et l'épuisement qui viennent à bout de moi, et j'hurle, je cris, il m'a laisser tomber, m'a abandonner, rien de moins... sans nouvelle, sans signe qu'il allait bien... Parce que oui, il semblait aller beaucoup mieux que moi quand même... il n'avait pas que la peau sur les os, n'était pas marqué de partout, n'avait pas le teint pâle et cireux.... non lui il semblait en pleine forme! Je lui en voulais... terriblement. Plus qu'à quiconque au moment où on se parle. et dans un dernier murmure, je lui dis que j'avais eu besoin de lui... bien sur que j'avais eu besoin, il était mon pilié, ma force et ma joie de vivre... mais soit il ne l'avait pas compris, soit il s'en contre fichait vue qu'il m'a quand même abandonner... j'éclate, je pleure, je souffre énormément, là, au sol à ses pieds... J'aurais du au contraire être plutôt de bonne humeur, heureuse de le voir, sourire et me serrer dans ses bras... peut-être que sa viendrait comme étape, mais pour le moment, je n'arrivais tout simplement pas à comprendre comment je pourrais sourire avec toute cette peur, cette douleur et cette tristesse en moi...

Je le sens bouger sans le voir, je n'ose pas poser mon regard sur lui, mais je sens ses doigts glisser doucement sur ma peau pour replacer une mèche de mes cheveux derrière mon oreille et cette main, large, puissante mais douce à la fois, viens glisser dans mon dos... je ne tente pas de le repousser, à quoi bon? De toute façon je suis trop faible face à lui, je l'ai toujours été et je le sais très bien. JE suis trop faible pour qui que ce soit... Je me sens attirer doucement contre lui, je relâche lentement mes jambes pour lui permettre d'avantage, je suis toujous en pleur, en crise de larmes, j'ai envie de hurler mais aucun son ne sort... Il était l'auteur de mon bonheur, l'auteur de mes souffrances... c'était contradictoires, mais les faits sont là... je souffre par sa faute, mais j'ai besoin de lui pour aller mieux... j'entends ses mots, revenir en arrière... non, cela ne sert à rien, contente toi de me faire du bien, là maintenant, c'est tout ce qui compte... il est trop tard pour revenir en arrière, mais jamais pour bien faire au présent.

Lentement dans ses bras je me calme, je sens son odeur qui n'a pas changé, il sent toujours aussi bon le Leo... j'inspire profondément, les yeux clos, je calme mes pleurs, puis mes sanglots... et lentement je relève les yeux sur lui pour le regarder un moment... mon regard est toujours aussi ... vide. Ce n'ai pas un calin qui me redonnera mes couleurs, l'étincelle dans mes yeux, et mon désir de continuer... mais je le regarde, ses traits, son regard... mais finalement je réalise un truc... il ne pouvait pas être là, il est mort... et moi... et moi j'ai tenté, j'étais assise contre se tron d'Arbre, j'avais cette pierre coupante à la main, j'ai frotté mon bras, plusieurs fois, avant de sentir le froid, sentir la faiblesse, avant de me lever pour venir m'assoir sur cette balancoire, le dernier endroit de ma vie... j'avais fermer les yeux, je devais m'être assoupis, je devais être... morte... C'est ce que je voulais, en fait... je fini par sourire.

-Je voulais venir te rejoindre... Je voulais te retrouver, peu importe ou... et c'est dans la mort que je te retrouve....

Il était bel et bien mort, moi aussi d'Ailleurs... le sang sur mes vêtements, mon bras lacéré, je m'étais donné la mort pour mieux le retrouver, et toute douleur disparaissais, j'étais avec lui, j'étais hors de porter de tout mal maintenant... Dans ses bras...

-Je suis morte... pour toi...


Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Dim 2 Juin - 16:05

Leo&Lauryn


Dans mes bras je la cale le mieux possible. La sentir contre moi me fait à la fois un bien fou et mal. Mal, que ce soit parce qu’elle pleure. Mais du bien car j’ai bien crut ne jamais pouvoir a nouveau la garder contre moi. Quand je vois qu’elle ne me repousse pas je la serre un peu plus fort. J’attend calmement qu’elle se calme. je ne peux rien dire pour l’aider je le sais. C’est bien ce qu’il y a de plus dur. Elle m’a tellement manquer. Si seulement elle savait... Si seulement elle comprenait. A nous voir il est vrai qu’elle semble plus mal en point que moi... Mais si seulement elle savait. Non je n’avais pas été torturer... Enfin pas physiquement. Mais j’avais dut vivre avec la menace constante que si je n’obéissais pas elle serait tuer. J’avais dut vivre sachant toujours que je risquais de ne jamais la revoir. J’avais dut vivre sachant qu’un jour elle finirait par m’oublier alors que moi partit comme c’était je ne pourrais pas.

Lauryn... Tout ça elle ne doit même pas s’en douter. Elle qui refusait d’admettre ma responsabilité déjà pour son viol. Alors comment même envisager qu’elle se pose ce genre de question. De toute façon tant mieux qu’elle se les poses pas! Au moins ça l’aide a vider son sac... Au moins pour une fois depuis bien longtemps je peux être utile. Moi on verra après. De toute façon je me suis relever de bien pire alors je me relèverais encore du moment qu’elle même le fasse. Plus par automatisme qu’autre chose je me met a parler. Je ne rentre pas dans les détails mais je lui dit que je ferais mon possible pour annuler ça si c’état possible. En fait le silence me rongeais alors je n’avais put me retenir de le briser.

Lentement je la sent se calmer... Je ne peut retenir un baiser sur son front. Je sais que les pleurs ne sont qu’une étapes parmi tant d’autre avant de la voir sourire... Mais déjà une de passer! Et même si ça m’effrayer je me sentais prêt a affronter les autres! Après tout c’est le moins que je puisse faire. Elle m’a tellement manqué. Si seulement elle pouvait savoir. Je ne suis peut être pas le plus expressif des hommes certes, mais... oui elle m’a manquer comme personne ne m’a encore jamais manqué! Quand elle me regarde je ne peut retenir un petit sourire. Pas un sourire de joie non mais plutôt... le sourire de celui qui garde espoir... Le sourire pour encourager... Oue ce genre de sourire! Alors elle finit par parler et moi je le perd complètement ce sourire. De quoi elle parle me retrouver dans la mort? Je regarde son bras et je vois le sang... J’entend sa dernière phrase et c’est avec horreur que je commence a comprendre! Non je veux pas comprendre ce qu’elle vient de me dire! Je ne veux pas et je ne peux pas! D’horreur je me réveil alors!

Oui ce n’était qu’un cauchemar... Un simple cauchemar qui a hanté ma nuit. En sueur je pose ma main sur mon front. Alors la réalité me revenait doucement et je me demandais laquelle des situations je préférais. Dans mon cauchemar on était mort mais réunis et dans ma réalité... Dans ma réalité j’allais aujourd’hui même détruire a jamais ma vie pour garantir la sienne en sachant que je ne la reverrais plus jamais. Je me demandais alors une seconde si notre mort a tout les deux n’était pas le seul moyen pour qu’on puisse vivre ensemble. Sauf que bien sur je refuse l’idée même que Lauryn en meurt. Je ne peux accepter cette horreur! Je tente d’éclaircir un peu plus mes idées chassant le visage pale et presque mort de la femme que j’aime. Elle n’allait pas mourir! Pour la simple et bonne raison qu’aujourd’hui je la sauverais! Oui je savais qu’aujourd’hui j’allais la protéger!

D’instinct je porte une de mes mains sur mon avant bras opposé. Oui... J’avais choisis ma voie. Cette marque me prouvait que je ne pouvais pas revenir ne arrière! Je n’avais jamais envisager avant l’année dernière une vie sans cette marque des ténèbres sur moi! Jamais je n’avais non plus eut hâte de l’avoir. Pourquoi? Parce que jamais je n’avais voulut me résoudre a ce que j’allais devoir affronter tout à l’heure. Jamais je n’avais put me résoudre a prendre une vie... A tuer quelqu’un! Sauf que ce soir j’allais le faire! Je ne pouvais plus reculer! Ce soir j’allais pour la première fois de ma vie assassiner une personne sans aucun motif autre que protéger Lauryn. Cette personne n’aura sans doute jamais voulut du mal a ma chère et tendre et surement ne la connaitra-elle pas. Mais... Je dois néanmoins me résoudre a la tuer! Je pris juste pour que ça soit un homme! Pitié pas une femme ou un enfant! Ce jour sera déjà assez horrible comme ça sans qu’on me donne en plus un être innocent en tout point.

Oui je vais devoir l’assassiner! Ma famille garantira en échange de mon loyale dévouement à la cause et de ma promesse de ne plus jamais revoir Lauryn sa sécurité! Elle n’aura rien a craindre du moment qu’elle et moi on est plus en contact. Alors si je dois exterminé toute ma vie pour elle... Je le ferais! C’est a cause de moi après tout qu’elle a tant souffert. Oui ce soir je vais assassiner pour elle! De toute façon si je ne tue pas la personne en question, non seulement Lauryn sera tuer dans les pires souffrances et devant mes yeux mais ne plus la personne que j’aurais voulut épargner sera juste tuer par un autre mangemort! Je le sais!

Je referme les yeux... Ma vie est devenue un enfer! Tant de fois j’avais songer que la fin serait un soulagement. Mais je ne peux me résoudre a mourir car alors Lauryn n’aurait plus aucun rempart pour la protéger des monstres de ma famille. En rouvrant les yeux je regarde l’heure. Hum... Il est bientôt tant. Déjà j’entend ma famille se préparer a ce grand moment! Le pire dans tout ça? Mon frère et ma soeur vont être contraint d’assister a ça. Pour leur montrer la bonne voie et détruire la mauvaise influence que mon égarement aurait put avoir! Si on reprend les mots de mon père. Comment la fille d’une femme aussi bonne que ma grand mère a put épouser un homme comme lui? Si ma grand mère était de ce monde elle n’aurait certes pas apprécier mon amour pour Lauryn mais elle aurait compris! Elle m’aurais sans aucun doute punis pour ça... Mais jamais au grand jamais elle n’aurait toucher a Lauryn! Elle qui m’a toujours appris que la meilleure façon de perdre a tout jamais l’amour et la confiance d’un homme c’était de toucher a la femme de sa vie. Ma famille avait réussit a faire de moi un pantin oui... Mais ils avaient a jamais perdu ma confiance et mon amour pour eux. Enfin je les aime car ils sont ma famille mais la haine a pris le dessus sur cet amour! Et le jours ou je pourrais les tuer sans mettre en danger la femme que j’aime c’est avec un plaisir sadique que je le ferais... La rage me consume jours après jours depuis un mois....

Ma petite soeur entre dans ma chambre. Je la voit pale et tremblante. Un peu comme Lauryn dans mon cauchemar. Ma petite soeur... La deuxième femme de ma vie! Elle a toujours été une sorte de princesse pour moi! Me trouvant dans le lit elle ne met pas longtemps a comprendre que je ne vais pas fort... Et alors elle vient juste me rejoindre pour se blottir contre moi.

-Leo...

-Oui?

-Tu l’aimes encore cette fille hein? Tu l’as vraiment aimer elle pas vrai?

-Quelle importance? Aujourd’hui tout sera finit...

-Alors tu vas le faire?

Je sens dans sa voie la peur mais aussi l’horreur... L’horreur que son frère puisse aller jusque là... Moi qui lui ai toujours dit qu’on ne dois jamais tuer autrement qu’en défendant sa vie ou celle d’innocent... Finalement j’avais toujours voulut être différent des miens mais ce soir je marcherais dans leur pas.

Berthie... Je n’ai plus le choix... c’est là que mène le chemin que j’ai choisit.

-Mais... Tu ne peux pas... Tu... C’est pas comme ça que tu la sauveras.

Je soupire... Ma soeur sait viser là où ça fait mal!

Berthie s’il te plait! Tu sais très bien pourquoi je dois le faire! Et c’est déjà assez dur comme ça... n’en rajoute pas!

Contre toute attente elle fond en larmes. Alors comme aimanter par ses pleurs mon frère entre a son tour dans ma chambre. Leur lien a toujours été un mystère pour moi! Ils sont fusionnel. Si ils n’étaient pas du même sang je prévoirais déjà les banc pour le mariage! Ils sont vraiment complémentaire! Plus complémentaire qu’aucun couple d’amoureux ne le sera jamais! Quand ma soeur pleure il la calme quand il se met en colère c’est elle qui le calme. Ils ont trouver un mode de fonctionnement que je n’arrive pas encore a comprendre.

Sans même que j’ai un mot a dire il arrive et va a son tour se blottir contre ma soeur. Heureusement que mon lit est encore assez grand pour qu’on y rentre tout les trois... Même si on est plus serrer qu’il y a quelques temps. Au bout de quelques minutes de parole réconfortante ma soeur parle a nouveau

-Mais moi je ne veux pas voir ça!

Voilà tout est dit! Ma soeur venait de rendre encore plus difficile ce que je m’apprêter a faire. Je ne peux que la serrer un peu plus dans mes bras.

-Je te promet que ça va aller... Puis tu ne seras pas obliger de regarder...

Je me prend un dans l’estomac de Al. Visiblement les parole que je dis ne sont pas les bonnes. Il décide de prendre les choses en mains.

-Bee je serais là... Ne t'inquiète pas... Puis tu connais Leo... il est sans doute trop lâche pour aller jusqu’au bout..

A mon tour d’avoir envie de frapper mon frère. c’est donc comme ça qu’il me voit? Comme un type lâche? Géniale... Voilà que même lui venait de me lâcher...

-Si tu n’es là que pour dire a quel point je suis un membre décevant de cette famille tu peux t’en aller! Je n’ai pas besoin de mépris en plus Al... DEGAGE !

Mon frère ne broncha pas. Il sursauta juste légèrement a mon haussement de voie soudain. Ma soeur, elle, se replia juste un peu plus sur elle même. Faisant comme si je n’étais plus là ils parlèrent juste entre eux. J’avais déjà horreur en temps normale quand ils faisaient ça mais là...

Ali... Il l’aime... il fera tout pour sauver sa vie.

Justement Bee... Fais moi confiance. Je sais tout ça et il ne se passera rien tout à l’heure il n’aura jamais la force d’aller jusqu’au bout!

Trop c’est trop... Je me lève et ouvre ma porte en grand.

-DEGAGEZ DE MA CHAMBRE TOUT LES DEUX!

Baguette ne main je tremblais de rage. Les voir faire comme si je n’existais pas dans un moment comme celui là était trop fort... Al compris ne me regardant qu’il valait mieux m’obéir et prenant ma soeur dans ses bras il l’aida a sortir de ma chambre. A peine seul je fermais la porte et me laissais tomber assis sur mon lit. Si même mon frère et ma soeur me lâchaient... Alors a quoi me raccrocher? Et avant que j’ai eu le temps de m’en rendre compte des larmes coulaient le long de mes joues.

Puis après quelques minute de silence total mon père entra dans la chambre.

-A toi de jouer... Bouge toi un peu avant que je me charge de te bouger!

Le signale. Je respire une dernière fois et je me lève. Je contiens mes tremblement dans ma main droite. Hors de question que mon père me voie fléchir. Je refuse de lui faire ce plaisir! Doucement mais surement je le suis dans l’escalier menant au rez de chaussé. Ma soeur m’y attend les yeux toujours rouge de larmes. Aucun trace de mon frère et ma mère.

-où sont les autres?

-En train de mettre à sa place la trainer qui t’attend.

Je déglutit un peu plus difficilement. Alors ça serait une femme. Pourquoi?! L’idée me frappe soudain avec un choc inouïs. Et si c’était cette née moldus que j’avais soit disant mis enceinte? SI mon père avait décider de me laver de tout mes pêcher en me faisant d’un même coup renoncer a mon amour et détruire mes propre futur enfants? Il en serait capable...

Une main tremblante se glisse dans la mienne. C’est celle de ma soeur. Je la serre doucement. Je me fiche a ce moment là de ce qu’elle peut penser de moi. tout soutient est le bienvenue! J’avance vers une fin horrible je le sens. J’ai peur. Et si mon père avait trouver le moyen de me faire choisir entre la vie de ces enfants qui n’ont rien demander a personne et Lauryn? Quel choix faire? Lauryn je lui devais ça ... mais au fond ces enfants aussi! Je n’avais pas le droit de détruire leur vie alors que je l’avais créer par négligence.

C’est donc avec un peu moins d’assurance et tenant toujours ma soeur contre moi je me décide a descendre le dernier escalier qui me sépare de la fin de ma vie... qui me sépare du moment ou je vais alors devenir un monstre a mes propres yeux... un monstre pire que celui que je suis déjà! Ma mère et mon frère m’attende devant la porte de la cave. Ma mère a le visage sévère ... Me faisant clairement voir que si je ne corrige pas mes erreurs maintenant alors inutile de la r’appeler maman un jour... Mais mon frère lui a un étrange sourire aux lèvres. Il n’est pas du genre a se réjouir d’une mort pourtant! Je le connais. Sauf que je suis trop perdu pour vraiment tenir compte de ce signe qui aurait dut me choquer. Il prend ma soeur dans ses bras et lui chuchote qu’elle n’a pas a s’en faire... Puis mon père et ma mère sortent leur baguettes.

-Si tu ne fais pas ton devoir nous le feront... Mais nous pousse pas a devoir le faire sur toi...

Je me fige. Mon frère lui perd tout sourire pour pâlir autant que ma soeur qui elle menace presque de s’évanouir.

-Vous allez pas le tuer?! Pas Leo?! C’est... c’est votre fils...

-Alors il sait ce qu’il a faire. Inutile pour nous de garder une telle honte...

Un derniers gémissement de ma soeur et pour couper court a tout ça je décide d’entrer dans cette fichu pièce et de tuer la première chose que je verrais bouger! C’était ma seule solution pour protéger Lauryn mais aussi au final pour éviter d’infliger plus de souffrance a ma fratrie... Sauf que... Je me fige d’horreur en entrant dans la pièce!

code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Dim 2 Juin - 21:49

Lauryn H. Christensen a écrit:
Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



Assise sur une terrasse moldu, à une table pour deux personnes, mais assise seule, je regarde les passants continuer leur vie comme si de rien était. Comme si la vie était belle, qu'il n'y avait aucune menace sur notre monde qu'il n'y a aucune peur, aucune souffrance... La vie est belle, les oiseaux chantent, le soleil brille et cela suffit pour beaucoup de personne....Pas pour moi. La vie est loin d'être belle... Pour avoir une belle vie, c'est pouvoir la vivre sans se retourner au moindre bruit avec la crainte de refaire face avec un de ses agresseurs, c'est d'avoir d'avantage de souvenir qui nous font sourire, plutôt de nous faire pleurer, c'est d'être avec les gens qui font que notre coeur se gonfle de bonheur, d'être avec l'amour de sa vie... ma vie est loin d'être un conte de fée, je le sais depuis toujours. Petite timide qui reste seule dans son coin, j'avais été longtemps invisible aux yeux des gens. J'avais longtemps détesté cette situation, mais j'aurais finalement préféré rester invisible, avoir su tout ce qui allait se passer pour moi. Après ma première agression, j'ai décidé de changer... d'être plus sur de moi en apparence, d'être souriante, fêtarde, profiter de la putain de vie... et il m'a remarqué... pour cette simple et unique raison, je ne regrette pas d'être devenue cette fille qui au fond n'était pas réellement moi... Pour cette simple et unique raison, j'ai appréciée la personne que je suis devenue... il m'a remarqué. Il m'a parler, courtisé, il me voulait sur son tableau de chasse.... j'ai jouer avec lui si on peut dire ça comme ça, j'ai embarquer dans son jeu sans lui laisser la chance d'avoir ce qu'il voulait... mais je suis tombé amoureuse... C'était les risques, mais je me croyais immunisé. Je n'étais jamais tomber amoureuse, et comment le devenir d'un type comme lui, alors que de notre côté nous n'avions ni confiance, ni expérience... et pourtant...

Leo Rockwood s'est insinuer dans mes pensées sans que je n'en prenne réellement conscience au début. Tranquillement, il prenait possession de mes pensées, de mon subconscient, peu importe la situation, je pensais à lui, me demandant comment il aurait réagis, s'il aurait rigoler, s'il aimerait ce que je portais... puis mes rêves... et là, là je dois dire que c'était... intense. Me réveillant le coeur battant, le corps en sueur, se petit sourire sur les lèvres... comment je pouvais avoir ce genre de rêve moi qui n'avait rien connu! Bon il n'y avait pas que ce genre de rêve, je rêvais aussi d'être assis près du lac, lui le dos appuyer contre le grand chêne et moi dans ses bras, ou l'accompagnant pour le bal de noel... mais c'était complètement absurde. Leo Rockwood ne pouvait pas aimer, ne pouvait pas avoir d'attache... Leo Rockwood ne voulait qu'une seule et unique chose de moi... mon innocence, rien de plus... Je me souviens du jour où je lui ai appris avoir été agressé... Je ne sais pas S'il a compris que j'étais encore vierge mis à part cet événement... une chose qui est sûr par contre... c'est qu'à partir de ce jour, tout a changé...

-Coucou Lauryn.

Je me fais sortir de mes pensées en entendant cette voix, et je relève la tête en souriant doucement.

-Bonjour maman...

La femme qu'est ma mère me regarde et pose son sac sur le bord de la table avant de s'assoir doucement sur la chaise placé en face de moi. Je la regarde un moment, je ne suis pas dupe, elle semble énormément fatiguée, ou triste je ne saurais dire... en fait, elle doit se dire exactement la même chose de moi. Une fois mon retour de Poudlard, après avoir perdu toute trace de Leo deux jours avant les vacances, j'avais décidé de ne pas retourner chez mes parents... J'avais besoin d'être seule, si un jour... il revenait. Je ne voulais pas non plus que mes parents ait conscience de ma peine, de ma peur, de tout ce qui s'était passé... tout comme lors de ma première agresson, ils étaient au courant que quelqu'un s'en était pris à moi, mais aucun détail ne leur avait été donné et cela est très bien comme ça. Je lui souris doucement, j'avais donner rendez-vous à ma mère ici pour qu'elle ne s'inquiète pas, qu'elle vois que je m'en tirais bien... Elle vient chercher ma main par dessus la table et la serre doucement.

-Je suis contente de te voir ma chérie...

-Moi aussi maman... Mais s'il te plait, pas de larme, pas de supplication... Juste un sourire et des papoteries...

Je n'avais pas envie de la voir pleurer, j'avais suffisamment pleurer comme ça... de toute facon, je crois que le pire c'est que je ne pourrais pas pluerer et je passerais pour la sans coeur des deux. Elle me regarde et fini par sourire, serre ma main un peu plus fort et hoche la tête.

-Bien sûr ma chérie. Papotons alors.

Je marche tranquillement pour retourner à mon studio, j'Aurai beau dire ce que je veux, sa m'a fait du bien de revoir ma mère... en fait, mes parents me manque... mais je ne suis toujours pas prête à montrer ma solitude, ma peur et ma peine... Sa me rappelle le jour où Leo est revenu à l'école suite à la mort de sa grand-mère... il était anéanti, mais il était fait fort, et l'orgueil avait prit le dessus... il s'était donc isolé pour vivre sa peine... Avais-je bien fait de le suivre ce jour là? Avais-je bien fait d'aller contre son désir d'être seul? Même si j'aurais sans doute du respecter son choix, je ne regrette rien... Il a su que je serais là pour lui, même si j'étais en colère, même si je lui en voulait, même si à ce moment là, je ne croyais qu'il ne pensais qu'à ses intérêts... je l'aimais, je ne pouvais donc faire autrement que de l'épauler dans cet épreuve... et je crois qu'au final, sa lui a fait du bien que je sois là, de ne pas se retrouver seul...

Non, non je n'avais pas perdu espoir, même si.... même si c'était terriblement difficile... même si j'aurais préférer qu'il me donne des nouvelles, qu'il me rassure peu importe comment... il y avait des rumeurs comme quoi il avait rejoins les mangemorts, ou encore qu'il était tout simplement mort.... je préférais ne pas y penser.... cela ne faisais qu'un mois, et même si j'étais faible, même si je ne m'étais pas complètement remis de ma deuxième agression, même si j'avais peur et qu'il me manquait, même si je m'allimentais pas comme je le devrais, que j'ai perdu du poids et mon sourire, je gardais toujours espoir... Je l'aimais, je ne pouvais pas me résigner de le perdre si vite...

-Oh Leo... j'ai besoin de toi moi aussi, où es-tu...

-Ça tombe bien, il a aussi besoin de toi.

Je me stop, cette vois est grave, un homme, elle est menacante... je lève les yeux et fait face à un homme assez costaud vêtu tout de noir, je me recule mais me bute contre le corps d'un autre qui passe un bras autour de moi et de l'autre me jète un sort en transplanant, alors que de mon côté, j'ai perdu consicence...

C'est l'odeur d'humidité et de moisissure qui me sort de ma torpeur... j'ai mal à la tête, il fait noir, je ne comprends rien. Où suis-je? Je me redresse et un bruit de cliquetis se fait entendre... je cligne plusieurs fois des yeux pour tenter de m'habituer plus rapidement à la pénombre et relève les mains. Des chaines... je suis enchainée! Mais qu'est-ce qui s'est passé?? Je marchais et... je ne me souviens plus de rien. Je me lève mais je me tappe la tête contre le plafond en laissant un gémissement de plainte traverser mes lèvres. Je remarquai en bougeant un peu que j'avais également des chaines aux chevilles et que j'étais pied nues. Mais j'étais ou... je tire un peu sur les chaines mais je me sens faible, je n'arriverais absolument rien contre elles...

-À l'aide!!! S'il-vous-plait!!!

je cris bien sur dans le vide, mes mots résonnant en écho entre les murs de pierre... j'ai peur, j'ai froid, j'ai faim... mais je n'arrive pas à pleurer, je suis trop faible pour ça...

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici... trois, quatre, cinq jour peut-ête... on me donne de l'eau, c'est tout ce dont j'ai droit... il fait noir dans cette pièce, j'ai droit à un peu de lumière lorsque la petite trappe sur la porte s'ouvre pour me donner à boire. Personne ne me parle, aucun bruit, aucun mot... moi j'ai cesser de crié après deux jours, voyant que personne ne m'aiderais. J'étais en train de me dire que je devrais peut-être simplement cesser de boire et me laisser aller... mais l'appelle de l'eau se faisait trop forte, mon instinct de survie me guidait, je n'étais pas encore prête à mourir, ce n'était pas mon heure... Je sursaute alors, en entendant un bruit dans la pièce, une sorte de pop qui se percute aussi contre les murs. Je cherche du regard, mais il fait si noir...

-Il .. il y a quelqu'un?

Ma voix tremble et est enroué, j'ai peur et sa se ressent.

-Chutt ... mademoiselle Christensen il ne faut pas vous entendre...

C'était une petite voix, un murmure mais une toute petite voix qui venait de près du sol... Je tremble, mes chaines tintent ensemble. J'entends des bruits de pas, tout petit et léger, puis un bruit plus sourds, comme si on posait un récipient à mes pieds.

-Vous connaissez... mon nom?

J'ai parlé tout bas pour que seul la personne avec moi m'entende. Puis une faible lumière me fait plisser les yeux, et ce que je vis.. de grand yeux, d'énorme yeux même. Sur le coup je sursaute, je prends peur, mais je me force à me calmer et vois que j'ai près de moi un elfe de maison qui me fais un signe avec l'index sur la bouche de ne rien dire, puis pointe un bol... un bol de fruit et de pain! L'elfe me fait un clin d'oeil avant de disparaitre dans le même bruit qu'il était venu, amenant la lumière avec lui. Je murmure un simple merci, même s'il ne peut s'en doute pas m'entendre, et je cherche à taton de la main le bol avant de manger chaque fruit, chaque bout de pain avec appeti... ça fait tellement de bien! Je promet de toujours profiter des petit bonheur de la vie à partir de maintenant, même si déjà je suis une personne qui tentait d'en profiter au mieux.... ce bol de fruit me permet de tenir, de garder espoir...

Sixième jours. Je suis callé contre le mur dans la position la plus confortable que j'ai pu trouver malgré le mur froid, humide et les chaines... je gratte un peu le sol, j'ai l'impression de sombrer dans la folie, mais je m'accroche au mieux à la vie. Puis un bruit de déclic, puis la porte qui s'ouvre d'un coup me fait gémir en posant le bras par dessus mes yeux pour me protéger de la lumière qui entre, agressante dans la pièce. Je sens qu'on me soulève sans ménagement, qu'on détache les chaines du mur, et non de moi... et on me force à me lever, tiens le plafond n'est plus si bas... d'un côté, je sens une prise solide sur mon bras, trop forte, j'ai l'impression que des aiguilles me traverse le bras et me fait grimacer. Tournant la tête pour voir, je remarque que c'est les ongles d'une femme qui me serre ainsi... la prise de l'autre côté est solide, mais moins douloureuse, en fait elle ne fait pas mal... je tourne la tête pour voir la deuxième personne... et mon coeur s'arrête, je sens la force de mes jambes m'abandonner le temps d'un instant.

-Al... Albertin... s'il te plait...

J'avais bien reconnu ce jeune homme, plus jeune que moi, le petit frère de Leo.... nous étions où? Chez les Rockwood? Le jeune homme ne m'adressa aucun regard, aucun mot, qu'un simple serrement sur le bras, presque imperceptible mais bien là... sa voulais dire quoi.... on me jeta, enfin la femme me jeta au sol sans ménagement et attacha les chaines qui maintenait mes poignets au plafon, et d'un mouvement de baguette me fit me lever, me soulevant juste asser pour avoir simplement le bout des orteilles au sol, la douleur dans mes bras me fis gémir, mais j'eu comme simple réaction une gifle monumental de la part de la femme.

-Ferme la petite pute. T'es qu'une vermine, ta petite vie de minable se termine ici.

Je grimace sous le coup, et ne dit plus rien, me contentant de lancer un regard suppliant à Albertin qui ne dit rien, détournant le regard avant que les deux sortes de la pièces en refermant la porte, m'enfermant à nouveau.... les poignets me font souffrir le martyr, pendre ainsi est énormément douloureux... je vais mourir, ici.... qu'est-ce que je fais ici.... qu'est-ce qu'Albertin fait ici, sommes nous réellement chez les Rockwood? Le temps passe... 5 minutes.... 10 minutes... j'Entends des voix, ou plutôt des échos, mais je n'arrive pas à entendre ce qui se dit... Cette fois je pleure, les larmes coulent toutes seuls, silencieuse... je baisse la tête, tentant de supporter l douleur puis un bruit... la porte qui s'ouvre... j'hésite à relever la tête, je ne veux pas voir qui me tuera... mais le temps est en suspension, rien ne se passe... je lève finalement les yeux...

-Leo!!

J'Aurais voulu crié mais je n'ai plus l'énergie pour le faire, ma voix est un murmure mais mes yeux veulent tout dire... ils le supplie de m'aider, de me sortir de là... Il est en vie, devant moi... était-il... avec eux? Non, c'était impossible... impossible...

-Je t'en supplie, aide moi....sors moi de là...


Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Lun 3 Juin - 21:56

Leo&Lauryn


Ma soeur derrière moi je l’entend gémir. J’entend aussi mon frère bouger mal à l’aise. Je sens ces deux êtres que j’ai toujours protéger de tout avoir soudain peur. Mais pour la première fois de ma vie leur peur ne m’intéresse pas. Ou plutôt elle est secondaire! J’aime mon frère et ma soeur toujours autant mais les rassurer devient soudain le cadet de mes soucis! Oui ma fragile petite princesse devra se trouver un autre grand frère protecteur... Pourquoi? Tout simplement parce que devant moi je voit la première femme de ma vie!

Pitié que ça soit un cauchemar! Pitié que je me réveil une fois de plus pour découvrir que c’est simplement mon inconscient qui tente de préparer mon conscient au pire des scénario! Pitié que mon réveil sonne ou que ma soeur entre a nouveau dans ma chambre pour me secouer! Je vous en supplie... Que mes parents n’ai pas eu une idée aussi tordu! Ils ne peuvent pas être aussi mauvais?! Remarque... Je dois admettre que ça ne m’étonnerais même pas au fond. J’ai toujours estimer que j’avais eu de la chance d’être plus élever par ma grand mère que par ma mère. Ma grand mère aussi strict était-elle sur la pureté du sang et les grands principes de la vie elle n’en rester pas moins une femme douce qui connaissait l’importance de l’amour dans une vie... Surtout une femme qui savait avoir une limite dans la cruauté envers sa chaire et son sang! Limites qu’elle n’a malheureusement pas sut donner à sa fille.

En entrant donc je me fige sur place d’horreur. Ma soeur comprenant ce qu’il se passe pleure encore plus fort. Nous voilà face a THE dilemme et elle venait de le comprendre. Soit je tuais la femme que j’aime et je me perdais pour toujours, finissant surement par un suicide par la suite, soit je m’y refuse et mes parents me tuent.... Car oui ils étaient capable de le faire. Et mon frère et ma soeur avait ordre de rester là a regarder. Pour ma part je suis en état de choc... Dans ma cave sombre accroché au mur pend par les bras la femme que j’aime et que j’avais crut ne jamais revoir. Mais... Vous dire que je sais pas quoi faire peut paraitre hallucinant mais sur le coup c’est vrai! Non pas que j’hésite a la tuer ou pas... Mais je suis tellement surpris que je ne saurais même pas vous dire mon prénom. Je suis en mode absent! Je ne suis même pas entièrement entré dans la pièce!

C’est vrai moi qui craignais de voir devant mes yeux la femme que j’avais mise enceinte je n’avais jamais imaginer ça... Moi qui m'apprêtais a tuer pour justement l’épargner! Moi qui ne pensais qu’à une chose... La savoir en sécurité et capable de sourire... Savoir qu’elle aurait encore toute une vie pour se remettre des horreurs qu’elle a vécus. Je restais donc de marbre jusqu’à entendre sa voix. Une toute petite voix pour le coup... un murmure presque. Elle m’appelait. Mon coeur se serra. Pie il se compressa tellement que j’avais mal et que ma respiration se faisait beaucoup plus difficilement. J’aurais aimer répondre a son appel... Mais ma voix était bloqué encore a cause du choc. Je la regardais sans bouger ... Puis quand repris la parole pour me supplier de la sortir de là... ce fut comme un électrochoc...

Non je courut pas la libérer... non je ne me servit pas de ma baguette pour la libérer. Je sentit la colère et même la haine prendre le pas sur tout le reste. Je n’étais plus ne présence de ma famille mais en présence de monstre... Voilà la seule idées que j’avais dans la tête! Fou de rage je me tournais subitement vers mes parents derrière moi.

-B*rdel!!! Mais qu’est ce que ça veut dire?! Expliquez vous sur le champ!

Voilà la première fois que je donnais un ordre a mes parents... Mais là plus rien ne comptait pour moi... Mon père pris la parole alors que finalement on se tenait en joug tous les trois. Mes parents avaient l’avantage du nombre mais moi j’avais l’avantage de la jeunesse et de l’entrainement... Si ça devait partir en vrai duel je risquais au moins d’avoir le temps de me débarrasser d’un des deux avant de me faire tuer....

ce que ça veut dire?! Tout simplement que si jusqu’à présent on a toléré tes débordement vu que tu étais un gamins tu dois aujourd’hui réparer tes erreurs! Alors tu vas exterminer cette M**de et on en parlera pl...

Il n’a jamais eu le temps de finir cette phrase. Oubliant les baguette braqué sur moi... Oubliant même ma propre baguette j’envois juste mon poing en plein dans le nez de mon père et le sens craquer en plusieurs endroits. Alors que mon frère gémit de surprise et la mère s’étouffe dans sa colère je me tiens face a mon père au sol maintenant. Je suis plus droit que jamais face a lui... Plus fier aussi peut être...

Si j’extermine la toute la m*rde présente ici... Alors ni toi ni ta femme ne quitterais plus jamais cet endroits...

Je prenais la baguette de mon père que je brisais aussi net avant de jeter les morceaux a ses pieds. Ma mère lança un sort qui me frôla l’oreille. Il m’aurait toucher si mon frère ne l’avais pas accidentellement cogné et fait dévier son bras...

Ni une ni deux je désarme ma mère et réserve le même sort a sa baguette. Sans leur baguette mes parents perdait un atout de taille. Sans un mot de plus a leur égard je leur tournais le dos pour aller droit sur Lauryn... Hors de question de la laisser plus longtemps dans cette position. La colère défoulé avait eu au moins une bonne conséquence. Elle m’avait permis de réfléchir a nouveau.

Arriver devant elle il ne me fallut que quelques seconde pour la libérer d’un sort... Et alors je la rattrapais avant qu’elle ne s'effondre... laissant l’espace d’un instant ma famille fulminant dans mon dos sans surveillance...





code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Mer 5 Juin - 16:52

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



Il était là, devant moi... j'avais eu raison de garder espoir, il était bel et bien en vie, il se tenait debout devant moi.... Désorienté et incrédule visiblement, mais il était là! J'aurais crié ma joie, si mes poignets et mes bras ne me faisait pas souffrir, si je n'étais pas si faible, pendu au plafond dans une pièce du manoir qui visiblement appartient à sa famille. Le temps semble s'arrêter l'espace d'un instant, alors que mon regard croise le sien, que tout s'arrête autour de nous... c'était quand même le temps de nos retrouvailles, que j'avais imaginé de bien des façons, sauf que j'étais loin de m'imaginer que cela se passerait ainsi... j'avais besoin de lui, j'ai besoin de lui, qu'il me sorte d'ici... je suis perdu, je ne comprends pas ce que je fais ici, je suis affamée, épuisée, glacée, j'ai mal partout.... Viens... viens me prendre dans tes bras, serre moi fort, réchauffe moi avec ta chaleur, protège moi entre tes bras fort, rassure moi.... Ohhh Leo j'ai besoin de toi, je t'en supplie, viens m'aider, fait taire cette peur, fait cesser ce cauchemar.... J'essaie de lui démontrer ma peur mais également mon espoir de le voir devant moi, à travers mes yeux, mon regard, j'ai envie, besoin qu'il me rassure....

Mais il semble tellement perdu, tellement sous le choc.... il ne s'attendait visiblement pas à me retrouver ici.... mais ... il doit se ressaisir, il doit reprendre son sang froid, être le Leo que je connais, que j'admire, j'ai besoin de lui pour me rassurer, il doit se ressaisir... je sens les larmes monter, les larmes de peur, de douleur.... puis le temps reprends... j'entends le bruit autour de nous, j'entends les pleurs d'une jeune femme sonner en écho dans la pièce... n'ayant pas entendu les paroles dites avant l'Entrée de Leo, je ne réalise pas complètement ce qui se passe, je ne connais pas le dilemne qui se fait alors présentement... je décroche finalement mon regard de l'homme qui accapare mes pensées pour regarder.... je vois la femme qui m'a planter ses griffes dans le bras plus tôt, puis Al.... Je vois également Berthe, la petite soeur de Leo, c'est elle qui pleure dans les bras de son frère... Puis finalement un homme, plus vieux, imposant, fier... Il ressemble à Leo.... ou plutôt Leo lui ressemble.... C'était son père, c'était inconstestable, les airs de familles étaient trop présent pour être autrement... J'admet que ce n'ai pas ainsi que je m'imaginais rencontrer ma belle famille... en fait je ne pensais pas la rencontrer un jour, vue ce que j'en connaissais.... J'ai soudainement peur encore plus... je regarde la fratrie de Leo, suppliante, mais personne ne réagis... j'appelle donc Leo... je murmure son nom, difficilement... je le supplie, j'ai besoin qu'il m'aide, qu'il me sorte de là... qu'il ne veuille plus me voir ensuite c'est une chose, mais qu'il me sorte de là, s'il vous plait....

Il réagis.... mais pas comme je l'avais cru... je gémis faiblement relevant les yeux sur la femme et l'homme qui se tenait derrière Leo, ses parents qui regardait la scène d'un air impassible, non presque heureux de voir l'impact qu'elle causait. Sa mère affichais un sourire mauvais qui me donnait froid dans le dos, moi qui était déjà frigorifié.... La voix de Leo éclate alors, puissante, forte, toute la colère pouvant être ressentis jusqu'au fond de mon être, dans un écho entre ses quatre mur... puis sans que je n'ai eu le temps de comprendre, la femme et son mari pointais Leo de leur baguette alors que Leo en faisait de même vers eux.

-Non...

J'avais peur pour lui, ils étaient plus fort, plus nombreux, je ne voulas pas être le témoin de ça, je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose à cause de moi.... Son père pris alors la parole, il avait une vois forte, grave, autoritaire et menacante... la tête basse, je m'étais soumise sans même m'en rendre compte, j'étais morte de peur... et cette voix forte qui me glaçait le sang... jusqu'à ce que je comprenne les mots, où il voulait en venir... j'eu un hoquet de surprise en relevant la tête, il voulait que quoi?!? Il voulait que Leo m'achève...? Quel père oserait demander une chose pareil à son fils! Monsieur Rockwood, visiblement... Mais tout se passe toujours trop vite pour moi, je dois être complètement au ralenti, autant de corps et d'esprit, je voit Leo évacuer sa colère dans un coup de poing impressionnant, entendant le craquement de l'os du nez de son père résonner dans la pièce précédé de l'écho du coup violent qui lui est donné. L'homme au sol, je vois la carrure de Leo changer... il est le fier jeune homme que j'ai connu... Les pleurs de Berthe ce sont cesser, sans doute sous le coup de la surprise, en s'attendant sant doute pas à ce que son frère ainé attaque son père ainsi.. et une once, une petite once de culpabilité me prends... s'il a frapper son père, c'est à cause de moi... si tout sa se passe alors, c'est à cause de moi... Ce qui se passe par la suite m'échappe, j'entends les bruits de bois tomber au sol alors qu'il laisse tomber la baguette brisé de son père, l'éclat de couleur d'un sort puis un autre avant d'entendre le même bruit de bois.... puis des pas. Je relève la tête et voit Leo venir vers moi, soulagé que ce soit lui et non son père ou sa mère...

Je sens alors les chaines me relâcher d'un coup et juste à temps, les bras de Leo m'aggriper pour m'empêcher de m'étaler. Je me sentais si faible, mon régime des derniers jours ne m'ayant pas réellement permis d'accumuler des forces... mais j'étais dans ses bras... son souffle sur ma peau, ses bras forts autour de moi, son odeur... fermant les yeux j'hume son odeur qui m'a tant manqué... je sais, ce n'ai pas le moment, mais j'avais besoin de sentir que tout ça était réelle, qu'il était bel et bien avec moi... je m'aggripe à lui, à ses bras, à son t-shirt, relevant les yeux sur lui, un regard brillant, pleins d'espoir...

-Tu es là...

Mais évidement tout ça ne peux pas être tout beau tout jolie, c'est impossible... nous ne pouvions pas espérer nous retrouver sans rien pour briser ce moment c'était impossible... mes bras me faisait souffrir le martyr, j'étais persuadé que mon poignet nouvellement sans platre venait d'e, baver, quitte à même avoir empirer, mais j'étais avec lui, c'est tout ce qui m'importa alors...

-Attention!

Je relève les yeux par dessus l'épaule de Leo pour voir sa mère près d'Al et Berthe, venant de prendre la baguette de l'un d'eu avant de jeter un sort vers nous... du peu de force qu'il me resta alors, je poussai Leo de côté, l'obligeant à me lâcher pour recevoir le sort de plein fouet, allant percuter le mur derrière moi dans un gémissement de douleur... elle avait voulu désarmer son fils, mais moi, n'ayant aucune baguette sur moi voilà le résultat... Elle s'approcha de moi et m'aggripa par la gorge, me soulevant de terre, ce qu'elle avait de la force cette femme... ses ongles se plantèrent alors dans ma gorge, comme dans mon bras plus tôt.

-Espèce de petite garce! Qui es-tu pour m'enlever mon fils!

Je commence à suffoquer, à manquer d'air, je n'arrive pas à voir ce qui se passe autour de nous autre que cette femme qui me fait mal... et pourtant, Monsieur Rockwood s'est également emparer d'une baguette de ses enfants cadets, maintenant maintenant Leo en jout le nez en sang mais un sourire malsain et pervers aux lèvres.

-Je te conseille de faire ce que tu dois faire Leopold, parce que même si tu es mort, cette putain crèvera!



Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Mar 11 Juin - 21:11

Leo&Lauryn


Je la rattrape de justesse. Alors pendant un instant je craint de me réveiller et de découvrir que ce n’était qu’un cauchemar de plus. Oui je craint car la sentir dans mes bras me fait soudain un bien fou. La sentir se cramponner a moi... Je retrouve ce que j’avais perdu un mois plus tôt. Je remplit enfin ce vide que j’avais au fond de moi. Elle est là et elle est vivante. Elle est pas en super forme mais visiblement elle ne souffre de rien de grave!

Je la laisse se cramponner a moi autant qu’elle veut moi même la tenant fort. Je ne veux pas qu’elle tombe c’est vrai mais surtout je ne veux plus la perdre. j’ai tellement crut ne jamais pouvoir la revoir. Tellement crut ne jamais rien savoir d’elle... Tellement imaginer devoir assister un jour de loin a son bonheur sans moi. Alors maintenant je ne voulais plus la lâcher! Je savais ma famille derrière moi et en partie retissante a tout ça donc dangereuse. Mais je m’en fichais. Je ne voyais que ce que je pouvais retrouver... C’était la seule chose que j’avais en tête.

Une erreur sans aucune doute. Jamais je n’aurais dut lâcher ma garde! Jamais je n’aurais dut mettre de coté la haine de ma famille. Mais je l’ai fait. Au risque d’être crétin ou pathétique ou fleur bleu... (ce que j’ai horreur par dessus tout! qu’on me dise ça! ) J’ai préférais simplement me concentrer sur la femme que j’aime le temps de trois minutes! Je vois son regard et je me sens soulager! Il n’est pas mort comme dans mon cauchemar! Non il est plein de vie! Heureusement! Fatigué oui mais il brille encore! Mon soulagement est tel que je ne peux retenir un soupir! Un vrai soupir de soulagement! Si j’avais put la câliner, la serrer dans mes bras a l’en étouffer, l’embrasser simplement et oublier tout le reste je l’aurais volontiers fait.

-C’est finit.

Voilà tout ce que j’ai put trouver a répondre a son tu es là...Voilà aussi ce que j’espérais vraiment! Mais je prenais mes rêves pour la réalité a n’en plus douter. A peine j’avais eu le temps de dire ces mots que tout se détraqua une nouvelle fois. Un attention crier dans mon dos et je me retrouvais poussé sur le côté avant même d’avoir eu le temps de me retourner pour voir ce qu’il se passait. Et a peine le temps de reprendre mes esprit que je voyais avec horreur Lauryn se prendre un sort! Je me redressais brusquement horrifier la voyant percuter de plein fouet le mur. J’allais la relever , me mettre entre elle et la source du sort... Mais avant que j’en ai eu le temps ma mère m’avait devancé. Je la voit empoigner Lauryn avec force lui disant des absurdité a propos du vol d’un fils...

Voyant cela se passer je me ressaisit. Je venais de payer le prix de ma bêtise... Je saurais désormais que jamais je ne devais laisser mes parents dans mon dos sans surveillance. Mais rester a faire en sorte que je ne le sache pas trop tard... Que je puisse réparer cette bêtise. Le regard glaciale je braque ma baguette sur ma mère. Elle peut tenir Lauryn comme bouclier je ferais tout de même en sorte de l’avoir a elle. Je ne réfléchit même pas au moyen dont ma mère avait eu cette baguette. non je ne me concentrer que sur un point: lui faire lâcher prise et nous sortir de ce toit de pourrit de suite!

Mon père alors s’avança lui aussi armé. En le voyant je me tourne de façon a avoir les deux en même temps dans mon champ de vision. De loin je voyais mon frère et ma soeur désolé et horrifié par la scène. C’était leurs baguettes bien sûr et du coup ils se sentaient responsable ... Mais pas le temps de s’apitoyer sur eux... Pas encore... Non mon père parla. Ainsi soit je mourais pour refuser de la tuer soit je mourais pour l’avoir tuer... Dans tout les cas mon avenir ne semblait pas très long. Quel enfoiré ce type! Comment je pouvais partager les même gêne que lui?!

Je ne savais plus comment tirer Lauryn de là... La colère commençait a l’emporter sur ma raison... Et si je touchais ma mère mon père la tuerait et si je touchais mon père c’était ma mère qui la tuerait... Hum... Dilemme. Sauf si quelqu’un pouvait la sortir de là sans craindre aucune représailles après. A peine l’idée m’eut traversé l’esprit que je lançais un rapide coup d’oeil vers le coin de la porte. Oui... j’en étais sûre! Il ne pouvait pas rater ça! Il était trop curieux et soucieux de moi pour. Alors je sut parfaitement ce que j’avais a faire. Reprenant un calme apparent je me contenter de tenir en joug mon père comme si finalement je me fichais de ma mère. Puis sans que personne s’y attendent.

-Quidditch!

Bon ok son prénom est ridicule je sais! Mais quel idée de demander a un enfant de huit ans de choisir le prénom de son propre elfe de maison?! J’avais alors donner le prénom de la chose que j’aimais le plus... Enfin bref de toute façon ce n’est que le résultat qui compte et là pour le coup il fut bien présent le résultat! En effet l’elfe au coin de la porte s’attendant a ce que je fasse appel a lui fut plus rapide de l’éclair! Pas besoin de lui donner l’ordre il le connaissait déjà. A peine avais-je finit de dire son prénom qu’il était déjà aux coté de Lauryn et une mini explosion plus tard ma mère recula choqué et Quidditch se trouvais avec sa nouvelle protéger a l’autre bout de la pièce hors d'atteinte de mon père. C’est ce moment de confusion que je choisis pour attaquer. Un accio et toutes les baguettes de la pièce étaient dans mes mains. Je lançais aussi rapidement un stupéfix a ma mère pour plus l’avoir dans mes pattes! Elle m’énerve des fois! Puis je me tournais toujours aussi calmement vers mon père. Le regard noir et la baguette levé je ne m’interesser plus qu’à lui.

-Pour commencer combien de fois devrais-je vous dire que je ne supporte pas ce satané prénom que vous m’avez donner?! Ensuite... Es-tu toujours sûre de vouloir me voir exterminer la saleté présente ici?

Je le plaquais contre le mur la rage prenant le dessus sur moi....

-Es-tu sûre de vouloir voir ta femme mourir avant de mourir a ton tour? Qui es-tu pour te permettre de me demander de tuer la femme que j’aime?!

Bon ok je craquais un peu là.... Je perdais pied....





code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Lun 15 Juil - 15:43

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



J'avais l'impression de vivre par accoup. De ressentir les choses de manière spontanée, certes, mais également comme si je les vivais par moment, ayant par la suite des blanc de mémoire... Premièrement, les bras réconfortant, les bras chaud et puissant de Leo autour de moi, qui me maintenait, qui me prouvait que j'étais bel et bien enfin avec lui après tout ce temps où je l'ai cru mort... Ces mots, ces mots dit auquel je voulais tellement croire, je lui faisait aveuglément confiance malgré la souffrance que j'avais ressentit dernièrement en m'imaginant le pire, en vivant de son abandon... Puis l'impact brutal contre le mur, la pierre froide et dur que je reçu de plen fouet, ou plutôt qu'elle me reçu de plein fouet, la douleur attroce dans mon dos, me coupant le souffle. Et je n'eu même pas le temps de réaliser ce qui se passait, de reprendre mon souffle, de me ressisir un peu, qu'en deux temps trois mouvement j'étais soulever, perdant pied du sol, plaquer contre le mur et retrouvant ces griffes qui m'avait l'accérer le bras plus tôt maintenant planter dans ma gorge. Elle ne parait pas mais elle est forte la maman Lockwood.. ou c'est moi qui ne pesait maintenant plus qu'une plume... mes mains serrant son poignet, tentant de me retirer de son emprise, j'avais tellement les bras et les poignets endoloris que je ne parvenais à rien du tout. Et résultat de tout ça, à peine 10 secondes de bien-être dans les bras de l'homme que j'aime pour finalement mourir sans air... alors que pourtant, mon air de vie c'était lui, et qu'il était tout près, témoin, impuissant, tout comme je l'étais...

Comment lui en vouloir? Il faisait ici face à des êtres qu'il aimait, à sa propre famille, son père et sa mère... même si selon moi, c'était des gens complètement déranger et fou allié, ils restaient la famille de Leo, et rien ne pouvait retirer ce lien s'il aimait sa famille... Comment lui en vouloir de ne pas savoir comment agir, qui soutenir, que faire pour ne blesser personne... Je n'étais ni stupide, ni dupe... je savais que pour rester en vie il n'avait qu'une chose à faire.. et j'en paierai le prix, tout ce que je demande... c'est que ce soit fait rapido presto, sans douleur... mais là, je suffoque, je perds pied, j'ai peur, c'est trop long... je prends trop conscience que je vais mourir, j'ai trop le temps devant moi pour le réaliser, et même si j'étais prête à laisser Leo faire ce qu'il avait à faire, par amour pour lui... je n'étais pas encore sufisament résolu à mourir aux mains de sa garce de mère. Oui garce, à mes yeux elle l'était. Mon bonheur il était là, bien en vie, comment je peux ne pas me battre pour le récupérer? Je tente de me débattre, je tente de faire relâcher sa mère... Un coup d'oeil jeté à Léo alors que son père lui ordonna de m'achever, je cru voir dans son regard la colère... et la panique le prendre. Non...! S'il lui perdait cnotrôle, perdait espoir, comment pouvais-je seulement espérer pouvoir au moins l'embrasser une dernière fois... Il avait un choix à faire, ma vie était entre ses mains... et n'ayant ni la force, ni le courage de voir ce qu'il allait faire, je fermai les yeux, tentant pendant ce temps de garder le peu d'air qu'il me restait encore...

Puis ce fut la voit de Leo qui se percutta en écho contre les murs du cachos... je fermai alors les yeux plus fort encore, craignant vivre mon dernier souffle sans avoir pu lui dire je t'aime. Mais ce ne fut pas pour jeter un sort qu'il parla... non, il cria plutôt le mot Quidditch.... Quidditch?!? Pourquoi il lâcha ce mot dans un moment aussi peu adapter? Ma curiosité l'emporta et j'ouvris les yeux pour regarder autour de moi... mais je n'eu encore une fois pas le temps de voir ni d'assimilé grand chose. Je n'eu même pas la chance de laisser un cri sortir en entendant le boum de l'explosion, je n'avais plus d'air dans mes poumons... mais la fraction de seconde plus tard, je me trouvai à l'autre bout de la pièce en toussottant violement, tentant de reprendre mon souffle au mieux. Comment avais-je aboutti ici? Puis je le vis... ces grands yeux, c'était ceux du cachot, l'elfe qui m'avait aider à survivre avec un bout de pain et quelques fruits... Quidditch.... C'était donc ça. Cet elfe m'a sauver la vie.. deux fois... Mais je n'avais pas le temps de réfléchir maintenant à comment le remercier. Je tente de me lever sur mes jambes, mais les forces me manques, je me contente de rester assise dos contre le mur, l'elfe devant moi, regardant la scène qui se tenait devant nous. Leo était parvenue à désarmer tout le monde, redevenant le maitre de ces lieux, sa mère étant stupéfixé là où l'explosion avait eu lieu, et il défiait son père avec une lueure que je ne lui avais jamais vue dans les yeux. J'avais l'impression... qu'il n'était plus le maitre de ses émotions, qu'il allait exploser, que ce ne serait pas beau à voir, et qu'il pourrait regretter une fois le calme revenue... Je murmurai.

-Quidditch, pourrais-tu m'aider à me relever, s'il te plait...

L'Elfe me regarde en silence puis m'aide lentement à me remettre sur pied, titubant et ayant du mal à rester sur mes pieds, je parviens par contre à me rendre jusqu'à Leo alors qu'il venait de plaquer violement son père contre le mur... J'entendis bien les mots qu'il dit, mais je n'avais malheureusement pas le temps de m'en réjouir maintenant. Faiblement je levai une main et la posai sur son bras en douceur, m'acrrochant à lui mais lui faisant également comprendre qu'il doit baisser sa baguette.

-Leo... S'il te plait... partons d'ici...

Mon autre bras passe autour de ma cage toracique, le coup contre le mur fut sans doute plus violent que ce que j'avais cru... Ma main entra en contact sur quelque chose de chaud, d'humide... et je relève la main pour constaté que je saignais relativement abondamment au niveau de mes côtés à droite. Déglutissant difficilement je relève les yeux sur Leo, un regard suppliant, et j'allais lui redemander de partir quand le père de Leo repris la parole.

-Ouais c'est ça, va t'occuper de ta nana le temps qu'elle est toujours en vie... Damon l'a bien apprécié la première fois, je suis sûr qu'il l'achèvera avec plaisir...

Je devins livide à l'évocation du nom du loup-garou qui s'en était pris à moi, comprenant qu'il avait du agir à la demande de la famille Lockwood... Mais cela ne fit qu'en sorte que j'ai d'avantage envie de sortir d'ici au plus vite. Je lève ma main pleine de sang, m'accrochant toujours au bras de Leo de l'autre main et je vint aggriper le nez de l'homme déjà bien amocher pour le tordre d'une manière non seulement peu normal, mais carrément inhumaine! Avant de siffler entre mes dents.

-Aller... vous faire.. foutre Monsieur Rockwood...!

Puis une fois fait, je regarde Leo à nouveau puis pose mon front contre son épaule en fermant les yeux.

-Partons mon ange...


Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Lun 22 Juil - 18:33

Leo&Lauryn

Mon père ce salaud! Pardonnez ce terme mais aucun ne colle mieux a ce personnage ni à la situation. Il venait simplement d’exiger de moi, son fils ainé, que je tue la femme que j’aime! Il venait simplement de me menacer de mort... Le tout devant mon frère et ma soeur. Ma mère étant de son avis j’avais envie de l’étriper! Cette femme ... La première a qui j’avais dit je t’aime et qui aujourd’hui ma trahissait comme pas possible. Mon frère et ma soeur eux était sous le choc je crois. Mon frère bien sur ne s’attendait pas a ce que je tue Lauryn lui qui avait sut qui devait être ma victime. Mais il ne s’attendait sans doute pas ce que tout dégénère ainsi. Maintenant c’était officiel. Si je sortais vivant d’ici ils ne pourraient plus parler de moi ou même souhaiter me voir. Ils me manqueraient c’est indéniable. Ma soeur elle avait cesser de pleurer l’horreur étant plus grande que les larmes visiblement. Pale comme la mort elle s’accrochait a son jumeau... il serait désormais son ultime pilier.

Pour ma part je me retrouver entre mes parents... La haine frappant à mes tempes... Ma petite amie étrangler par ma mère. Je vous jure il y a des moment ou je déteste ma vie! Un jour j’ai entendu un mec raconter que ses parents avait fait un super diners pour sa petite amie et qu’ils étaient fier de la rencontrer. Moi les miens la séquestrer pour me demander de l’assassiner. Cherchez l’erreur. Moi prix au piège je dois choisir de quel façon je verrais la femme que j’aime mourir. A moins que... Oui a moins que je trouve une solution pour la sortir de là... Mais là encore... Comment?! Je réfléchit a toute vitesse laissant mon père dans le vide. Je ne veux qu’une chose c’est la voir survivre... La voir heureuse. Je vous ai déjà dit combien son sourire me manque? Enfin bon là c’est évident pour le sourire va falloir repasser.

Alors qu’elle fermait les yeux je trouvais enfin ma solution. Sans plus tarder j'appelais Quidditch mon elfe de maison. Hum ne chance qu’il me connaisse si bien. Pas besoin de tout lui expliquer il savais déjà ce qu’il avait a faire. Ni une ni deux j’avais repris le contrôle de la situation! Ouf. seulement le soulagement ne me calme pas vraiment. Non en fait il permit juste à la rage de prendre plus de place qu’elle n’en avait déjà. Mon rêve? Exterminer mon père. Bon ok devant mon frère et ma soeur ce n’était pas vraiment ainsi que je devrais agir. Mais encore une fois la rage est plus forte que tout et surtout que la raison.

Plaqué contre le mur je lui demande si il veut vraiment que je tue la vermine présente. Lui et sa femme, les premières personne que j’ai vu dans ma vie ne sont a mes yeux rien de plus que ça. Je prendrais un plaisir certaine a les voir souffrir sur le coup c’est évident. Un plaisir certain aussi a les entendre me supplier. C’est vrai cette marque que j’ai a l’avant-bras n’est-elle pas là pour dire que je suis un mangemort? Et ne serais-je pas définitivement un des leur en commettant un crime? C’est ceux qu’ils voulaient... Donc en les tuant je fais un peu ceux qu’ils veulent? x) Bon tirer par les cheveux mon raisonnement mais de toute façon tout es raisonnement du moment n’aurais qu’une fin... Leur mort! Peut-on dire que j’ai oublié les autres personne dans la pièce? Hum... D’une certaine manière. Même la supplique de ma soeur ne me fait pas revenir à la raison. C’est dire si je suis dans un état second.

Ce n’est que quand je sentit sa main sur mon épaule que je comprenais que Lauryn était a mes côtés. Un regard vers elle et je vis l’inquiétude qu’elle ressentait. Partir? oui pourquoi pas... c’étais la meilleure idée mais l’envie de massacrer était aussi tellement forte. Je ne savais plus trop a quel désir me fier. Alors que je venais a nouveau de tourner les yeux vers mon père je captait un mouvement étrange du côté de Lauryn. Je me tournais donc a nouveau vers elle pour constater qu’elle était blesser. Si ce fut possible je devint instantanément plus livide. Sans lâcher mon père je baissé ma baguette pour passer instinctivement mon bras autour de ses hanche dans le but de la soutenir un peu. Puis mon père reparla et ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

Lauryn réagit plus vite que moi pourtant ça ne me calma pas vraiment. Comment osait-il? Et quand elle me demanda de partir j’étais entièrement d’accord maintenant. La vu de mon père me donnant que trop envie de mourir. Mais alors que je relâchais mon père sans prévenir je levais a nouveau ma baguette et d’un sort lui faisais un trou dans la peau digne des meilleur couteaux. Ma mère fut lacéré rapidement du bas du ventre a son épaule diagonalement. Pas de quoi les tuer je savais mais de quoi me défouler. Et comme toutes les blessures magiques, je savais qu’ils ne pourraient effacer la cicatrice.

-Dommage pour toi... Sans baguette, (je ramassais les baguettes de mes frère et soeur) et sans sorcier assez mature pour agir qui va s’occuper de te soigner? Pas ta femme en tout cas... Adieu...

J’attrapais Lauryn dans mes bras la soulevant une main sous ses genoux et je traversais la pièce sans un regard de plus pour ce géniteur. Je sentais le bras de ma soeur tentant de me retenir. Oui ça faisait mal de me dire que c’était surement la dernière fois que je la voyait. Ma petite soeur... Je me tournais alors vers elle...

-Excuse moi Berthie;.. Mais tu avais raison Al... Je ne peux pas la tuer... Et toi aussi Berthie... Je suis prêt a tout pour elle... J’espère qu’on pourra se revoir un jours sans ses histoires débile de traitre et j’en passe...

Un derniers regard d’adieu et je franchit le pas de la porte avec Lauryn dans les bras. Pas trop de temps a perdre non plus;. Manquerait plus qu’à cause de mon côté attaché aux mien je la laisse mourir après avoir tant fait pour la sauver. Je ne réalisé pas encore ce qu’impliquait réellement mon geste. Non pour l’instant j’étais encore trop dans le moment. Rapidement je montait au rez de chaussé et après un accio envers les trois quatre affaire que je souhaitais garder, j’appelais Quidditch lui donnant l’ordre de nous suivre et je transplanais a plusieurs centaines de kilomètre, dans la maison désormais vide et mienne depuis un an... Celle de mes grands parents dont j’avais hérité.

A peine arrivé je montais rapidement l’étage sans un mot et dans une chambre allongeais Lauryn dans un lit. De là je regardais sa blessure.

-Hum... Elle t’a pas loupé... En même temps ma mère rate jamais sa cible... Enfin bref...... Quidditch!

L’elfe arriva avec tout ce dont je pouvais avoir besoin déjà et avant même que moi je ne me penche sur sa blessure serieusement l’elfe s’imposa entre nous et la guérit. Il faut dire qu’avec moi il avait eu l’habitude des blessures avant!

-Merci...

Je me tournais alors vers ma chérie enfin remise sur pied normalement.





code by biscotte


Dernière édition par Leo Rockwood le Mer 31 Juil - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Mer 31 Juil - 12:49

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



C'est un lieu morbide, qui pue l'humidité et la torture, qui brille d'une lueure meurtrière qui me donne froid dans le dos. Tout ce que j'espère, c'est pouvoir partir au plus vite de cette endroit qui me donne la nausée, je veux simplement que l'on me laisse tranquille, est-ce si dur à comprendre? Est-ce trop demandé? N'ais-je pas assez souffert dans cette vie de merde qui semble vouloir courir après moi pour la seule et unique raison de me faire souffrir encore et encore? Une seule chose me rendais heureuse présentement: Leo est en vie... Il m'a peut-être abandonner avant aujourd'hui, mais il était en vie... j'avais toujours dans l'idée que s'il voulait partir, c'était son choix, s'il ne me voulait plus dans sa vie, c'était son droit... mais je souhaitais qu'il ait une vie heureuse... et non une mort comme vie. J'avais eu peur pour lui, et le voir debout aujourd'hui me soulageait... plus encore, il me semblait avoir vue dans son regard cet amour que j'y avais déjà dénoté avant... il ne semblait pas m'avoir oublié, il semblait ne pas avoir voulu m'abandonner, ce n'était pas un choix mais un manque de choix... il n'était pas mort, et je pouvais à nouveau l'entendre parler, le sentir, le toucher... Et ça, c'était le plus bel espoir qu'on pouvait me donner...

Mais je souffrais... cette blessure me faisait mal, plus mal que je ne l'aurais cru. Je m'étais dis qu'ayant souffert souvent dans le passé, peut-être m'habituerais-je à la douleur... Mais je crois que comme je ne veux pas souffrir, mon corps ne veut pas s'y faire. J'ai du mal à respirer, mais j'essaie de ne pas y penser. Mes bras, mes poignets m'élancent, et j'ai l'impression que je peux dire adieu à la dextérité de mon poignet droit à jamais, mais j'essaie aussi de ne pas y penser... ce ne sont pas les conséquences de mes blessures qui m'importe le plus présentement, mais les conséquences que rester ici pourraient engendrer... Autant pour moi, mais encore plus pour Leo. Il défiait sa famille pour moi.. et même si ces derniers avaient été plutôt animal dans leur pratique avec moi, si ce n'avait pas été de ce fameux Quidditch, l'elfe de maison, je n'aurais pas manger pendant 6 jours... Et j'aurais été sans doute trop faible pour me lever cette fois... mais je devais arrêter Leo, pour qu'il ne regrette pas ses gestes dans le futur... il me protégeais, mais je refusais qu'il ait la mort de ses parents sur la conscience... Surtout à cause de moi. Difficilement mais sûrement, je m'approche finalement du jeune homme et viens poser lentement une main sur son épaule...

Murmurant ma demande, le regardant implorant, je suis soulagé qu'il prenne le temps de me regarder... S'il aurait été trop imprégné par sa colère, il n'aurait pas lever les yeux, et là, sa aurait pu être plus dangereux que tout... il semble envisager sérieusement ma demande, ce qui me soulage également... Mais une grimace, un geste mal fait, et je serre mes côtés de ma main libre, sa pince, sa brûle même. Leo l'a remarqué, je vois son regard dévier vers moi même si une seconde à peine avant, il regardait toujours son père de haut. Puis je le voit devenir livide, blanc comme un drap... il ne devait pas s'inquiéter pour moi... je voulais juste partir d'ici... mais il m'aide, passant son bras autour de moi... et je ne l'en aime que d'avantage malgré tout. Même S'il devrait penser à ce qui se passe autour, il s'en fait malgré tout pour moi... et malgré mon air obstinée, je suis contente de le sentir me soutenir, ne sachant pas combien de temps j'aurais pu resté debout encore...

Si papa Rockwood pourrait au moins se taire, nous pourrions partir d'ici... J'agis au mieux que je le peux, et redemande ensuite à Leo de m'amener ailleurs, de nous amener ailleurs... je ne pouvais plus supporter l'odeur, j'avais du mal à supporter la douleur, mais encore pire, je ne voulais plus de cet homme et de cette femme qui lui servait de parents près de moi, ils me donnaient la nausée et le vertige. Je ferme les yeux, convaincu qu'il allait nous faire partir d'ici, mais j'entends alors des hurlements, et j'en devine assez facilement les auteurs... ainsi que l'auteur de leur supplice. Mais je me refuse à ouvrir les yeux, je ne voulais plus voir de douleur, de souffrance, même si elles étaient pour me venger, pour le soulager... j'étais une anti-violence dans l'âme, même si quelques secondes plus tôt j'ai laisser mes pulsions me guider, une fois fait maintenant je redeviens la jeune femme fragile que je suis.... agrippant plus fort contre le haut de Leo, je ferme les yeux plus intensément encore, comme si cela pouvait me permettre de ne plus rien entendre, malheureusement c'est peine perdu... J'entends les adieux de Leo face à son père et le sens bouger pour me soulever de terre... je retiens au mieux mon cri de douleur mais ne peut réprimer un gémissement plaintif, même si mon réflexe est de m'agripper plus solidement à lui. Mes bras autour de son cou, ma tête en appuie sur son épaule, je le laisse faire mais gémis à nouveau lorsqu'il est retenu, créant un mouvement plus sec que le reste... et j'ouvre finalement les yeux. Mon regard se pose sur Albertin et leur petite sœur, alors qu'elle le supplie du regard de rester... Les mots de Leo me sert le cœur... ils tournaient le dos à ses parents, mais s'éloignaient de ses frères et sœurs à cause de moi... j'essaie d'inspirer profondément pour ne pas pleurer, inspirer du mieux que je peux, et lorsque Leo commence un geste pour s'éloigner, je regarde la jeune fille en murmurant.

-Je suis désolée....

Je m'agrippai au mieux à Leo en fermant les yeux et le laisse faire, essayant de bien respirer à chaque marche qu'il monte en vitesse, à chaque mouvement plus brusques... Je commence à fatiguer, à vouloir fermer les yeux, je serais mieux en train de dormir, je souffrirais moins... Je l'entends à peine formuler le accio, de même lorsqu'il appelle son elfe, mais je sens bien le transplanage par contre... et cette fois, la nausée prends de plus belle et je m'agrippe au mieux pour contenir mon envie de vomir... je déteste cette façon de voyager... la deuxième fois à vie mais j'aime pas du tout... Je ne sais pas comment ni où, mais je sens finalement quelque chose de moelleux sous moi, comme un lit... oui, un matelas, je suis bien sur un lit, mais où...

J'entends les mots de Leo mais il me semble lointain... un regard poser sur lui, avant de fermer les yeux en soupirant... non pas que ses paroles n'avaient aucune importance, mais il était plus simple pour moi de fermer les yeux... je pourrais m'endormir n'importe quand, mais mon subconscient me disait de lutter, que je ne devais pas m'endormir, que je devais resté éveiller encore un peu... Dans tous les cas, ce lit est super confortable après la semaine passé dans le cachot sur la pierre dur et froide... Je sentis des mouvements à mes côtés, puis une sensation de glace sur mes côtés qui me fit serrer les dents, puis une brûlure, avant de ressentir finalement un effet plutôt soulageant, d'une douce chaleur qui se diffuse, évaporant toute douleur... J'ouvre les yeux, voyant les grands yeux bleus de Quidditch qui regarde le résultat, me jette un regard alors que j'entends Leo le remercier, avant de le voir s'éclipser... j'aurais voulu moi aussi le remercier... il m'avait sauvé la vie, à trois reprise... j'étais redevable en cet être. Même si la douleur était partie, la fatigue elle, était toujours présente, mais maintenant que Leo était enfin près de moi, je me voyais mal fermer les yeux maintenant... Je tends lentement la main, sans réalisé qu'elle était pleine de sang, de mon sang, pour venir chercher l'une des siennes, et relève mon regard sommes toute épuisée sur lui, pour croiser le sien, puis murmure.

-Tu m'as manqué...

Je ne voulais pas parler de ce qui s'était passer entre il y a deux minutes et une semaine. Pas maintenant du moins, je n'étais pas prête... moi qui rêvait du moment où je retrouverais l'homme que j'aime, parce que malgré tout, je n'avais pas perdu espoir de le revoir, j'admets que c'était loin d'être comme ça que j'imaginais la scène. Tentant de serrer sa main, je grimace malgré moi, c'était fichu, je devais dire adieu à mon poignet, avec tout ce qu'il a subit... mais je soupire, et n'en parle pas non plus. J'étais curieuse, et vallait mieux ça qu'autre chose.

-Où sommes-nous?

Mon regard balaie lentement la pièce, mais mes yeux fatiguent, je n'arrive plus à lutter... je ne sais même pas s'il m'a répondu, mais je tire un peu sur sa main, et murmure.

-Je suis fatiguée... dort avec moi...

Je tente de me pousser un peu, pour lui laisser de la place, mais sans même réaliser, sans lâcher sa main, je m'endors comme une loque, la semaine ayant été très difficile...


Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Mer 31 Juil - 22:44



Leo&Lauryn

La rage m'avait consumer littéralement… Si Lauryn n'avait pas été en état de m'inquiéter encore plus pour elle, je sais déjà que j'aurais commis l'irréparable avec mon père… Ma mère aussi peut être. Au fond je ne sais lequel des deux je déteste le plus ne ce moment. C'est vrai leur trahison reste dans tout les cas la chose la plus ignoble que j'ai jamais connu. Je ne torve pas qu'ils méritent vraiment d'avoir la vie sauve. Sans compter que les laisser vivre revient a les laisser un jour représenter une nouvelle menace. Pourtant… Lauryn m'avait empêcher et surtout elle allait mal… Alors est-ce vraiment le moment de les tuer pour prendre le risque de la voir mourir? Non je ne peux me résoudre à ça. Si j'étais prêt a les tuer pour la sauver j'étais tout aussi prêt a les laisser vivre pour la même raison. Lauryn était désormais la seule personne qui compte par dessus tout pour moi.

Je comprenais d'ailleurs en même temps que ma soeur que désormais elle comptait même plus qu'eux. Moi le grand frère sur-protecteur venait de trouver une personne encore plus cher a mon coeur qu'eux. Ils n'en restaient pas moins extrêmement important pour moi… seulement entre rester auprès d'eux ou m'occuper de ma princesse c'est elle que je choisissais avec évidence. Je n e pouvais l'expliquer… Et même si tout rester l'évidence je devais admettre qu'une part de moi avait l'horrible sentiments de les trahir. En avais-je le droit? Bas de toute façon ce droit là je le prenais mais bon… Mon coeur se fendait doucement en croisant le regard de ma soeur. Tout autant qu'il s'était fendu en entendant le gémissement de Lauryn quand je l'avais soulever du sol. elle avait mal je le savais… pire je le sentais. Il était alors temps de rentrer, enfin de partir pour arranger tout ça… Temps de m'occuper d'elle. Un derniers adieux a mon frère et ma soeur et sous ses gémissement je quittais la pièce accompagner de Lauryn. Je faisais en sorte de faire le plus doucement possible et le plus vite aussi. Je voulais moi aussi quitter ce lieux. Je ne voulais plus des souvenirs qui me suivaient a chaque pas que je faisais dans cette demeure… je ne voulais qu'une chose… Soigner Lauryn et commencer une autre vie, même si j'ignorer de quoi serait faite cette autre vie!

Je savais que chacun de mes pas la faisait souffrir et je savais aussi que transplantais risquait d'être une vrai torture pour elle. cependant dans le monde ou l'ont vit… C'était le meilleur moyen de se déplacer en toute sécurité. Puis le temps commencé a pressé… je ne savais pas combien de sang exactement elle avait perdu… Et l'inquiétude me gagné tellement que pour le coup j'en tremblerais presque moi aussi. Enfin bref c'est donc d'un transplage que je décidé de l'amener dans ma maison! Oui cette maison que j'avais un jour hérité et que je ne pensais pas habiter avant encore plusieurs année. Cette autre maison où les souvenirs s'empilaient… Cette autre maison que j'avais voulut fuir depuis qu'elle était mienne.

A peine arriver je l'installais dans ma chambre. Ma grand mère avait pris soin de toujours laisser ma chambre tels que je l'avais petit quand on vivait presque ici. la seul chose de particulier pour une chambre d'enfant c'était ce très grand lit deux place. mais cela s'expliquait facilement. Les fois où on dormait ici, on avait beau commencer notre nuit dans trois chambre distincts mon frère ma soeur et moi, on finissait toujours tous ensemble dans la mienne. Voilà pourquoi ma grand mère avait mis un très grand lit. Ainsi on pouvait finir notre nuit tranquillement. Enfin bref… Cette chambre restait l'endroit le plus à moi de cette maison voila pourquoi c'est naturellement cette pièce que j'avais choisit pour l'installer.

Rapidement une fois installer je regarde ses blessures… oui ma mère ne l'a pas louper mais rien d'étonnant a cela! Ma mère restait une pro du duel à la baguette. Je venais d'ailleurs de découvrir aujourd'hui que j'étais capable de lutter contre elle mais jusque là ça me sembler impossible. Enfin bref là je me fichais de savoir si oui ou non c'était possible! Tout ce que je voulais c'était soigner mon amour! sauf que ça dépasser mes compétences! Mais heureusement je n'étais pas seul! Je voyais bien qu'elle allait de plus en plus mal et voilà pourquoi rapidement je faisait appel a Quidditch. Lui seul arriverait a la sortir de là! Je savais qu'il était capable de la sauver…

Pendant le temps que dur les soins je déambulait dans ma chambre regardant les vieilles photos et autres… L'atmosphère y était des plus pesante… Mais je ne pouvais pas partir de la pièce… J'avais bien trop peur de la perdre en m'absentant. Puis quand enfin Quidditch eut finit je le remercier et me repencher sur mon lit vers elle. Elle était tellement blanche… Presque aussi blanche que dans mon cauchemars. je savais que je venais de passer très près de la perdre… Sa main prenant la mienne je la serrer doucement… Puis-je soupirer de soulagement? Je ne savais pas j'avais encore trop peur…

Tellement peur que je peut rien répondre d'ailleurs a son tu m'as manqué. En fait elle m'avait manqué oui mais je n'avais tout simplement plus de voix a ce moment là… Non je commençais a vraiment prendre de la catastrophe qui avait faillit se passer si près de moi! Ma main tremblant plus qu'au moment du drame je tentais encore de contenir mes émotions… mais maintenant que je la voyais sauve ça devenait plus dur… Je me force alors a respirer… Mon autre main venant sur son front je ne peux que murmurer un "chut". Je la sens fatiguer et peut être la laisser dormir serait mieux… Sauf que je ne suis même pas mesure de lui dire de dormir…

Après quelques minutes ou je me contente de lui caresser le front dans le silence le plus total elle réouvre la bouche. Alors je sourit même si ce n'est pas de joie… Où sommes nous… Je regarde a nouveau ma chambre et a nouveau je sens le flot de souvenir m'envahir… Alors prenant sur moi et d'un vois errailler je me contente simplement de lui répondre :

-Nous sommes en sécurité ne t'inquiète pas… On ne risque plus rien… Tu es chez moi si on peut dire… Mais pose plus de question pour le moment…

La fin était autant une supplique qu'un conseil… Je n'était peut être as encore prêt a raconter l'histoire de cette maison… Cependant j'avais a peine finit ma phrase qu'elle me demandait de dormir avec elle… Là encore pas le temps de réagir qu'elle dormait paisiblement…

Prenant soin de ne pas la déranger je m'installer doucement a ses cotés et le plus doucement possible la prenait contre moi… si j'allais dormir? non surement pas! Pas après un moment pareil… Non je reste là… Tremblant de peur et la serrant le plus contre moi possible. La serrer dans mes bras me procurer une sensation tellement bizarre… Oui… J'avais finit par me convaincre que jamais je la verrais plus… Finit aussi par me convaincre que jamais je ne la toucherai plus… Et sans se la jouer gros pervers, finit par accepter et regretter que jamais je n'aurais la chance de l'avoir… Hors là l'avoir si prêt de moi… Oui je dois admettre que ça me troublais un peu et en même temps la situation étant si peu enclin a ce genre d'émotion… J'étais bloqué… bref j'étais perdu entre mon désir et mon amour… Fait a nouveau étrange qui venant s'ajouter a cette journée devenait vraiment trop…

J'attendais ainsi que la miss se réveil… étant à la foi le plus heureux des hommes et le plus triste… Pensant a elle et à ma famille en gros a on bonheur et mon malheur… ne fermant pas les yeux une seconde et me contentant de fixer le mur derrière elle embrassant son front régulièrement…
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Ven 9 Aoû - 21:05

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...



Il fait noir... très noir. Je n'arrive pas à distinguer mes mains lorsque je les lève devant moi. Je dois les approcher très près pour en distinguer que la forme... j'ai l'impression de connaître cette endroit, et j'aurais préférer ne plus jamais y retourner, l'oublier à jamais... Mais non. Je suis de retour dans cet endroit froid, humide... Dans ce cachot qui a été ma « maison » mon repère, ma tanière pendant une semaine, cette dernière semaine.. j'ai mal au poignet, je sais qu'il est foutu... malgré les sortilèges, et les traitements moldus, je sais que cette fois, je n'aurai plus jamais la même force qu'avant. Non pas que j'étais forte mais quand même... J'essaie d’appeler Leo.. je le savais en vie, je l'avais vue! Je n'avais pas rêver, il était bien là non? Mais étonnamment, aucun son ne sortie de ma gorge... comme si je n'avais plus de voix du tout! Même lorsque je tousse, rien, aucun bruit ne se répercute contre les murs du cachot.. je commence à paniquer, j'ai l'impression que je manque d'air, j'essaie de respirer plus rapidement, mais plus rien n'entre dans mes poumons. Je ferme les yeux très fort, et tente de crier....

Lorsque j'ouvre les yeux, je me retrouve ailleurs... Je ne suis plus dans le cachot, mais je suis en train de me demander qu'elle endroit je préfère finalement... mon regard cherche dans cette pièce, aussi humide et lugubre, mais dans laquelle je distingue tout ce qui se trouve à mes côtés... du moins je crois. La cabane hurlante... la fameuse chambre de mes cauchemars... autre événement dans ma vie que je préférerais oublié complètement... Je recule d'un pas, le bois sous mes pieds ce met à grincer. Bonne nouvelle, je ne suis pas sourde...

-Leo..?

Ohhh tiens, j'ai retrouvé ma voix... Je ne sais pas pourquoi j'appelle Leo ici, les chances qu'il s'y retrouve sont nulle... non? Je n'obtiens justement aucune réponse... Je décide donc d'avancer dans cette endroit de répugnance, glissant mon regard au sol... Du sang... mon sang? On dirais bien... je serre mes bras autour de moi, j'ai froid... et je remarque alors que je suis complètement nue... Les cicatrices sont visibles, chacune d'elle énumérant mon histoire dans cette pièce. Je tremble, de froid, de peur, un mélange des deux... je veux sortir d'ici. Un regard vers la fenêtre, c'est une vrai tempête de neige qui se passe à l'extérieur... je ne peux pas sortir nue dans ce tourbillon de froid... Un craquement sur le bois me fais sursauter, je me retourne brusquement... et un cri d'effroiement traverse ma gorge

Criant également dans le moment présent, je me retrouve assise sur le lit, en enfouissant mon visage dans mes mains, tremblant de peur, les larmes aux yeux... réalisant peu a peu que tout ça n'est que cauchemars, encore une fois, j'essaie de me calmer... sous moi c'est moue, confortable, je ne suis donc ni à un endroit ni à l'autre. Je retire lentement mes mains de mon visage, osant regarder autour de moi... et la première chose que je vois, c'est le regard de Leo sur moi... direct, je viens me blottir contre lui, aggripant son t-shirt comme s'il était pour moi une bouée de sauvetage dans une marrée houleuse...

-Dieu merci tu es vivant....

Maintenant que j'étais en sécurité, je pouvais laisser toutes mes émotions aller comme elle le souhaitais.. et mon premier état de soulagement lui était destiné.. j'avais tellement eu peur qu'il soit mort, de ne plus jamais le revoir... je n'avais plus de nouvelles depuis tellement longtemps! Mais il était là, près de moi... comme un souhait qui s'est réaliser, les bonnes fées ou les anges existent peut-être vraiment, pourquoi pas... Mon nez viens se glisser sur sa peau, humant son odeur, alors que pendant ce temps, je tente d'oublier ce dont à quoi je viens de rêver, mes cauchemars, mes tourments et mes démons doivent rester les miens, il doit en avoir suffisamment de son côté pour ne pas à s'occuper des miens... je ne veux pas être un fardeau pour lui, ni pour qui que ce soit d'ailleurs... Je me redresse un peu, venant prendre son visage en coupe, plongeant mon regard dans le sien. Seconde phase d'émotion.

-Tu n'as rien? Tu n'es pas blessé? Leo dis-moi que tout va bien...

Peut-être qu'avec tout ce qui s'est passé, il avait subit lui aussi, et égoïste comme je l'ai été, je n'avais même pas pris la peine de m'informer sur son état, étant tomber dans le sommeil comme une vrai larve... je relâche un peu ma prise sur ses joues, ayant l'impression de l'emprisonner dans un étau, et caresse finalement sa joue du bout des doigts, comme le plus fragile des présents, ayant toujours du mal à le croire... dans un murmure difficile, je reprends finalement.

-Leo je t'aime... je t'aime tant, j'ai eu si peur de te perdre sans te l'avoir dit comme il se doit, sans que tu sache que je t'aime à un point où j'aurais du mal à avancer sans toi... ne m'abandonne pas... je t'en supplie, reste, reste avec moi...

Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Mar 20 Aoû - 16:47



Leo&Lauryn

Ce lit… cette maison … tout rassemblait tellement de souvenir de mon enfance. Si seulement… Si seulement ils pouvaient ne pas m'être si douloureusement heureux… Ici tout n'est que bonheur passé… Tout n'est que fumé. Ma vie ne ressemblera plus jamais a ce que j'avais avant… Plus jamais je ne verrais mon frère et ma soeur débarquer ici en rigolant ou ma soeur en râlant que celui-ci l'énerve… Plus jamais je ne les verrais me demander de jouer les grand frère… plus jamais je ne verrais mes parents vanter leur fierté en moi… Plus jamais je ne me sentirais en sécurité car au milieu des miens… Tout ça c'est finit et en seulement une journée….

La gorge me sert d'y penser. Je ne peux regretter mon choix bien sur! Car si Lauryn était morte alors rien n'aurais plus valut le coup… jamais! Mais… Tout ça reste dur a accepter tout de même. J'ai ma au coeur. Même si celui n'est encore entier que grâce a la décision que je venais de prendre. Un regard rapidement sur Lauryn… et l'espace d'une seconde je me demandais si dans dix ans ou même dans deux ans on serait encore ensemble… Et si ça n'étais pas le cas alors que penserais-je de cette journée?

A peine cette pensée m'a t-elle traversé l'esprit que je me maudit… Comment puis-je oser imaginer regretter ce choix dans cinq dix ou quinze ans?! Je n'en avais pas le droit! La seule chose qui comptait était qu'elle était en vie! Elle avait suffisamment souffert par ma faute! Je n'avais pas le droit de pensé aux conséquences pour moi quand les conséquences pour elle ont été si dramatique. Je suis un sale égoïste de crétin… Je ne mérite pas la fille que j'ai dans les bras. Je le sais… Je ne ferais jamais rien de bien dans ma vie…

Je me secoue alors la tête. Inutile de m'affaler sur moi… Lauryn aurais besoin de quelqu'un de fort et pas d'un pleurnichar qui ne se supporte pas;.. même dans le moment présent c'était un peu ce que j'étais… Enfin bref… Je devais me montrer fort encore… Comme je l'avais toujours dut…

Alors que je me force a me reprendre je suis surpris… Lauryn sans prévenir s'agite et se redresse soudain en hurlant! Surpris et un peu effrayer je me redresse moi aussi. Mais… Mais… posant ma main sur son épaule je la sens trembler de peur… Alors nos regard se croise et avant que j'ai eu le temps de dire ou faire quoi que se soit la voilà qui percute de plein fouet pour se blottir contre moi. Je suis pris de court! Je sens sa panique et j'en comprend le pourquoi… Surement un cauchemars… mais comment rassurer alors que j'ignore le sens du cauchemars? La serrant fort contre moi je ne peut que donner des phrase classique de réconfort…

-Chuuut c'est finit… ça va aller . Tu es en sécurité ici…

Alors contre toute attente elle dit les paroles qui me serais le moins venue a l'esprit. Oui aux dernières nouvelles j'étais vivant… Mais… je me demandais alors si son cauchemars avait été ma mort… moi le matin même, et pourtant ça me semblais bien plus vieux, mais le matin même j'avais fait ce cauchemars…. J'avais alors vu Lauryn mourir et ça m'avait beaucoup perturbé…

-Lauryn… oui je suis vivant…. Hey… je ne vais pas mourir ne t'inquiète pas..

Mes paroles me semblait creuse… vide de sens… mais je ne savais pas quoi dire d'autre… Je me sentais impuissant face a sa peur de me voir mourir… A part la serrer très fort contre moi je ne voyais pas quoi faire… puis en lui caressant le dos je finit par la rassurer comme je pouvais…

-Lauryn je vais bien… Tu vois… je ne suis pas blesser… Je suis saint et sauf! Regarde moi…. Je n'ai rien….

Quand enfin elle relâche sa prise sur mon visage je me rend compte qu'elle serrais vraiment fort. Doucement je frémit a sa caresse…. Elle semblait juste tellement perturber… Et pourtant toutes ses angoisses était concentrer sur moi… mais c'est elle qui avait faillit mourir tuer par ma mère! Pas moi!

-Leo je t'aime... je t'aime tant, j'ai eu si peur de te perdre sans te l'avoir dit comme il se doit, sans que tu sache que je t'aime à un point où j'aurais du mal à avancer sans toi... ne m'abandonne pas... je t'en supplie, reste, reste avec moi...

je finit par simplement coller un de mes doigts sur ses lèvres… elle parle trop… elle s'inquiète trop…

-Doucement Lauryn… Doucement…. Je n'ai jamais voulut t'abandonner….

Puis je me rendais compte l'absurdité de mes paroles après l'avoir justement abandonné…

_Lauryn…. Je sais que je suis partis sans te prévenir… Mais… Je ne l'ai pas fait de gaieté de coeur…. Viens ici…

Je la reprend contre moi…

-Tout ce qui m'a importer et ce depuis le premier jour c'est tu reste ne vie… et que tu puisse profiter de celle-ci… Mais pour ça il a fallut que je parte… Du moins je l'ai crut…. Je suis désolé…. Mais promis je ne recommencerais pas…

Je ne sais pas si le moment est bien choisit ou même si j'en ai le droit mais je ne peux retenir un dernier baisé sur son front. Je l'aime oui… Je le sais… Pourtant je crois bien ne lui avoir jamais dit en ces mots… Et je ne sais pas si je suis encore prêt…. En fait non je sais que je ne suis pas encore prêt. A chaque fois que j'avais avouer aimer quelqu'un je l'avais perdu… Non je n'étais pas prêt a prendre ce risque avec elle… Puis aujourd'hui j'avais peut être vécus aussi trop d'émotion…

Alors doucement je m'inclinais l'entrainant avec moi sur le lit…. dans mes bras calmement je finit par lui poser la question qui me brule les lèvres depuis son réveil…

-Ton cauchemars c'était quoi??? c'était a cause de mes parents encore hein?!

Je me doutais de la réponse mais je crois que j'avais besoin de l'entendre dire par elle….


code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lauryn H. Christensen
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 96

MessageSujet: Re: L'espoir renait Mar 27 Aoû - 1:24

Un rêve, un cauchemar, une réalité...
Leo & Lauryn

Help me...




Agrippé à lui comme jamais je n'avais osé faire avec lui, je ne pouvais faire autrement que de tenter de le garder contre moi, ne jamais, jamais le laisser partir... à quelque part, c'était ce que j'avais fait à la fin de l'année, je l'avais laisser partir loin de moi... j'avais eu dans l'idée que tout irait bien, que malgré l'année d'étude qui me restais sans lui nous trouverions le moyen de nous voir, que cette été ne serais pas sans nouvelle... erreur, terrible erreur même. Pas une fois je l'avais vue, pas une fois je l'avais entendu, ni même eu une seule lettre de sa part...et ne voulant pas paraître pour la petite fille désespérer qui ne peux pas vivre indépendamment son copain, si copain était, je n'avais rien fait, rien d'autre qu'espérer, prier même... Et comme une gourde stupide j'ai bien failli le perdre cette fois... Il me parle, me dis que tout va bien, que je suis en sécurité mais c'est plus fort que moi, les mots traversent mes lèvres sans que je n'ai pu réellement les retenir. C'était un réel soulagement pour moi... J'ai l'impression qu'il se crispe... Avais-je dis quelque chose que je ne devais pas? Où prenait-il conscience finalement de la peur que j'ai pu ressentir ces derniers jours, ces dernières semaines, à ne pas avoir de ses nouvelles...

Ses paroles, même si elles devraient me rassurer, n'ont pas totalement l'effet escompter. Après tout, il ne pouvait pas choisir s'il allait mourir ou non, sauf s'il se donnait lui-même la mort. Il ne pouvait pas dire ça avec certitude, les choses sont tellement hors de notre contrôle, en avait-il seulement conscience? Ses parents étaient toujours en vie, j'avais refuser de voir Leo devenir un assassin à cause de moi, mais cela impliquait des dommages collatéraux flagrants, des conséquences importantes... Et puis, ses mots semblent tellement ne pas être penser, que je ne peux pas me sentir rassuré par ceux-ci... Je tire un peu sur son t-shirt, puis me redresse, tentant de m'assurer qu'il va bien... avec tout ça j'avais été égoïste, et il était peut-être blesser et je ne le savais même pas! Le visage en coupe, je le regarde, inquiète, effrayée même... mais ses caresses dans mon dos et ses mots qui semblaient enfin sincère me rassure... relâchant ma prise, le regard parcourant son corps qui ne semble en effet pas meurtrie, je me calme un peu, caressant tendrement sa joue, avec amour... oui, avec amour, et je ne pouvais plus attendre pour le lui dire.

C'est dans un monologue qui se fait sans réellement être ordonné, il devait même avoir du mal à me suivre, mais au moins le plus clair et le plus important était dit. Je l'aime... tellement fort que mon propre bien m'importe bien peu s'il ne va pas bien lui-même, et il devait en avoir eu la preuve dans les secondes qui viennent de s'écouler. Son doigt me stop, et je relève un regard surpris sur lui, me taisant à sa demande. Je ne peux réprimer un serrement au cœur et mon regard se baisse... il ne l'avait peut-être pas voulu mais il l'avait fait, sans même s'en rendre compte et ça avait été si dur... mais je m'en fiche, l'important c'est qu'il soit la maintenant. Le reste je m'en fiche... il était revenue...


Mais était-ce volontaire? Après tout, s'il ne m'aurait pas découvert chez lui, serait-il revenue vers moi? Je fus prise de doute le temps d'un moment. Rien ne me garantissais que j'aurais pu le revoir si les choses auraient été différentes... Je tente de chasser cette idée de mon esprit, me projeter dans le futur ou ressasser le passer ne m'amène jamais rien de bon. Dans le présent, là maintenant, il était là, en vie, et à mes cotés, c'est tout ce qui devait importer...

Il n'a pas à me demander deux fois de revenir dans ses bras pour que je vienne m'y réfugier, enfouissant mon visage dans son cou et ferme les yeux en humant son odeur, posant ma main à plat sur son torse au niveau de son cœur. Le sentir battre sous mes doigts me rassure. Je garde les yeux clos alors qu'il reprends la parole, m'expliquant que selon lui c'était le seul truc qui me permettait alors de rester en vie.... erreur, vue qu'on m'a quand même kidnappé. J'aurais préférer être kidnappé et me retrouver ici ensuite après avoir passer une partie de l'été avec lui.... quoi que j'aurais plutôt préférer ne pas être kidnapper du tout. Oui, sa aurait été bien... j'ai envie de lui dire de ne pas faire de promesse qu'il pourrait ne pas tenir, aussi petit soit les risques possibles... Mais je n'en ai pas envie au final, j'ai envie plutôt de croire en ses mots.... Une chose par contre me décevait un peu, moi et mon âme de petite fille qui rêve encore au fond au prince charmant... il n'avait rien dit à mes mots, ne m'avait pas répondu... Et cela suffisait à créer un doute dans mon esprit. Un doute dont je préfère ne pas parler aujourd'hui. Je me laisse entraîner avec lui après un baiser sur mon front. Après un moment de silence, alors que je dessinais des cercles sur son torse distraitement, restant silencieuse, sa question me fais me braquer un peu... Je déglutis un peu à ses mots, puis hoche faiblement la tête...

-Non... Enfin... non je n'ai pas rêver d'eux...

Me passant une main dans les cheveux, j'inspire profondément avant de me redresser un peu... je suis bien dans ses bras, mais pour raconter ça, je ne peux pas me permettre de raconter ça bien blotti dans ses bras... m'assoyant à nouveau dans le lit, je remonte lentement mes genous vers ma poitrine et passe mes bras autour de ceux-ci, venant chercher mes poignets... et réprimant au mieux, sans grand succès par contre, une grimace de douleur... Foutu poignet à la con! Je fixe la porte qui se trouve devant moi, avant de reprendre d'une vois légèrement vide.

-Au début, j'étais chez toi... dans le cachot où ils me gardaient... je le savais sans savoir... j'ai été dans le noir total une semaine de temps.... et dans mon rêve tout était noir.. il y avait l'odeur d'humidité et de moisissure qui régnait, c'était écœurant... je tentais de t’appeler, mais aucun son ne voulait sortir, aucun... je n'entendais rien... J'ai fermer les yeux, et quand je les est ouverts, j'étais changer d'endroit...

Un frisson désagréable me traversa le dos, et je vins enfouir mon visage dans mes genoux le temps d'un moment, avant de chercher mon courage en inspirant profondément et fini par reprendre.

-J'étais … à la cabane hurlante. Dans une chambre, au deuxième étage... c'est là que … Enfin tu sais... Damon... Cette fois j'ai pu nommé ton nom... j'ai entendu le bois grincé, mais ce n'étais pas parce que moi j'avais bougé... je me suis retourner...

Était-je prête à lui dire ce que j'avais vue au fond? Un homme, encappuchonner, tout de noir, du sang dégoulinant de sa bouche, qui tachait également ses mains... et finalement, son visage.... à lui, à Leo...? Non... non c'était un cauchemar et je préférais l'oublier...

-Et puis je sais avoir crié, mais... je ne me souviens pas de ce que j'ai vue... et je me suis réveiller... ce devait être Damon... je ne sais pas qui d'autre pourrait apparaître comme ça, à cet endroit...

Je déglutit à nouveau, puis tourne mon regard vers lui... et reprends d'un murmure non assurer.

-Faut pas t'en faire, ce n'est qu'un cauchemar...


Code by AMIANTE



Peut-être que si...

Si je deviens comme toutes celles qui captivent ton attention, me remarqueras-tu...Peut-être pourrais-je te charmer, comme tu as conquis mon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Rockwood
Se battre mais en silence.


Féminin Ecrits : 130

Are you curious?!
Relationships:
All you need to know:
Absence: Présent et libre de rp

MessageSujet: Re: L'espoir renait Ven 30 Aoû - 7:00



Leo&Lauryn


Comment rassurer quelqu'un sans connaitre le fond de sa pensée? Voilà une question intéressante! On aurait put croire qu'à 18 ans j'aurais finit par le faire sans même me poser de question… Après tout ce que j'ai vécus et le nombres de fois que j'ai dut tenter de le faire. Mais voilà pas du tout en fait! A chaque fois c'est le même dilemme. Les paroles que je dis me semblent creusent et vague. A chaque fois je rentre dans les banalités qui m'énerve moi même lorsque je dois les entendre. Non décidément je n'étais pas doué pour rassurer quelqu'un… Il fallait que je connaisse le soucis de fond en comble et encore… même là pas toujours évident. On dit quoi a une fille qu'on aime quand nos parents viennent de tenter de l'assassiner après nous avoir ordonner a nous de le faire? Vous voyez?! là je ne sais pas trop… Enfin je pourrais toujours me lancé dans les monologue lui disant que jamais je ne l'aurais tuer…. Parce que je tient trop a elle… Lui disant que je laisserais personne lui faire du mal… lui disant plein de truck sentimental… Sauf que ça me ressemble pas! Je me souviens encore quand elle m'a trouver en train de pleurer ma grand mère… Et que j'avais finit par le devenir. Aujourd'hui encore je ne me reconnait ne ce personnage.

Je préfère donc rester dans le creux, Dans le creux et les câlins. je gère mieux tout ça! C'est moins inquiétant que de devoir ouvrir son coeur. Je suis lâche je sais! Mais au fond ne l'as-je pas toujours été pour ça? Il a fallut attendre que ma meilleur amie meurt pour que je montre combien je tenais a elle. Il a fallut qu'un salol viol ma copine et que mes parents tentent de la tuer pour que je comprenne que leurs camps n'est plus le miens… Ou du moins que je l'admette. Je suis un lâche qui fait que trop confiance a ses proches et qui surement compte trop en l'amour qu'ils me portent. M'enfin… je me suis interdit de m'apitoyer sur mon sort alors je me secoue les puces! Me rallongeant avec Lauryn dans mes bras je préfère éviter discrètement le sujet du je t'aime moi aussi! Pour la simple et bonne raison que les deux dernière personnes a qui je l'avais dit, je venais de faire ne sorte hélas de ne plus jamais les voir… En choisissant Lauryn et les deux précédentes étaient mortes. Donc non pas de je t'aime pour le moment! Hors de questions que je me lance là dedans. D'ailleurs ne y pensant un frisson désagréable me traverse le dos. Oui… ma maillure amie est morte combien de temps après que je le lui ai dit? Bien sûr l'amour que j'avais pour elle n'avait rien de comparable avec celui que j'avais pour Lauryn… Je n'éprouvais pour elle que de l'amitié… Mais… Elle était plus une jumelle qu'une simple amie…

Les mauvais souvenirs commençaient un peu trop a envahir ma tête. Je risquais de me retrouver submerger, ceux que je ne voulais évidement pas du tout! Alors je pose la seul questions qui m'avait hanté tout ce temps et que je n'avais pas encore oser poser. A savoir son rêve. Je la sens bien mal à l'aise. Mais… J'ai besoin de l'entendre. Je connais la réponse. après tout mes parents sont ses bourreaux… Ou du moins les commanditaires de ses condamnations injustes. Aussi quand elle me dit Non je ne la crois pas vraiment. Elle confirme mes dires en disant qu'elle n'a pas rêver d'eux. Pas besoin de rêver d'eux pour rêver des actes horribles qu'ils ont provoquer. Alors doucement je la sens se redresser et s'assoir a cotés de moi. Je la laisse faire sans tenter de la retenir et suit le mouvement en m'assoyant a mon tour. Je fronce les sourcils en voyant qu'elle a mal a un poignet. Je croyais que Quidditch s'était occuper de toutes ses blessures. Sauf que comme je sais que ce dont elle va parler n'est pas évident je ne la coupe pas… je me contente de poser ma propre sur ses deux poignets. Calmement je la laisse parler. Mon cachot… Et dire que pendant une semaine je l'avais si prêt de moi et je n'ai même pas penser a aller voir! Voilà une semaine que j'aurais put la sortir de là… Mais non là encore j'avais trop fait confiance a mes parents! J'avais crut en leur promesse. Cependant je ne laisse rien transparaitre de mes propres pensées! Non… Je me contente de l'écouter attentivement. Et étrangement quand je la voit frissonner, je ne peux m'empêcher de frissonner a mon tour. Je me doute que trop de se qui va suivre… Que trop de l'endroit ou elle s'est trouver. Une part de moi a envie de lui dire chut maintenant que je peux imaginer. Mais je me l'interdit. J'avais provoquer ça en demandant… Elle était lancé et ça lui ferait peut être du bien d'en parler… A moi d'assumer…

J'écoute … Son regard est poser derrière moi mais je m'en offense pas. après tout moi aussi je revivais le moment ou je l'avais découvert… le moment ou j'avais découvert le fin mot de l'histoire. Et la rage brulait encore dans mes yeux rien que d'en entendre parler. J'aurais volontiers massacrer Damon… Si seulement je n'avais pas été certain d'échouer lamentablement dans mes tentatives. Simplement parce que… Face a un être comme ça je ne peux hélas pas grand chose.

Quand son regard revient vers moi j'ai effacer toute la colère dans mes yeux ou presque… La peine en croisant ses yeux terrifier a pris le dessus sur tout autres sentiments… sauf la culpabilité bien sûr. Elle n'aurait rien vécus de tels si j'avais sut la considérer comme toutes les autres filles… Et quand elle me dit que ce n'est qu'un cauchemars je suis partager entre l'envie d'acquiescer et celle de hurler que non ce n'est pas qu'un cauchemars! Mon autre main viens alors rejoindre la première et mes yeux ne quittent plus les siens.

- Tu as raison ce n'est qu'un cauchemars… Lauryn…

Je m'apprêtent a me lancé dans cette conversation que je redoutais un poil je l'avoue… J'inspire un bon coup.

-Je sais que… que tu as découvert aujourd'hui le rôle qu'ont eut mes parents dans tout ça;.. Même avec Damon… J'imagine que ça doit horrible… Mais… Plus personne ne te touchera sans ton consentement je te le promet. Mon père a dit qu'il rappellerait Damon mais il ne le fera pas. il voulait simplement avoir le dernier mot. Si il l'a fait la première fois c'était pour me faire comprendre que je devais te lâcher… Maintenant que j'ai fait mon choix il sait que je ne reviendrait plus… alors tu as peu d'importance pour lui. il voudra plutôt me le faire payer a moi…. et ce directement … pour laver le déshonneur que je lui ai fait… Bien sûr ça n'efface pas l'horreur que tu as déjà vécus… Mais … roh puis zut je suis trop nul pour ce genre de chose… Viens ici.

Je la reprenais dans mes bras. Oui j'étais trop nul je me perdais moi même dans mon monologue….

-Ce que je veux dire… c'est que je ferais tout pour que rien ne t'arrive… Et si peut j'effacerais même les cauchemars… Je refuse de te perdre…. Et surtout ne t'inquiète pas pour mon père… il arrivera pas a faire du mal a aucun d'entre nous… Je suis plus malin que lui…


là encore pas sûr d'être clair...
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'espoir renait

Revenir en haut Aller en bas

L'espoir renait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'union et le silice, l'espoir renait du caprice, te revoici enfin... [PV Meryle ; Luyak. Privé]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Ministre Bellerive un menteur avéré, crée de faux espoir avec le pétrole
» Le bloc Espoir contre des representants de partis au CEP
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Silencio :: Londres :: Le reste de la ville :: Parc Moldu-